Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

2017

- Arrêt du Sénat

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 octobre 2005 3 12 /10 /octobre /2005 00:00

Tortues de floride 

 

 Colloque sur les espéces invasives. Saint-Omer

   

                                                     Mesdames et Messieurs.

 

   Lorsqu’il m’a été demandé de clôturer ce colloque sur les espèces invasives, je dois vous avouer que j’étais perplexe. Mes compétences s’exercent plus dans le cadre des invasions microbiennes, de par ma formation médicale, ou des invasions touristiques, de par mes fonctions d’élu local. Mais, ne reculant devant rien, j’ai décidé de me renseigner sur ces envahisseurs. Et figurez-vous que les écrits consultés ont mis en évidence de fortes similitudes avec la médecine, similitudes que je vais vous mettre en évidence.

 

-         Il est écrit : «  Ce sont des espèces exogènes »…… Comme les microbes. A part quelques microbes dit saprophytes qui vivent à l’état naturel, surtout dans votre tube digestif, les microbes ou virus sont tous exogènes. Ceux qui font régulièrement la grippe, ne me diront pas le contraire.

 

-         Il est noté « qu’ils nuisent à la biodiversité des milieux ». Comme les microbes. Et quand il n’y a plus de biodiversité, il y a déséquilibre. Ceux qui ont déjà eu la turista, ne me diront pas le contraire.

 

-         Ensuite, on dit «  Une espèce est dite exogène ou allochtone lorsqu’elle se trouve en dehors de son aire de répartition naturelle. » Si certains d’entre vous pensent que l’aire de répartition naturelle du bacille de Koch ou du tréponème, c’est le corps humain, je suis très inquiet pour votre santé.

 

-         Enfin, il est écrit : «  Une espèce exogène devient invasive lorsqu’elle devient un agent de perturbation de l’écosystème et modifie la diversité biologique de son milieu d’accueil ». Vous le savez, chaque infection du corps humain entraîne des modifications caractéristiques du milieu biologique.

 

 

    Si je me suis permis de mettre en évidence c’est similitudes, c’est simplement pour vous rappeler que la nature, comme le corps humain, sont des systèmes en équilibre, équilibres souvent parfaits, mais équilibres toujours précaires. Et que la moindre atteinte de cet équilibre peut avoir des conséquences redoutables. Dans le cas de l’invasion microbienne, la conséquence peut être la mort du malade ; dans le cas d’une invasion par des espèces exogènes, le résultat peut être la mort d’un milieu naturel.

 

  De plus, il y a 3 notions médicales que l’on peut rapprocher du problème des espèces invasives. La notion d’atteinte isolée, celle d’épidémie et celle de pandémie. Avec une différence majeure dans le cas des espèces invasives, c’est que l’atteinte isolée devient très rapidement une épidémie et que pour certaines plantes, en particulier, l’épidémie se transforme en pandémie. 

 

  Et pourtant, nos concitoyens sont moins sensibilisés aux problèmes des espèces invasives qu’aux problèmes de santé,

-         C’est que la notion de temps n’y est pas la même

-         C’est qu’ils ne se sentent pas touchés directement

-         C’est que parfois, les envahisseurs savent prendre un aspect très agréable.

 

   Notion de temps. En effet, lorsque vous êtes victime d’une invasion microbienne, le délai de latence est de quelques heures, voire quelques jours. Dans le cas de l’invasion des espèces invasives, le délai se compte en années, voire en décennies. Ce qui, dans la tête des gens, modifie complètement, la notion de l’urgence.

 

   Notion d’atteinte personnelle : Vous avez beau dire à des gens que la Renouée du Japon est en train d’envahir nos marais et le bord de nos routes…. Eux, ce qui les intéresse, c’est de savoir comment éliminer les orties de leur jardin. Et les seuls qui sont sensibilisés aux méfaits de la tortue de Floride, sont, soit des pêcheurs, soit des propriétaires d’étangs colonisés par cette « si jolie petite bête ».

 

   Notion d’aspect agréable, enfin. La nature, avec son grand pouvoir d’adaptation a compris une chose : Pour pouvoir envahir de façon sereine, il faut plaire à ceux qu’on envahit. Personne ne peut dire que les verges-d’or, les buddleias ou les asters américains ne sont pas des plantes ornementales de toute beauté…..Mais ce sont des envahisseurs.

 

Alors, comme pour la médecine, il y a deux façons d’appréhender le problème : le préventif et le curatif. Et comme pour la médecine, nous devons appliquer ces deux démarches, de façon simultanée.

 

    En préventif : Vous ne pourrez jamais empêcher les gens de voyager, vous ne pourrez pas empêcher les bateaux de parcourir les océans, vous ne pourrez pas empêcher les oiseaux de voler en franchissant les frontières. Mais, c’est notre devoir, de perpétuellement vulgariser, d’informer, d’éduquer les gens sur ce qu’il faut faire et ne pas faire, sur ce que l’on peut ramener de tel ou tel pays et ce qui n’est pas souhaitable de rapporter, même en souvenir. Certaines lois permettent de sanctionner les responsables d’une introduction préjudiciable, mais, vous le savez, ces lois ne sont quasiment pas appliquées. De plus, nous nous heurtons à des effets de mode qu’il est parfois bien difficile de combattre, effet de mode exploité par des commerçants, inconscients ou parfois peu scrupuleux.  Qui n’a pas eu dans son entourage un parent très fier de sa ou ses tortues de Floride……. Et vous savez les ravages qu’elles font, une fois relâchées dans la nature.

 

Et en curatif, nous n’avons pas le choix. Il faut détruire….Mais, il faut l’avouer, dans la lutte contre ces invasions, nous avons souvent certaines désillusions, voire des déceptions. Car la nature, les plantes et les animaux ont un pouvoir d’adaptation étonnant, une résistance parfois exceptionnelle et un pouvoir de multiplication souvent décourageant, quand ces plantes ne sont pas désirées. Mais c’est un combat quotidien que nous devons mener avec nos structures, avec nos scientifiques et en étant strictes par l’intermédiaire des réglementations qu’il faut, impérativement appliquer.

 

   Permettez-moi de terminer par 2 anecdotes :

 

   Il y a quelques années, dans un bassin alimenté par un puit artésien, en plein centre de la ville de Guines, j’ai fait mettre une vingtaine de truites. Celles-ci cohabitaient avec les quelques vieux poissons qui occupaient les lieux depuis des années. Au bout de quelques semaines, nous avons constaté des blessures sur ces truites, avec la peau arrachée et parfois même des manques de chair. Nous avons contacté le pisciculteur qui nous les avait vendues, en lui demandant si ses poissons n’étaient pas malades. Venu sur place, ce monsieur fit vite le diagnostic. Il nous a annoncé que nous avions, probablement une ou des tortues de Floride dans le bassin et qu’elles attaquaient nos truites. Il nous a fallut 2 mois pour pouvoir attraper 2 tortues qui faisaient, au moins 15 cms chacune. Et malheureusement, entre temps, toutes nos truites étaient mortes.

 

Autre anecdote : Il y a 5 ou 6 ans, le président Roland Huguet a commencé une réunion en disant : « Mesdames et Messieurs, j’ai le douloureux devoir de vous annoncer que la bataille contre le rat musqué est perdue ». Depuis plus de 20 ans, le CG subventionnait la lutte contre le rat musqué et lorsque ce financement avait été décidé, c'est-à-dire dans les années 80, le président avait dit, pour rassurer les élus, que cette subvention serait attribuée pour 3 ou 4 ans, car on viendrait à bout de cette charmante bête. Force est de reconnaître que 25 ans après, les rats musqués sont toujours là et que nous continuons à subventionner l’hypothétique éradication du rat musqué. La petite histoire dit que le paiement des piégeurs était fait « à la queue ». Si bien que certains coupaient la queue, mais relâchaient la bête, surtout si c’était une femelle… Et on soupçonne, même, quelques personnes cupides d’avoir eu des élevages de rats musqués…..

 

   Voilà ce que je tenais à vous dire, sans aucune prétention scientifique et sans vous proposer de solutions miracles. Mais je suis intimement persuadé qu’il faut continuer à expliquer, à informer, à sensibiliser nos concitoyens et nous, responsables de structures ou élus, nous devons continuer à faire de la résistance.

 

 Résister à un envahisseur, même s’il est joli, même s’il est attractif, c’est quand même plus glorieux que de laisser faire les choses. Alors, Mesdames et Messieurs, soyons les promoteurs d’un réseau de résistance à l’envahisseur.

 

/ Hervé Poher

 

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Agence de l'Eau

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)