Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 11:43

 

Eoliennes.jpg

 Mesdames et Messieurs. 

  Sachez que j’ai parfaitement conscience d’intervenir 5 heures trop tôt. En effet, vous allez avoir, cet après-midi, un atelier de travail intitulé : « Comment intégrer la problématique climat dans le domaine agricole » et cet atelier va permettre à d’éminents spécialistes, à des chercheurs et à des experts d’évoquer

-           la production des gaz à effet de serre,

-          le réchauffement de la planète,

-          ses effets sur les productions agricoles

-          et les moyens de lutter contre ce réchauffement. En partant d’un constat simple : en France, l’agriculture, c’est 12% de la production de dioxyde de carbone, 75% de protoxyde d’azote et 57% de la production de méthane.

   Mais dans ce domaine, comme dans d’autres, il faut savoir laisser l’expression à ceux qui  sont sensés ne pas dire de bêtises… Même si les constatations, les chiffres et les prévisions sont devenus, pour la gloire de certains, des objets de polémiques. Et, pour manier la polémique, ces gens là, le font de façon très habile et très allègre. Mais, malgré les polémiques, tout le monde s’accorde à admettre que, comme dans d’autres domaines, l’agriculture devra être politiquement et climatiquement responsable.

   Et puisque je laisse la science aux experts, permettez-moi simplement de vous expliquer les états d’âme, les dilemmes et les poussées d’adrénaline qu’un élu comme moi peut subir dans le cadre d’une réflexion « Plan Climat et Agriculture ». Je ne peux pas vous parler du coté scientifique des choses mais je commence à avoir assez d’expérience pour vous évoquer les difficultés politiques et pratiques que rencontre un élu, plein de bonnes intentions, dans un département comme le Pas-de-Calais. Mais c’est ce qui fait le charme de mes responsabilités et cela doit être commun à tous les grands départements agricoles.

    Certains d’entre vous doivent se demander : « Où est le problème ? Quel est le problème ? ». Laissez-moi vous le situer en vous rappelant certaines évidences.

  1ère évidence : Le Pas-de-Calais a, comme tout département, ses spécificités. Et, en particulier, il en a une, parfois oubliée: l’agriculture y est omniprésente. Quand nous faisons le constat que nous avons peu de surfaces boisées (7%), ce n’est pas à cause du gigantisme de nos communes, contrairement à ce que  disent certains, c’est bien parce que l’agriculture occupe plus de place qu’ailleurs. La SAU du Pas-de-Calais, est d’environ 65%, alors qu’elle n’est que de 50% pour toute la France.

  2ème évidence : Nos demandes sociétales et notre fonctionnement économique ont souvent amené à des attitudes productivistes et, dès lors, la contrainte environnementale passe au second plan.

  3ème évidence : Je me permettrai de dire, en toute amitié, que « le monde agricole est un peu chatouilleux » et, malheureusement, dans différents domaines et pour différentes raisons,  il a quelques motifs d’être inquiet et chatouilleux.

   Si vous cumulez ces 3 évidences, vous comprenez qu’il y a des sujets qui portent à discussions,  à malentendus, voire à affrontements.

   Preuve indirecte de désaccords potentiels  et, surtout, ne le répétez pas : Au sein même du Conseil Général du Pas-de-Calais, il n’est pas rare que la 5ème commission n’ait pas la même vision ou interprétation des choses que la 6ème commission ; la 5ème, c’est la commission agriculture et monde rural ; la 6ème, c’est la commission environnement, Agenda 21 et Plan climat. On règle toujours les problèmes mais ce n’est pas toujours simple.

   Je vais vous citer quelques cas concrets.

   Emmanuel Caux, qui est notre idole à tous, a l’habitude de rappeler qu’une nature respectée, voire restaurée est la meilleure des usines à dépollution et à préservation du climat. Quand il dit cela, c’est pour dénoncer, à juste titre,  la déforestation importante qui a été pratiquée dans notre région.

    Afin d’y remédier, on parle donc  de plantations ; qui dit plantation dit trame verte ; qui dit trame verte dit maitrise des sols ; qui dit maitrise des sols dit monde agricole… Ce sont les fiches 3,4,5 et 56 de notre Agenda 21 : plantations de voierie, oxygène 62, trame verte et bleue et maitrise des sols en périurbain pour le maintien des ENS et de l’agriculture.

   Mais dès que vous parlez de maitrise des sols, on vous rétorque outil de travail, expropriation abusive et intégrisme écologique. Et on nous demande de respecter, dans la maitrise des sols et dans l’idée d’une trame verte, une certaine modération voire une ostensible retenue. Et à un moment, on nous demande de signer une charte de bonne conduite. OK mais il faut quand même se rappeler qu’un arbre, ça ne se plante pas dans le goudron.

   De plus, le sujet devenant polémique, le conseil général a décidé d’élaborer un SCOB (schéma de cohérence boisement).  Mais déjà, certains prennent l’élaboration de ce schéma comme un moyen de limiter la démarche trame verte ; d’autres pensent, au contraire,  que ça pourrait la booster. Là, le monde agricole, nous même au sein du Conseil Général, bref tous ensemble avons besoin d’une mise au clair…

   Et inutile de vous dire que, dans la zone du « Parc naturel des Caps et Marais d’Opale », ce sujet est encore plus sensible.

   Autre problématique : la consommation de produits issus de l’agriculture biologique.

   Tout le monde sait qu’une démarche vertueuse dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique implique, entre autre, la consommation de produits de saison, dans un circuit court et sans utilisation d’éléments chimiques.

   2 fiches de notre Agenda 21 font référence au bio : introduction dans les collèges et soutien aux structures régionales impliquées dans l’agriculture biologique.

   Dés 2008, nous avons lancé une expérimentation dans 6 collèges, avec l’aide de l’association A.Pro.Bio. Mais très rapidement, 3 types de difficultés sont apparus.

 Tout d’abord, l’absence ou le manque de structure des filières. Certains établissements ont eu des difficultés importantes pour trouver des fournisseurs capables de répondre aux exigences de volume, ou des fournisseurs capables de respecter toutes les obligations sanitaires pour la restauration collective et dans un rayon d’intervention relativement petit. Faire venir du bio de trop loin, peut nous satisfaire philosophiquement, mais est une aberration quant au bilan carbone. La filière locale a du mal à s’organiser mais elle est en train de faire sa révolution. Actuellement, nous communiquons à nos collèges une liste de 117 fournisseurs potentiellement mobilisables. C’est déjà mieux… Ou c’est moins pire.

   Seconde difficulté liée à l’hétérogénéité des prix des denrées. Nous avons constaté des tarifs très variables d’un établissement à l’autre. Le surcoût pour des fruits et légumes bio peut être estimé de 5 à 10%. Pour d’autres produits, telle la viande, cela peut monter à 500%... Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes dans le cadre de la gestion financière des demi-pensions. Mais, dans le cadre de sa démarche, le Conseil Général à quand même voté un plus de 10 à 40 centimes d’euro par repas.

   Dernière difficulté administrative et technique : Cette démarche nous oblige à mettre en place des cahiers des charges spécifiques pour le bio et amène les collèges à imaginer des menus à partir de produits frais, bio, de saison et produit localement…

   Toutes ces difficultés ne sont pas insurmontables mais il nous faudra encore un peu de temps. Le département du Pas-de-Calais a beau être un grand département agricole… quand dans certain coin, on ne cultive que de la betterave, de la patate ou du maïs, faire un repas équilibré, bio, respectueux du climat et apprécié par les enfants, n’est pas forcément une évidence.

   Voilà 2 exemples qui vous démontrent que le fait d’être un grand département agricole nous oblige à assumer une certaine inertie et à accepter que les mutations soient un peu plus difficiles qu’ailleurs. Nous  vivons cette difficulté dans le cadre du changement climatique comme nous le vivons dans le cadre de la Directive Cadre sur l’Eau.

  Tous les spécialistes s’accordent à dire que la modification du climat va bouleverser l’agriculture, le type de cultures et d’élevage, donc la gestion de notre territoire.

Dans ce domaine là, comme dans d’autres, il y a le préventif et le curatif sachant que les 2 attitudes se rejoignent en une seule attitude : s’adapter et transformer ses pratiques pour répondre plus efficacement aux risques climatiques.

   Et nous avons confiance dans l’intelligence collective de  notre société pour trouver des solutions. L’important, c’est d’abord d’avoir conscience du problème. Une fois que la prise de conscience est faite… le plus dur reste à faire. Mais cela, c’est votre sujet pour cet après-midi.

Hervé Poher

 

Partager cet article

Repost 0
Published by popo - dans CG: Agenda 21

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)