Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

2017

- Arrêt du Sénat

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11 décembre 2001 2 11 /12 /décembre /2001 00:00


007.jpg

grand-site.jpgINTERVENTION CARCASSONNE

 

            Monsieur Olivier PROVIN vous a présenté le "Site des Deux Caps".                         

            Moi, je vais vous parler de la problématique de ce site.           

            Je pense que vous avez compris que la gestion de ce site est relativement complexe :

-         parce qu'il est coincé entre deux grosses agglomération (Boulogne et Calais)

-         parce qu'il est occupé depuis des siècles par une population qui naturellement veut garder son environnement et son activité agricole, même si elle a évolué.

-         parce qu'on y trouve de nombreux villages qui, légitimement, veulent se développer et profiter de la manne touristique

-         complexe enfin, parce que depuis quelques années nous assistons à un recul très important du trait de cote, nous posant ainsi des problèmes d'aménagement et de sécurité.

Alors, c'est vrai, ce site aurait pu évoluer calmement, au gré du vent du large, avec simplement une application vigilante de la loi littorale et une intervention forte du Conseil Général et du Conservatoire qui achètent tous les terrains de la bande littorale, dès qu'ils sont en vente.

            Et pourtant, en 1999, un collectif réunissant tous les acteurs locaux a du se pencher sur le problème du "Site des Deux Caps". En effet, force a été de reconnaître que nous étions dépassés par l'ampleur d'un phénomène que nous pensions impossible, chez nous, les gens du Nord ! : c'est l'invasion touristique.

Depuis des siècles, le Cap Gris Nez, le Cap Blanc Nez et la Baie de Wissant étaient des lieux, agréables certes, mais uniquement fréquentés par la population locale.

Les Calaisiens et les Boulonnais y allaient pour "prendre un bol d'air", pour aller à la plage pêcher la crevette, ou simplement pour y admirer les cotes d'Angleterre, qui parfois sont tellement nettes, qu'on a l'impression de pouvoir les toucher.

Et depuis quarante ans, ce site était devenu pour beaucoup de locaux un but de promenade dominicale, où les gens mettent leur voiture sur les parkings, n'en sortent surtout pas et regardent le coucher du soleil, tout en mangeant des frites.

Et je le répète, les choses auraient pu en rester là, et le site aurait continué son petit bonhomme de chemin.

Pourtant dès 1963, les autorités se sont intéressées au site.

·        En 1963 : Un premier classement, celui de l'anse du Cap Gris Nez

·        En 1970 : Les huit communes du site des caps sont inscrites à l'inventaire des sites

·        En 1973 : Classement de la partie sud du site (estuaire et dunes de la SLACK et la pointe aux oies)

·        En 1978 : le site des caps figure sur la liste initiale les vingt-six grands sites nationaux. La coordination est confiée à l'Espace Naturel Régional

·        En 1983 : Mis en place de la politique d'acquisition et de gestion par le Conseil Général du Pas-de-Calais et le Conservatoire du Littoral

·        En 1987 : L'ensemble du site est classé                                                                

Mais simultanément à cette procédure, se prépare un événement majeur pour toute une région. C'est la décision du Gouvernement Français et du Gouvernement Britannique de construire "un Tunnel Sous La Manche".

L'ouverture du Tunnel étant prévue en 94, une réflexion est lancée dès 1989. En effet, il semblait évident qu'avec la création de ce Tunnel, les flux de populations seraient modifiés et qu'il fallait prévoir des aménagements sur le site : c'est l'opération Cap 93.

Cette opération a permis, tout en gardant l'ossature générale existante, de créer :                    

-         9 parkings pour 1600 places de stationnement

-         De mettre en valeur certains petits villages typiques de notre cote (5 opérations)

-         De compléter les équipements sur les sentiers de randonnée et le chemin des douaniers

Mais, en, 1999, l'ensemble des acteurs locaux a du reconnaître une évidence : nous étions débordés par l'ampleur de la fréquentation touristique, et alors qu’il fallait appliquer un traitement de cheval, nous avions administré de l’homéopathie.                       

Que s'est-il vraiment passé ? Pourquoi les responsables de l'époque n'avaient-ils pas prévu ce rush sur la cote d'opale ?                                                                      

Tout simplement parce que ceci résulte de la conjonction de trois phénomènes sur une période relativement courte.

1er phénomène : le bouleversement complet de notre système routier

            La cote d'opale est la région de France qui a reçu le plus d'investissements routiers entre 85 et 2000.

Voici une carte de 1980                                                                                

Voici une carte de 2000                                                                                            

 

Entre ces deux cartes :

-         nous avons eu la création du Tunnel Sous La Manche, qui déborde à deux kilomètres du Cap Blanc Nez. Je tiens, quand même, à vous rappeler que le Tunnel et les Car Ferry sur Calais, c'est quarante millions de passagers par an.

-         nous avons eu la terminaison de l'A26 (Paris-Arras-Calais)

-         nous avons eu la création de l'A16 (Rocade Littorale) reliant Dunkerque à Paris ou Rouen en passant par Amiens

-         nous avons eu le branchement direct de notre système autoroutier sur celui de la Belgique ou des Pays Bas

-         nous avons eu enfin le doublement de la N 42 entre Saint-Omer et Boulogne Sur Mer

Toutes ces infrastructures font, que la cote d'opale est maintenant :

-         à 1H30 de Londres ou de Paris par le TGV

-         à 2H de Paris ou Bruxelles par la route

-         à 3H d'Amsterdam ou de l'Allemagne

Et depuis quelques années, vous savez bien qu'on ne raisonne plus en distance, mais en temps de trajet; et une étude faite pour Eurotunnel a montré que nous étions un pole d'attraction pour cent millions de personnes.

2ème phénomène qui a profondément modifié le fonctionnement du site 

                                                                                              

            C'est la volonté forte des collectivités locales, départementales et régionales de changer l'image de marque du Pas-de-Calais.

-         fini les stéréotypes; le Pas-de-Calais n'est plus uniquement le pays des terrils, avec des gueules noires, sous un ciel gris. Bref, Germinal c’est fini !.                                       

-         non le Pas-de-Calais, c'est aussi et surtout, un pays de collines et de verdure, où il ne pleut pas plus qu'ailleurs et où les paysages sont bien souvent magnifiques.                                                                            

Et cette image, tout à fait différente, nous avons réussi à l'imposer. Actuellement, en France, en Europe, dans le monde entier et sur internet , vous ne trouvez pas un seul document vantant la région Nord-Pas-de-Calais, où il n'y ait pas une photographie du Blanc-Nez. Nous avons voulu changer notre image, et nous sommes en train de réussir.

Dernier phénomène qui a tout changé                                           

C'est l'explosion du tourisme de proximité.

-         Le Nord-Pas-de-Calais est au centre d'une Euro Région de cent millions de personnes.

-         Le Nord-Pas-de-Calais c'est sur deux départements 4,5 millions d'habitants qui aiment la mer

-         Le Nord-Pas-Calais, c'est la première étape de tous les britanniques qui viennent sur le continent

-          Le Nord-Pas-de-Calais, c'est enfin, un pays du sud pour les Belges, les Néerlandais et les Danois.

Bref, depuis quelques années, le Pas-de-Calais est devenu le quatrième ou cinquième Département les plus touristiques de France. Qui aurait pu imaginer cela, il y a 15 ans.

La conjonction de ces trois phénomènes :

-         infrastructures routières

-         image de marque

-         développement du tourisme                                                                      

nous a amené, en 1999, à faire ce constat "nous avons trop de touriste et trop de touristes, ça tue un site et trop de touristes, ça tue le tourisme".                           

Imaginez, un million de personnes qui passent chaque année sur un parking à peine plus grand que cette salle…Imaginez qu'en plus des Anglais, des Allemands, des Hollandais, toute une région vient sur la cote d'opale pour y voir les couchers de soleil, bien sûr, mais en plus on y retrouve des randonneurs, des passionnés d'aéromodélisme, des pratiquants du parapente et des excités du moto cross !!.

Bref, nous avons constaté une dérive complète avec une dégradation évidente de l'environnement. Il nous fallait réagir avant que des conflits ne s’installent autre public-gestionnaires / public-habitants / public-monde agricole.

 

En 1999, a été crée une commission pour réfléchir et proposer des solutions dans le cadre d'une Opération Grand Site National.

-         Cette commission est composée de représentants :

·        Conservatoire du Littoral

·        du Parc Naturel des Caps et Marais d'Opale

·        du Syndicat Mixte de la Cote d'Opale

·        du Conseil Régional

·        de l'Espace Naturel Régional

·         du Conseil Général par quatre de ses éléments                                                                      

-         le Bureau de l'Environnement

-         EDEN 62, Syndicat Mixte gérant les terrains

-         la division de la Voirie Départementale

-         le Comité Départemental du Tourisme

·        Les Chambres de Commerce et d'Industrie

·        des représentants de la DIREN

·        et bien entendu, des représentants de toutes les communes inclues dans le périmètre d'étude

L'étude a été lancée en 2000 avec pour objectif :

-         faire un diagnostic précis du phénomène

-         et proposer des solutions qui ne doivent pas être des replâtrages à minima, mais qui doivent, au contraire, envisager une croissance exponentielle de la fréquentation.

C'est pourquoi, l'étude diagnostique doit porter sur le site, lui-même, mais aussi sur tout l'arrière pays, situé entre la mer et l'autoroute A16. Sachant que certaines solutions seront situées dans l’arrière pays.      

De plus, nous avons voulu que cette étude comprenne :

-         un volet environnemental

-         un volet touristique

-         un volet économique

-         un volet habitat

-         un volet aménagements routiers

Cette étude va nous être rendue dans un mois : elle n'est pas validée par la commission et c'est pourquoi, je ne peux vous en donner la teneur.

Mais nous savons déjà :

-         qu'elle proposera, commune par commune, des travaux, des adaptations, des modifications permettant de mieux gérer les flux

-         elle proposera, sur nos deux sites emblématiques un traitement chirurgical avec suppression de parkings et même de routes départementales

-         elle proposera sur ces même sites les moyens de gestion du public afin que la nature puisse reprendre sa place naturelle

-         elle proposera une modification complète de la signalétique et des moyens d'accès au site.

-          Elle définira enfin, les possibilités et les limites du développement économique, urbanistique et touristique pour chacune des communes.

Dès le mois de Janvier, une étude complémentaire sera lancée pour examiner le problème spécifique du Cap Blanc Nez.

Bien entendu, certaines prescriptions seront peut être rudes et surprenantes pour la population locale; c'est pourquoi, dans cette démarche, nous allons lentement, dans la concertation, en rassurant les élus locaux et la population.                                            

Voilà, Mesdames et Messieurs, l'histoire de ce site.

Le population du Pas-de-Calais est une population laborieuse, durement marquée par l'histoire et elle ne s'est rendu compte de la richesse de son patrimoine naturel, qu'il y a quelques décennies. Et c'est justement parce que cette découverte est récente, que nous y sommes encore plus attachés.

C'est pourquoi, toute une région, toute une population s'est mobilisée dans cette démarche.

Et pour nous, habitants de la région, trouver des solutions, pour le Site des Deux Caps est :

-         un geste essentiel

-         un geste responsable

Et surtout, un geste d'avenir.

/ Hervé Poher

Blanc-Nez-30.jpg

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans CG: Site des Caps

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)