Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 00:00

Black-Poher.jpg 

Mesdames et Messieurs.

 

Une fois n’est pas coutume : étant donné, la projection du film et notre petite incursion dans le pays du tourisme, et ne voulant pas vous obliger à vous coucher tard, le sommeil étant devenu une priorité gouvernementale, j’ai décidé, cette année, de faire court… Du moins nettement plus court que d’habitude.

 

Comme vous avez pu le voir, nous avons voulu, pour cette cérémonie, mettre l’accent sur un anniversaire très symbolique, celui de nos 10 ans.

 

   10 ans… Qu’est-ce que 10 ans. Les forts en mathématiques souligneraient que cela fait 120 mois, 520 semaines, 3652 journées (puisqu’il y a eu 2 années bissextiles),  87648 heures et 5 millions 258 milles 880 minutes….Certains vous diront que c’est déjà beaucoup pour une vie commune, les divorces étant très à la mode… D’autres vous rétorqueront que c’est peu dans la vie d’une collectivité…  Et c’est vrai… C’est à la fois court et long. Court quand on voit tout ce qui reste à faire ; long, quand on se rappelle du chemin parcouru et de ce qui a été fait. Permettez-moi d’être un peu un grand-père qui se souvient de ses guerres, de ses espoirs et de ses rêves, et de m’adresser à ceux qui ont vécu cette petite épopée.

 

   Chers anciens combattants ; Rappelez-vous cette réunion, en 1996, dans cette même salle. Je vous proposais, alors, une rassemblement, une union, une mutualisation de nos forces et de nos compétences pour pouvoir créer ce que j’appelais une dynamique collective.

 

-         Pourquoi cette démarche ? Parce qu’il était évident que la modification du paysage administratif et politique ne laissait aucune place à l’isolationnisme et qu’on se devait d’être regroupé pour pouvoir avancer.

 

-         Pourquoi les communes rurales du canton de Guînes et une commune du canton de Desvres ? Parce que pour réussir une union, il faut, si possible, avoir les mêmes intérêts, les mêmes aspirations, les mêmes objectifs. Et l’attachement à une certaine image de la ruralité est, sans aucun doute, notre plus petit dénominateur commun, mais, probablement, le plus important.

 

   -   Pourquoi cette forme là ? Simplement parce qu’une Communauté de Communes peut et doit évoluer, s’adapter selon les désirs et changer selon les ambitions. Dans toute démarche collective, il faut s’obliger à donner du temps au temps, il faut apprendre à  regarder l’autre, à l’écouter, à le connaître. D’où des évolutions, des adaptations et une montée en charge progressive. Et les statuts d’une Communauté de Communes permettent de prendre le temps de faire connaissance

 

   C’est cette démarche là que je vous avais proposée en cette fin 1996.

 

   Chers anciens combattants ; Rappelez-vous cette réunion constitutive, à Fiennes, en 1997. Nous avons officiellement créé la communauté de Communes des Trois-Pays.  Trois-Pays, trois objectifs :

 

-         Etre un territoire de projets

-         Etre un territoire de solidarité

-         Etre un territoire d’expérimentation.

 

   Tout cela, c’était de bien belles phrases, mais, très sincèrement, nous ne savions pas exactement où nous allions. A part le tourisme, qui était déjà bien structuré, nous devions tout inventer.

 

Et pourtant…

 

  Territoire de projets, nous l’avons été. Dès 1997, nous avons adhéré à un Contrat de Développement Rural. Et cette démarche a été, pour nous, une formidable rampe de lancement, un merveilleux laboratoire d’idées. Permettez-moi de remercier l’Etat, la Région et le Conseil Général qui ont été des partenaires indéfectibles de notre collectivité.

 

   Nous venions d’être créé, il nous fallait avancer prudemment… Le Contrat de Développement Rural nous a permis de mettre le turbo… Et nous y avons été gagnants car, même si les contrats sont, maintenant, terminés, nous avons, malicieusement, subrepticement, gardé le turbo : La signalétique, l’aménagement du territoire, une zone d’activité économique, l’illumination des églises, le passage en TPU, les ordures ménagères, les documents d’urbanisme, le contrôle de l’assainissement non collectif, un tourisme structuré, un environnement préservé et j’en passe….

 

   Tout cela, il fallait le faire et nous l’avons fait ou mis en place, parce que c’était notre rôle, parce que c’était notre devoir. Mais il nous fallait aussi, monter des projets en ayant toujours à l’esprit que nous sommes un petit maillon de la chaîne du service public,

-         en amenant des manifestations culturelles en milieu rural,

-         en créant une école intercommunale de musique

-         et en étant au plus proche du citoyen. Et vous voyez que nous sommes un petit maillon, mais un maillon indispensable.

 

   Territoire de solidarité, nous l’avons été. Dés le début, nous nous sommes impliqués dans la politique de la petite enfance, en imaginant des haltes garderies et des ludothèques en milieu rural. Certains nous ont traités de casse-cou… L’histoire nous a donné raison. Merci à tous nos partenaires et en particulier à la CAF.

 

   Solidarité encore, quand, en réunion à Licques, nous avons décidé une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat, qu’on pensait trop ambitieuse, mais dont les objectifs ont été largement atteints.

 

   Solidarité enfin, quand nous avons inventé l’Opération ARARAT. Devant les phénomènes itératifs d’inondation, nous ne pouvions pas rester inactifs. Et ce que nous avons fait, nous devions le faire, même si c’est incomplet.

 

   Territoire d’expérimentation, nous l’avons été. En créant le Taxi Vert, nous avons voulu être solidaires avec les plus démunis et gommer ce handicap commun à tous les pays ruraux que représente l’éloignement, sans moyen de locomotion.

 

   Expérimental, aussi, cette volonté de parsemer nos communes de tous ces cyberpoints et de nous transformer en territoire numérique.

 

   Expérimentale, cette volonté de s’impliquer dans les Programmes Régionaux de Santé. Notre petite collectivité est, dans la région Nord-Pas-de-Calais, celle qui a déposé le plus de dossiers prévention par tête d’habitant.

 

   Expérimental et courageux enfin, notre volonté de créer le premier Centre Intercommunal d’Action Sociale, premier de la région nord-Pas-de-Calais. Et pourtant, ce n’est pas un domaine très facile à appréhender. Il est bien plus facile de construire un bâtiment que d’élaborer toute une chaîne de solidarité. Nous sommes heureux d’avoir construit la Maison du Bien Etre, à Hardinghen, mais nous sommes fiers d’avoir mis en place un CIAS.

 

   Chers anciens combattants ; Rappelez-vous cette réunion, à Hardinghen, quand nous avons choisi notre logo : « Le vert, le vrai, la vie. » Et ces quelques mots, très simples, dans notre logo, résument bien notre état d’esprit et nos ambitions. Nous avons un environnement de verdure, d’eau et de grand vent… Même si cela nous pose, parfois des problèmes, nous savons que c’est un atout et que nous devons le préserver, sinon le protéger, voire le fortifier.

 

   Chers anciens combattants ; Rappelez-vous enfin, cette journée de 2004, où, tous ensemble, réunis à l’école Bertin Duquenoy, nous avons décidé de réviser nos statuts et nos compétences. Nous avions appris à travailler ensemble ; il nous a semblé naturel de revoir le contrat de mariage. En 1997, nos compétences étaient résumées en 2 chapitres et 5 articles. A la fin de notre travail de révision, en 2004, nous étions arrivés à 7 chapitres et 58 articles.

 

   Voilà le chemin parcouru. Et même si, en 1996, certaines communes étaient entrées dans ce processus à reculons, personne ne peut nier que tout le monde y a gagné. Nous pouvons être fiers du travail accompli durant ces 10 années d’existence. C’est un bon bilan et nos assises n’en sont que plus fortes.

 

   Et l’avenir ? De quoi sera-t-il fait ?

 

   Permettez que je donne quelques points forts de nos futurs projets :

 

·        Nous sommes engagés dans la construction de la troisième maison de pays, à Licques. Regroupant tout les services à l’enfance, elle sera à dominante culturelle. Chacun des 3 pays aura sa maison ; nous aurons ainsi rempli notre contrat et servi la population.

 

·        Nous devons, dés à présent, imaginer l’extension de notre zone d’activité, car il serait inconcevable que, nous, élus, soyons obligés de refuser une entreprise parce que nous n’avons plus de terrain. Dans le domaine économique, nous devons anticiper.

 

·        Nous devons élaborer un plan de reboisement ambitieux, pas parce que le développement durable est à la mode… Non, simplement parce que les espaces boisés, les forêts et la verdure sont l’image même de notre territoire et font le charme de nos paysages. N’oubliez pas : nous voulions être le poumon vert du Calaisis. Et dans ce cadre, nous ne pouvons pas faire autrement que d’élaborer notre plan de développement durable.

 

·        Nous devons, impérativement, relancer une opération ARARAT II parce que les pluies tropicales du mois d’août ont montré qu’il y avait encore des manques criants dans notre dispositif.

 

   On ne peut pas regarder, d’un air fataliste, la commune d’Andres envahie régulièrement par les eaux.

 

   Nous devrons, de même, être plus impliqués sur le pays de Licques, par devoir vis-à-vis de ses habitants et par solidarité avec tous les habitants de la vallée de la Hem. J’espère que le contrat de rivière de la Hem va, enfin, déboucher sur des actions concrètes.

 

   Et dans le cadre de la solidarité, nous ne pouvons pas ne pas intervenir sur le bassin versant de Caffiers, responsable d’une partie des inondations de Hames-Boucres. Il serait anormal, immoral et honteux que, sous prétextes de limites territoriales, nous continuions à inonder nos voisins, sans chercher des solutions. Merci d’avance à tous ceux qui, comprenant que nous sommes devant une responsabilité collective, accepteront de faire un bout de chemin avec nous.

 

·        Depuis juin de cette année, nous avons signé un contrat avec le département. Ce contrat, bien pensé, bien réfléchi est raisonnable et s’inscrit dans la droite file de nos compétences, pouvant ainsi aider ou compléter les compétences du département. Je l’ai dit, je l’ai souvent répété : pour faire bouger un territoire, il faut une dynamique collective impliquant les collectivités locales et territoriales, l’état et le citoyen. C’est pourquoi, depuis 10 ans, nous avons coopéré avec tout le monde, et c’est encore le cas aujourd’hui, dans le cadre du tourisme, avec nos voisins.

 

·        Cette année, nous devrons finaliser notre partenariat avec nos amis maliens de Maréna Djoumbougou. L’éloignement rend ce dossier compliqué ; les problèmes de communication rendent ce dossier compliqué ; les habitudes culturelles et sociales de ce pays rendent les choses compliquées… Car, comme dit un de nos partenaires : « Nous, on a des montres… Mais eux, ils ont le temps. »

 

·        Autre dossier auquel il faudra penser, même si nous avons un peu plus de temps : la fusion des intercommunalités. Cette démarche proposée, voire imposée par le préfet est une idée qui me semble judicieuse, pour ne pas dire intelligente… Vous vous doutez bien que ce n’est pas moi qui vais dire le contraire puisque c’est, à quelques points prés, le projet que j’avais proposé en 1996.

 

     Mais force est de reconnaître que nos structures ont pris leurs habitudes de vieilles filles et qu’elles étaient heureuses, chacune de leur cotés. Ma précipitation ayant été néfaste, en 1996, je pense, sincèrement, que, maintenant, il faut savoir prendre son temps et bien penser les choses. Certains diront que je me comporte un peu comme la mule du pape, qui n’oublie jamais…. Cela ne me gêne pas… On dit bien que je suis têtu comme un âne.

 

   Voilà quelques points que je voulais vous préciser :

 

   -   Un bilan dont nous pouvons être fiers, basé sur une bonne vision du territoire, un esprit coopératif tout azimut et une forte idée de la notion de service public.

 

  -    Des dossiers futurs qui seront basés sur le même triptyque. Si on ne change pas une équipe qui gagne, de même, on ne modifie pas une méthode qui réussit.

 

   Voilà, rapidement ce que je voulais vous dire. Mais sachez que ce qui fait avant tout notre force, c’est le plaisir que nous avons de nous retrouver, de discuter et de faire avancer nos projets. C’est la sérénité qui règne dans nos réunions et l’amitié qui  s’est forgée au fil de ces 10 années. Nous ne sommes pas d’accord sur tout, mais au moins, nous, nous avons l’intelligence d’écouter l’autre. Et cet atout là, ce n’est pas écrit dans nos statuts, ni dans nos compétences. C’est pragmatique, humain et affectif, mais c’est d’une efficacité redoutable.

 

   Et pour en terminer, Mesdames et Messieurs, chers anciens combattants : Pour ce début d’année 2007, je vous demande d’oublier les agitations électorales, d’oublier la CCTP, la région, le département et tout le reste… Ne pensez qu’à cette petite collectivité, bien plus importante que tout le reste, c'est-à-dire, à votre famille. Rappelez-vous, simplement les statuts bien spécifiques de la famille, statuts qui comportent 3 chapitres et 3 articles :

 

Article 1 : Nous avons décidé de vivre dans une collectivité qui prendra le nom de famille.

Article 2 : Le seul objectif de cette famille, c’est d’être heureuse.

Article 3 : Le seul moyen pour y arriver, c’est une santé de fer, un moral d’acier, et de l’amour solide comme du tungstène.

 

   Alors, mesdames et messieurs, suivez ces statuts à la lettre et gardez tout pour vous.  C’est peut-être égoïste, mais cet égoïsme là, nous vous le pardonnerons volontiers.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé POHER - dans CCTP (voeux)

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)