Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 11:05
25/04/2016: Sénat/ Interview polémique sur la médecine/ Chapitre 1/ Hervé Poher

Le 8 avril 2016, au Sénat, un débat a eu lieu, concernant l’offre de soins en milieu rural. Suite à mon intervention, une interview téléphonique a été réalisée pour le site Egora.FR. Cette interview a été publiée fin avril… Début de la polémique sur certains termes employés et , du coup, plaintes portées devant le Conseil de l’Ordre des médecins.

 

Voici le texte intégral qui a été publié (mais pas forcément de ce qui a été dit «  formellement » et sans le contexte où cela a été dit…)

 

Médecin généraliste de profession, le sénateur écologiste Hervé Poher a des idées bien tranchées sur les conditions d’exercice de ses confrères. Il s’est ouvertement exprimé au Sénat sur le sujet, plaidant à coup de phrases chocs pour la suppression de la liberté d’installation. Il nous propose une explication de texte de ses propos.

 

Egora.fr : Vous dites : « Les primes à l’installation ne fonctionnent pas »…

 

Hervé Poher : C’est un sujet sur lequel on a beaucoup discuté depuis 20 ans. J’ai été conseiller général pendant 20 ans et vice-président chargé de la santé dans le Pas-de-Calais. On s’aperçoit que la prime à l’installation ne marche pas. Dans les territoires ruraux, cela ne sert à rien de donner une prime d’installation à des médecins puisque de toute façon ils savent qu’ils travailleront très facilement. Je ne fais que reprendre ce que j’ai lu dans des études publiées par les syndicats médicaux et l’assurance maladie qui disent que les incitations financières sont un échec.

 

Pensez-vous à d’autres incitations ?

 

Très honnêtement non. C’est pour cela que j’en arrive à dire qu’il faudra peut-être revoir la liberté d’installation. L’incitation financière au moment de l’installation, ça ne marche pas. Les contrats d’engagement de service public non plus. On paye les étudiants tous les mois et en retour, ils s’engagent à travailler sur une certaine durée dans des zones sous-dotées. C’est inefficace.

 

Vous dites : « Il faut des mesures profondes sans crainte de bousculer les corporatismes »…

 

Je suis médecin, ma femme est médecin, mon fils est médecin, ma belle-fille est médecin… Je suis dans le monde médical et je sais très bien qu’une fois qu’on est médecin, on défend son métier et surtout son tiroir-caisse. Je connais la mentalité médicale. On peut être un très bon médecin, mais il est clair que c’est un métier qui est, par définition, profondément individualiste. Les praticiens oublient certaines choses, certains devoirs et par-dessus tout que c’est un service public. Il est du devoir du législateur et du gouvernement de rappeler certains fondamentaux aux médecins, même si ça ne leur fait pas plaisir. Pourquoi le législateur et les gouvernements ont tant de problèmes avec les médecins ? Parce que les médecins sont des agents électoraux remarquables. Quand un médecin voit 30 à 40 familles dans la journée, électoralement, ça peut faire mal.

 

Vous avez dit : « La médecine est un service public, ce n’est pas qu’une boite à sous »…

 

Quand on écoute certains médecins ou les syndicalistes, on a l’impression que la médecine n’est qu’une boite à sous. Ils râlent sur le fait qu’ils font beaucoup d’heures. Je suis d’accord. J’ai été moi-même médecin en semi-rural et je travaillais entre 60 et 70 heures par semaine. Mais il y a une compensation. On gagne beaucoup d’argent. Lorsque l’on discute avec les médecins, ils disent qu’ils sont sous-payés et ils demandent une revalorisation du prix de l’acte. Moi je préférerais entendre les médecins dire «  je me bats pour bien soigner les gens », ou « je me bats pour que les patients soient égaux face à la médecine ». Le problème c’est que le corps médical ne se rend pas compte de ce qu’il représente au niveau de la population. Ils ont un devoir de service public avant tout.

 

L’ennui c’est qu’il y a une déviance et une déformation de l’activité médicale qui fait que la médecine ne correspond plus à ce qu’elle était il y a 20, 30 ou 40 ans. Même le Conseil de l’Ordre reconnait qu’il y a de moins en moins de médecins qui veulent faire des gardes. Du coup, les urgences sont surchargées. Il y a une perte du sens initial de la médecine qui me semble flagrante.

 

Vous dites également : «  Les médecins gagnent leur argent grâce à la sécurité sociale, l’Etat paye leurs études : on doit pouvoir les obliger à s’installer à tel ou tel endroit »…

 

Oui, c’est vrai. Je ne sais pas combien coûtent 8 ou 9 ans d’études médicales mais je le subodore. Cela vaut cher et il faut être clair, c’est la nation qui paye. J’ai dit cette phrase dans une discussion au Sénat lors de laquelle j’ai interpellé le président du Conseil de l’Ordre. A côté de lui, il y avait la présidente d’un syndicat de jeunes médecins qui m’a répondu : « On le rend bien puisqu’on travaille à l’hôpital. » J’ai aussi été externe. Le travail à l’hôpital n’équivaut pas au paiement de l’ensemble des études. En plus, ils sont déjà rémunérés ! Lorsque j’étais externe avec mon épouse, on gagnait 500 francs de l’époque par mois.

 

Il y a aussi une déviance des hôpitaux qui considèrent les étudiants en médecine comme des employés pas trop chers. Sans les étudiants en médecine, les hôpitaux auraient surement du mal à tourner. Mais il ne faut pas exagérer non plus. Il faut se rendre compte qu’une personne qui fait médecine parce qu’elle a envie d’exercer cet art et de servir la population, coûte cher et doit quelque chose à la nation.

 

Il ne faut non plus oublier que c’est la sécurité sociale qui paye les praticiens. Si les gens consomment facilement du médecin, c’est bien parce que la sécurité sociale a été inventée. Si on était dans un système comme aux Etats-Unis où il n’y a que des assurances et pas de sécurité sociale, les gens iraient moins chez le médecin, c’est évident. Le fait que l’on soit, en grande partie, remboursé fait que les gens n’ont pas peur d’aller chez le médecin. C’est aussi pour cela qu’en France on peut considérer que l’on est bien soigné. La médecine est l’un des pôles d’excellence de la France. Lorsque je me permets de dire des choses qui choquent un peu, c’est simplement pour que cela le reste. Pour que notre médecine d’excellence reste accessible à tous. Je souhaite que tout le monde soit à égalité devant la médecine. Or actuellement, c’est en train de dévier. Etant à la fois dans le milieu médical et législateur, je me permets de dire que l’évolution actuelle ne me convient pas.

 

Concrètement, que déplorez-vous ?

 

Mon fils est médecin urgentiste à l’hôpital. Ma femme travaille aussi à l’hôpital. Quand j’entends les queues qu’il y a aux urgences, cela me gêne. Quand j’entends aussi qu’on demande aux parents de venir en consultation quand ils ont un enfant qui a 40 de fièvre, je trouve cela impensable. C’est au médecin de se déplacer. Il y a sans doute une évolution de la médecine, mais il y a aussi une faute énorme de l’Etat. L’Etat n’a qu’un raisonnement financier. Son seul but, depuis des décennies, c’est de combler le trou de la sécurité sociale. Alors, il fait pression sur les médecins, leur demande de prescrire moins, de faire plus de consultations et moins de visites. L’Etat leur donne des primes sur objectifs. Tout cela me choque énormément. On fait de la médecine pour soigner les gens, pas pour combler le trou de la sécu. Ce n’est pas avec ce raisonnement là qu’on fait de la bonne médecine. Quand je vois tous les déremboursements de médicaments qui n’auraient « pas fait preuve de leur efficacité », je suis effrayé. J’ai exercé pendant 20 ans et pendant 20 ans, j’ai utilisé des médicaments qui étaient inefficaces. Il ne faut quand même pas exagérer.

 

Votre phrase la plus polémique est : « En tant que praticien, je ne peux que soutenir l’idée d’imposer au lobby des médecins la suppression de la liberté d’’installations »…

 

 Lors de mon intervention au Sénat, il y a 15 jours, j’ai dit ce que je pensais sur les causes de ce problème de la désertification. Il y a l’accumulation du numerus clausus qui a été une connerie magistrale et qui est arrivé au mauvais moment, il y a défaut de formation des médecins… Avant un médecin généraliste était un omnipraticien. Maintenant, on apprend le minimum aux généralistes. On leur apprend surtout à faire le tri et à envoyer les patients chez les spécialistes. Il y a trop d’hospitalocentrisme. Enfin, le choix des médecins sur des critères scientifiques est une erreur. Pour être un bon médecin, il ne faut pas être un matheux mais il faut être humaniste. Tout cela il faut le changer, mais en attendant, il faut trouver des solutions.

 

La seule solution, c’est de dire aux médecins qu’ils continuent à pouvoir exercer un service libéral mais qu’il y a des endroits où ils n’auront plus le droit de s’installer. Si on instaurait ça, il faudrait le dire dès le début des études. Cela ne prendrait donc effet que dans 8 ou 10  ans. Les étudiants seraient au courant dès le départ de la règle du jeu. On ne pourrait pas asséner cette mesure à des étudiants qui terminent leurs études.Ca ne serait pas juste. On va trainer pendant  10 ans ce handicap mais c’est le seul moyen de venir à bout de la désertification. On l’a fait avec les pharmaciens et les infirmières, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas avec les médecins. C’est peut-être violent mais c’est la réalité. D’ailleurs, cette façon de faire n’est pas une atteinte à l’exercice libéral. Il y a un vrai problème de gestion de la démographie médicale. Quand on arrive à des stades comme ça, il faut que le législateur et le gouvernant prennent des décisions un peu violentes. On n’a pas le choix.

Partager cet article

Repost 0
Published by popo - dans Senat

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)