Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 16:24

guines.gif 

Une nouvelle ambition pour la ville de Guines :

                         Son Agenda 21

 

Préambule :

 

   Ce document n’est qu’un document de travail. Il répond à une demande de l’équipe municipale de la Ville de Guines, respectant ainsi un engagement électoral et répondant de fait à une préoccupation locale, nationale, voire mondiale.

 

   Comme tout document de travail, il ne sert qu’à amorcer « la pompe à idées » et devra être modifié, amendé, complété et reformaté. Mais sachez qu’il n’est pas uniquement le fruit d’une quelconque divagation intellectuelle… Il est aussi la résultante et le bilan d’autres expériences stimulantes, parfois décevantes mais toujours instructives. Les craintes et appréhensions ne résultent que d’un vécu.

 

   De par mes fonctions au Conseil général, j’ai assumé l’élaboration d’un Agenda 21 départemental et je l’ai fait adopter par l’assemblée. En tant que président de la CCTP,  je participe aux travaux du bureau du Parc Naturel ; de plus, nous faisons partie du Pays du Calaisis et nous renégocions avec le Conseil Général (CG)… Et dans toutes ces instances, le développement durable est une tête de chapitre… incontournable !

 

   Certaines réflexions sur la mise en place d’un Agenda 21 me sont personnelles mais soyez assurés qu’elles ne sont pas uniquement la résultante de mon pseudo-mauvais caractère, mais bien le bilan des nombreuses expériences : les atouts, il faut savoir s’en servir mais les freins, il faut savoir les dénoncer et les faire sauter… Et cela, le plus tôt possible !

 

   Et ce qui est important, dans la gestion de la ville, comme dans sa vie personnelle, c’est d’avancer. Nos concitoyens ne nous ont pas élus pour faire du sur-place et se complaire dans l’inertie. Si depuis quelques années, nous avons fait bouger les choses, c’est par un élan, un mouvement et une dynamique que nous avons voulue collective. Le mouvement est souvent critiqué parce que dérangeant, mais c’est l’inertie qui est sanctionnée.

 

   J’espère et je souhaite que l’agenda 21 amène dans nos têtes, un souffle d’imagination… Pour certains, il existe toujours ; pour d’autres, il a tendance à s’estomper… Pourtant, l’utopie est une belle maladie et c’est tout le mal que je nous souhaite.

 

1) Introduction : L’occasion fait le larron !

 

   Depuis plus de 20 ans, certaines notions nouvelles se sont imposées aux politiques, aux décideurs et aux entrepreneurs : les notions de développement durable, de lutte contre le réchauffement climatique et d’éco-responsabilisation. Cette prise de conscience est sociale, sociétale et semble devenir universelle. La ou les solutions seront donc sociales, sociétales et universelles. Et la ou les solutions seront collectives… ou ne seront pas !

 

   Mais pour qu’une démarche soit collective, il faut

Soit que chaque élément de l’ensemble adhère au projet

Soit qu’un leader soit le pionnier et entraîne les autres dans la démarche

Soit qu’il y ait conjonction d’événements, de dates et mutualisation de volontés.

 

   Ce troisième scénario semble être celui qui est proposé à la ville de Guînes. En effet, l’histoire politique et administrative nous permet de faire coïncider plusieurs démarches :

 

à Le Conseil Général a voté, en juin 2008, un Agenda 21 et il veut, par l’intermédiaire de sa contractualisation avec les EPCI, instiller ses nouvelles orientations (validées dans le Plan Stratégique Départemental) dans ses relations avec les collectivités. La CCTP (dont Guînes est un membre important) est en train de renégocier son contrat et celui-ci devra être signé pour la fin 2009. L’occasion fait le larron….

 

àLe Conseil Régional veut, dans le cadre de ses compétences, passer la vitesse supérieure… Et, il faut le reconnaître, cette collectivité a été, pendant longtemps, la seule porteuse des notions de « Trame verte et bleue » ; de plus, elle vient d’exposer un plan forestier ambitieux et intéressant… pour la ville de Guines et la Communauté de communes. Pour atteindre ses objectifs, le Conseil Régional est prêt à se mobiliser techniquement et financièrement. L’occasion fait le larron…

 

à Le Parc Naturel des Caps et Marais d’Opale mène, depuis un an, un travail de refondation concernant sa charte ; c’est aussi un moment privilégié pour analyser, critiquer et recadrer les relations entre le Parc et les EPCI. Mais le Parc est, de par son histoire et dans la mémoire collective des gens, porteur d’une image « environnementale » très forte et d’une technicité et d’une compétence « écologique » indéniable. L’occasion fait le larron...

 

à La CCTP a besoin, pour diverses raisons, de redéfinir de nouvelles ambitions. Les Trois-Pays ont été des pionniers dans bien des domaines : OPAH complexe, lutte contre les inondations, création d’un CIAS, Taxi vert…. Et si je parle de pionniers, c’est que nous, membres de la CCTP, nous avons été, pour certaines initiatives, les premiers du département, voire de la région, et que nous avons été copiés !!! Mais un pionnier ne reste pionnier que s’il invente et anticipe. Et pour inventer, le développement durable semble être, bien entendu, une terre fertile. L’occasion fait le larron…

 

àLa commune de Guînes, enfin, a besoin, elle aussi, d’objectifs forts et de nouveaux projets. L’histoire locale et la répartition des compétences Commune/EPCI a fait que de grands dossiers « mobilisateurs » sont en cours, sont terminés ou sont transférés. D’autres dossiers, tout aussi importants, sont en gestation et ils concernent, principalement,  l’aménagement urbain, l’habitat et la mobilité… Bref, des sujets où les notions de développement durable et d’attitude éco-citoyenne peuvent et doivent avoir une place de choix.

 

   Cinq collectivités territoriales ou locales ont ou vont affirmer leur volonté d’inclure la notion de développement durable dans leurs orientations politiques. Ce moment est privilégié ; ce moment doit être fondateur ; ce moment peut être unique. Il nous faut en profiter.

   

2) Quelques notions sur L’Agenda 21.

 

   Depuis plus de 20 ans, toutes les instances mondiales, les scientifiques et les économistes s’accordent sur une chose : notre modèle de développement n’est pas soutenable, ni viable pour les générations futures. Il met en danger la diversité du vivant, amène à l’épuisement des ressources naturelles et entraine notre planète dans le processus infernal du réchauffement climatique. De plus, ce type de développement est profondément inégalitaire.

 

   D’où la notion de développement durable apparue en 1980 ; d’où l’idée que le développement peut reposer sur une participation citoyenne et sur la prise en compte de facteurs environnementaux et sociaux qui s’ajoutent aux facteurs économiques ; d’où la dynamique de l’ « Agenda du XXIème siècle » qui réaffirme que les citoyens peuvent avoir une attitude respectueuse de l’environnement et que les collectivités locales doivent être les fers de lance de l’exemplarité.

 

3) Quelques points incontournables : Une vision politique globale.

 

   Du protocole de Rio (1992) et de la lecture des différents documents se rapportant au développement durable, on peut extraire certaines évidences ; en particulier

 

Qu’un Agenda 21 doit être un document « progressiste », avec des idées novatrices, avec l’ambition d’une révolution culturelle et avec l’audace d’une « bonne claque aux mauvaises habitudes »…

 

Qu’un agenda 21, même s’il est étiqueté « politique environnementale », peut et doit comporter, sans être obligatoires, des projets à visée sociale (personnes en réinsertion, personnes âgées, enfance, handicap…) montrant ainsi une forte volonté des élus et des responsables, car ces domaines sont trop souvent considérés comme des « compétences pesantes et onéreuses. »

 

Qu’un Agenda 21 exprime une philosophie politique globale qu’il serait absurde de vouloir mettre en place en une fois... L’efficacité doit être le résultat d’un pragmatisme étalé dans le temps… Sans toutefois nous emmener aux portes de l’irrémédiable… Car le temps commence à presser….

 

Qu’un Agenda 21 doit être, comme toute philosophie digne de ce nom,  une démarche transversale mêlant économique, social, aménagement du territoire et environnement….

 

  D’où l’énoncé des 4 points cardinaux de l’Agenda 21 :

Progressiste

Volontariste

Efficace

Transversal

 

4) Les handicaps de nos collectivités :
 Coincées entre le doute philosophique et la frilosité financière

 

   A l’énoncé de ces 4 points cardinaux, on peut facilement imaginer les freins et les handicaps d’une telle démarche :

 

a) Handicap car la transversalité n’est pas une habitude de nos administrations. Quand on fait du social, on s’occupe peu de l’environnement… Quand on fait de l’animation,  on ne croit exempt d’avoir des idées sur l’aménagement du territoire…et on peut trouver des exemples à foison…

 Cette façon de fonctionner est un frein à l’efficacité !

 

b) Handicap car nos collectivités ne savent pas faire de la philosophie… Elles font, avant tout, de la gestion. Les collectivités locales, de par le contexte économique et de par la force de l’habitude, sont devenues des gestionnaires de budget et non plus des promoteurs d’idées. Les collectivités et les technostructures qui les font tourner savent manier les chiffres et ont oublié comment manier les mots… Or la politique (gestion de la ville, en grec), est bien une démarche découlant de la philosophie et non des mathématiques. Et le développement durable est bien une attitude philosophique qui suppose de l’ambition et de l’imagination. Peut-on demander à un comptable d’être imaginatif ? Non, car il se dit pragmatique…Et c’est son droit !... Mais il ne fait pas de la politique.

   De plus, on le sait, l’application d’un Agenda 21 nécessitera un minimum d’investissement initial afin de récupérer, plus tard, des avancées politiques, des retombées médiatiques et des retours financiers… Mais les financiers sont, physiologiquement et philosophiquement, incapables d’imaginer à plus d’un an !

Cette façon de fonctionner est un frein à l’audace.

 

c) Handicap car toute administration, toute collectivité, toute structure se plait (voire se complait) dans le conformisme et l’habitude : Quand on a géré, pendant 10 ans, d’une certaine façon, on n’a pas envie de  changer. C’est humain ! Quand on a mis du temps à comprendre certaines choses et à acquérir certains réflexes, on a peur de tout modifier. C’est humain ! Le conservatisme et l’habitude sont les plus grandes plaies de nos administrations territoriales. De plus, on découvre, de temps en temps, certains réflexes de repli sur soi, de délimitation des compétences et de refus de coopération. Tout cela résulte d’un archaïsme administratif coupable… et il faudra essayer d’expliquer à certains que les intérêts de toutes nos collectivités sont les mêmes et que ces intérêts ne se soustraient pas mais, au contraire, qu’ils s’ajoutent ! La plus mauvaise frontière pour un territoire, c’est bien le blocage intellectuel de ceux qui s’en occupent.  

Et cette façon d’être est un frein à la dynamique.

 

d) Handicap enfin, car l’Agenda 21 et le développement durable peuvent être perçus comme des gadgets et des « amuse-gueules » territoriaux… Amuse-gueules qui boucheraient des dents creuses… C’est vrai que certaines mesures peuvent sembler accessoires, « gentillettes » ou symboliques… mais depuis que le monde est monde, c’est avec des symboles qu’on a entamé des révolutions. Mais dans une société qui a perdu ses repères, le scepticisme idéologique touche la plupart d’entre nous, élus, décideurs et responsables… Et à l’idéal écologique, on oppose souvent le réalisme économique… Et quand on ne croit pas soi-même, comment faire partager ses convictions aux autres ?

Cette façon d’être est un frein à l’imagination.

 

   En résumé de ce chapitre, il est essentiel que les élus se rendent compte que les handicaps seront… internes. La population est, désormais, sensibilisée aux notions de développement durable, de problèmes climatiques, de maintien de la biodiversité… Les élus restent, hélas, septiques et peu volontaristes… L’administration, quant à elle, est totalement hermétique à ce type de démarche ; ce n’est pas une critique, c’est un constat.

 

5) Les atouts de la ville de Guînes.

 

   Pour ne pas rester sur un sentiment trop pessimiste, il est honnête de relever quelques atouts non négligeables pour la commune de Guînes :

 

Le fait que la CCTP soit impliquée dans une nouvelle contractualisation avec le Conseil Général. Or, il a été acté que la contractualisation devrait, à partir de 2009, être teintée d’Agenda 21 et de développement durable. Guînes étant la première commune de la CCTP, Guînes se doit d’être le leader, l’image de proue de la démarche locale. Il en a déjà été ainsi dans d’autres domaines (Maison de l’enfant, CIAS…) et cela a été profitable à tous.

 

 L’image très « rurale et environnementale » de Guînes, avec son marais et sa forêt. Il est bon de rappeler que la forêt de Guînes est la seconde du département en nombre de visiteurs et que le marais de Guînes est la plus grande propriété du Conseil Général. Cette image très environnementale est plus ressentie à l’extérieur qu’à l’intérieur de la commune, mais elle peut être rappelée, imposée et  « peaufinée ».

 

La volonté de l’équipe municipale qui veut affirmer sa détermination et la volonté propre de la commune. Cette détermination pourra se conjuguer et se potentialiser avec la démarche de la CCTP, à condition, bien entendu, que les « collaborations s’instaurent ».

 

Qu’on le veuille ou non, Guînes est  estampillée « Ville d’eau », parce qu’elle est située sur un champ captant irremplaçable (l’un des plus importants du département) et parce que l’eau est omniprésente dans la cartographie et la structure même de la commune. Or l’eau est porteuse, dans le mental et l’affectif des gens, de la symbolique de pureté, de la symbolique d’environnement… donc, de la pureté de l’environnement. Et c’est un atout non négligeable pour la commune… Même si la protection de ce champ captant nous a obligés à beaucoup d’efforts !  

 

Guînes a assumé, depuis 15 ans, tous les grands dossiers « obligatoires de par la loi » (PLU, assainissement, mises aux normes, défense incendie…). La ville peut, si elle le veut, se consacrer désormais aux dossiers « obligatoires de par la raison » : l’environnement, le développement durable, les paysages, le cadre de vie… Qui sont pour beaucoup d’élus, on peut l’avouer, les fondements même, de leur vocation et qui donnent une « image » à l’action d’une collectivité.    

 

6) Quelques précisions et précautions :

 

a) Ce dossier vous propose des actions… pas des financements !!! En politique, on commence par avoir des idées ; ensuite on essaye de trouver les sous… Si vous faites le contraire, vous ne ferez plus rien !... C’est bien cela qui fait la différence entre un philosophe et un comptable.

 

Les actions qui vous sont proposées représentent un éventail qui peut paraitre très hétéroclite avec des mesures administratives, des formalisations, des innovations, des révolutions, des adaptations, des « mesurettes » ou des traumatismes… mais le changement comportemental qui est en filigrane dans un Agenda 21 est, justement, composé de grands traumatismes et de petites mesures… Et bien souvent, les petites mesures ont plus d’effet que les grands traumatismes.

 

Quand nous évoquons les bâtiments communaux, il s’agit, bien entendu, de la mairie, des ateliers municipaux, des écoles et de toutes les propriétés et maisons de la commune. Si des élus ou des collectivités veulent donner des leçons, ils doivent, d’abord, appliquer certaines règles… à eux-mêmes.

 

Parmi les actions proposées dans le cadre de cet Agenda 21, certaines sont déjà en cours, habituelles, logiques ; d’autres sont à imaginer, à formaliser et à mettre en place. Un Agenda 21 est une « bible de la bonne conduite » et cette bible n’est pas forcément une liste d’actions à inventer, mais doit et peut être aussi le recueil de comportements déjà éco-responsables. On n’a pas toujours fait mal… Mais à contrario, on n’a pas toujours fait bien… Sinon, nous n’en serions pas là !

 

Le Conseil Général a voté son Agenda 21 ; la CCTP va, probablement, adopter le sien fin 2009/ début 2010. Cela sous-entend que si certains domaines, certaines actions ou certains besoins ne sont pas évoqués dans ce présent document, c’est  qu’ils le seront dans celui de la CCTP.

 

   De même, il semble évident que la CCTP ne pourra pas s’exonérer d’aller dans des « territoires » déjà occupés par la commune. Un accord simple devra être trouvé pour préciser  « qui fait quoi ». Mais, les gens de bonne volonté reconnaissent que la mutualisation des énergies est un plus pour ce genre de politique. Reste à faire comprendre, à certains, que coopérer avec une autre collectivité, ce n’est pas perdre son âme…

 

Quels sont les partenaires techniques et financiers possibles ?

L’Etat

Le Conseil Régional

Le Conseil Général

Eden 62

La Communauté de Communes des Trois-Pays

Le Parc Naturel des Caps et Marais d’Opale

Le Sympac (Pays de Calais)

L’Agence de l’Eau

L’ADEME

Les entreprises privées selon le domaine d’intervention….

 

   Cette liste est non exhaustive  et associe des organismes ou structures qui ont, parfois, des compétences croisées. Mais ce qui est essentiel, c’est de créer la dynamique collective… et pas que certains se retranchent derrière « leurs insuffisances » en disant : « Moi, ce n’est pas de ma compétence… ».

 

   Le développement durable est de la compétence et de la responsabilité de tous !

 

                                                                  Abeille-33.jpg


DOCUMENT   DE   TRAVAIL N°  1

 

L’ Agenda 21  de  la  ville  de Guines

 

10 champs d’intervention

40 actions

Un tableau de bord

Une orientation pour 10 ans

 

 

 

LES EMPLOIS

 

Action 1 : Impliquer la commune dans les actions d’insertion des publics en difficulté.

 

Conforter OPUR dans ses actions d’insertion et en faire le partenaire privilégié de la commune dans le cadre des actions environnementales.

Officialiser le jardin biologique en tant que jardin bio municipal et en confier la gestion à OPUR.

 Transformer le local d’OPUR pour en faire un bâtiment exemplaire de la construction Agenda 21.

 

Action 2 : Créer, au sein de l’équipe des ateliers municipaux, une brigade de l’environnement.

 

Créer, au sein de l’équipe « espaces verts », 1 ou 2 emplois spécialisés qui suivraient des formations spécifiques.

 Equiper les services municipaux en matériel adéquat pour l’adaptation aux principes « développement durable ».

 

Action 3: Formation du personnel aux notions de développement durable.

 

Sensibilisation et formation du personnel, technique et de bureau, sur les notions de tri sélectif, dématérialisation…

 

Action 4 : Etre volontariste dans la création d’une trame bleue en organisant la gestion des fossés et watergangs communaux.

 

Mettre en place, au sein des services municipaux, des fonctions de cantonniers de rivière, chargés de l’entretien et du fonctionnement des fossés, ainsi que de l’utilisation des pompes.

Mettre en place des procédures de gestion et d’alerte du système hydraulique du Marais de Guînes.

 

Action 5 : Former et faire agréer les cantonniers de rivière et les emplois environnementaux au piégeage des rats musqués.

 

Spécialiser les emplois environnementaux dans la capture des rats musqués par le piégeage.

Adhésion de la commune au GEDON.

 

LA   DEMARCHE  VERTE

 

Action 6 : Appliquer une politique Oxygène 62 sur tous les terrains communaux disponibles intra-muros.

 

Faire un recensement des terrains municipaux et entamer une politique de plantations arbustives

 

Action 7 : Etre volontariste en s’impliquant dans la trame verte régionale et départementale (maillage forestier).

 

Discuter et officialiser un accord avec l’ONF pour l’usage et l’utilisation de la forêt de Guînes (randonnée, bois de chauffage…)

Entamer une politique foncière afin de recréer un maillage de haies et d’arbres permettant de relier nos atouts naturels (notions de corridors biologiques et de coulées vertes).

Compléter localement les démarches Ararat 1 et Ararat 2 menées par la CCTP.

 

Action 8 : Elaborer un plan paysage communal (respect du PLU) en harmonie avec le plan paysage intercommunal et celui du Parc Naturel.

 

Définir et officialiser certains paysages emblématiques de la commune.

Modifier le PLU afin de « sanctuariser » certains espaces.

Procéder à des plantations afin de masquer certaines atteintes paysagères.

Réaliser la ceinture verte préconisée dans le PADD du PLU.

 

LA  DEMARCHE  BLEUE

 

Action 9 : Mettre en place les moyens techniques et humains pour maintenir un état écologiquement satisfaisant du canal de Guînes.

 

Officialiser et conforter la coopération avec les Pécheurs du Calaisis pour l’entretien du canal.

Etudier et mettre en place les moyens techniques pour un meilleur état du canal (problème des lentilles).

 

Action 10 : Favoriser la récupération des eaux de pluie sur tous les bâtiments communaux et savoir réutiliser cette eau.

 

Equiper tous les bâtiments communaux de systèmes de récupération d’eau de pluie.

Utiliser cette eau pour les ateliers, voitures, commodités, arrosages…

Ne plus procéder aux arrosages avec de l’eau potable.

   

Action 11 : Installer des systèmes d’économie de l’eau potable.

 

Systèmes à installer sur tous les robinets dépendant de la commune.

Equiper les WC d’une chasse d’eau double, fonctionnant avec l’eau de pluie.

 

Action 12 : Continuer les travaux d’assainissement et communiquer sur l’importance du champ captant de Guînes

L’effort de la commune, depuis 20 ans est important. Il faut savoir communiquer sur ce sujet.

Recréer, au travers de la commune, un « circuit de l’eau » (bassin, vincelot….)

 

LES ENERGIES

 

Action 13 : Installer des énergies renouvelables sur les bâtiments communaux

 

Chauffe-eau solaire ; panneaux photovoltaïques….

 

Action 14 : Faire un audit énergétique de tous les bâtiments communaux, installer des systèmes d’économie ou procéder à des travaux d’amélioration thermique.

 

Audit de tous les bâtiments communaux.

Travaux d’isolation et d’amélioration thermique si nécessaires.

 

Action 15 : Imposer dans toutes les nouvelles constructions à maitrise d’ouvrage municipale les énergies renouvelables et les modes de chauffage éco-raisonnables.

 

Constructions selon les normes reconnues (HQE ou autres).

Mise en place de chaudières au bois….

 

Action 16 : Faire un audit énergétique de tous les éclairages communaux, installer des systèmes d’économie et gérer différemment.

 

Remplacer, sur 5 ans, l’ensemble des ampoules d’éclairage public.

Mettre en place une gestion différenciée, par quartier, rue et places (diminution de l’éclairage, fermeture…)

 

Action 17 : Officialiser un partenariat avec la FDE (Fédération Départementale de l’Energie)

 

Coopérer avec la FDE pour un bilan général de la commune et pour des adaptations «  vers plus d’économies d’énergie ».

 

LES   DEPLACEMENTS

 

Action 18 : Favoriser le covoiturage (aires de covoiturage, incitation au niveau du personnel, Balad’in, Taxi Vert…)

 

Création d’une aire de covoiturage derrière la mairie et une autre sur le marais.

Mise en place de la Balad’in (Marais/ Guines/zone/ et retour).

Participation financière à l’utilisation du Taxi Vert pour certains publics. (consultations PMI…)

 

Action 19 : Faciliter l’utilisation du vélo dans la commune.

 

Création de couloirs à vélo sur les axes principaux de la commune.

Mise en place de parkings à vélo (mairie, collège, zone, marais, cité des remparts…) 

 

Action 20 : Remplacement dans les 10 ans de tous les véhicules municipaux par des véhicules hybrides ou non polluants.

 

Adapter l’achat des nouveaux véhicules à l’évolution technologique mais en ayant pour fil conducteur : moins de gaz à effet de serre !

 

Action 21 : Favoriser les sports de pleine nature

 

Accentuer le maillage des chemins de randonnée à partir de Guînes.

Officialiser et flécher, à partir de la forêt et du marais, des chemins réservés aux promenades équestres ou cyclotouristes.

Aménager certains accès pour les rendre inaccessibles aux engins à moteur.

 

Action 22 : Mettre en place un schéma piétonnier et réaliser un réseau intra-muros.

 

Créer des axes piétons nord/sud et est/ouest ainsi que des boucles intra-muros.

Matérialiser, au sol, les chemins intra-muros.

 Réserver certains chemins intra ou extra-muros à l’utilisation piétonne ou cycliste.

 

LE  FONCTIONNEMENT  COMMUNAL

 

Action 23 : Vers la sobriété en matière de consommation de papier ; aller vers une dématérialisation complète (clefs USB, Web…)

 

Généralisation des clefs USB pour tous les élus et employés.

Transmission, pour les élus, des dossiers par Web et suppression complète des dossiers papier.

Réduction maximale de l’utilisation du papier pour tous les actes administratifs (télé procédure)

Généralisation obligatoire des photocopies recto-verso

Réutilisation des documents/ faces non-utilisées pour les brouillons et les documents internes non officiels.

Possibilité, pour le public, d’obtention de formulaire administratif en accédant au portail internet de la Mairie.

 

Action 24 : Utilisation de papier recyclé

 

Utilisation pour le fonctionnement courant de la mairie de papier recyclé ou du papier respectant l’environnement (norme PEFC).

 

Action 25 : Vers la suppression complète de tous les produits phytosanitaires et pesticides dans l’entretien de l’espace public.

 

Suppression de tous les « produits chimiques » dans la gestion des espaces verts ou des espaces publics communaux.

 Systématisation du « brulage » des ordures végétales sur la voie publique.

 

Action 26 : Utilisation de produits de nettoyage reconnus écologiquement non polluants.

 

Utilisation, pour le nettoyage mairie, école, salles des fêtes de produits éco-responsables

 

Action 27 : Inscription du critère « développement durable » dans les appels d’offre pour des travaux d’aménagements urbains.

 

Obliger les entreprises à inclure dans leurs offres pour des travaux à maitrise d’ouvrage municipale des critères de développement durable et d’insertion.

 

Action 28 : Exigence du respect de la saisonnalité.

 

Inclure dans les appels d’offre, vis-à-vis des entreprises de restauration, l’exigence du respect de la saisonnalité des fruits et légumes pour tous les repas livrés sur la commune.

 

LES  DECHETS  COMMUNAUX

 

Action 29 : Tri sélectif complet dans le fonctionnement de la mairie, des ateliers et des écoles (Poubelles, recyclage, déchets de marché…)

 

Mise en place de poubelles spécifiques dans tous les bâtiments communaux et dans chaque service.

Mise en place d’un tri spécifique des déchets de marché avec recyclage des matériaux, mise en compostage et livraison au SMIRTOM.

 

Action 30 : Augmenter le nombre de poubelles municipales extérieures.

 

Augmenter le nombre de poubelles municipales non dégradables.

Officialiser un ramassage journalier.

 

Action 32 : Création d’un centre de compostage municipal.

 

Centre de compostage réservé aux ateliers municipaux, dont la gestion serait confiée à OPUR.

Offre de compost aux jardins Opur, aux jardins ouvriers….

 

LES  SYMBOLES  DE  L’ENGAGEMENT

 

Action 32 : Créer des symboles visuels forts : Une ville plus verte et moins minérale.

 

Création d’un mur végétal en centre ville

Transformation de la terrasse de la tour de l’horloge en terrasse végétalisée.

Arborer la place de Guînes (mise en place de structures amovibles)

Recenser les délaissés routiers départementaux et y implanter des îlots de verdure.

Modifier l’environnement du Jardin Municipal du 1er banc afin de permettre une  accessibilité journalière.

Imaginer un verger conservatoire.

 

 Action 33 : Maintenir intra-muros une faune domestique ou sauvage (Bassin, canal, nichoirs…)

 

Officialisation d’une activité élevage au sein de la commune et nomination d’un « responsable animalier ».

Installation de 200 nichoirs dans les arbres de la commune.

Création de « murs à hirondelles » (mairie, salle des fêtes…)

Installation d’aires de repos et d’abris pour l’avifaune sauvage au niveau du canal.

Officialisation de la filière « alimentation animale » au sein des services municipaux. (bassin, canal…)

 

Action 34 : Engagement dans un plan local pour l’Abeille (mise en place de ruches avec information du public…)

 

Signature d’un accord avec des apiculteurs locaux pour l’installation de ruches sur des terrains ou sur des ouvrages municipaux (Miel du Marais ?) et participer ainsi à l’opération « Abeille, sentinelle de l’environnement. » (Démarche lancée aussi par Eden 62 sur la zone de préemption).

Mise en place de panneaux d’explication et de sensibilisation.

 

Action 35 : Fauchage différencié des espaces publics et des bords de route.

 

Fauchage raisonnée et différencié des terrains communaux et intercommunaux, pour le respect de la biodiversité et favoriser la pollinisation.

Pose de panneaux explicatifs.

 

L’  ECO-CITOYENNETE

 

Action 36: Mise en place d’un Agenda 21 dans les écoles (Opération « Jardins d’école » et culture biologique.)

 

Aménager dans chaque école un jardin d’école (jardin floral + jardin dit « de curé » (plantes aromatiques)) ; en confier la création et la gestion à l’école..

Réserver une partie pour un jardin potager biologique.

Créer des clubs environnement dans chaque école.

 

Action 37 : Installation dans les écoles et la mairie de « récupérateurs » de piles et d’ampoules.

 

Installation de containers afin de récolter des piles et les ampoules usagées.

Organiser un concours annuel « Je récupère pour mon école… » avec une prime à la quantité de piles ramassées.

 

Action 38 : Signature d’une convention avec l’association des jardins ouvriers pour aller vers « plus de culture biologique ».

 

Faire une enquête sur la nécessité d’augmenter le nombre de jardins ouvriers.

Recenser, favoriser et inciter à aller vers la culture biologique

Officialiser le partenariat avec la commune.

 

LA  COMMUNICATION

 

Action 39 : Installer des panneaux de sensibilisation aux entrées de ville, dans les équipements sportifs et aux entrées des chemins.

 

Mise en place, dans différents lieux stratégiques de la commune, de panneaux de sensibilisation, rappelant le temps de dégradation de certains objets ou de certaines matières et inciter ainsi les gens à utiliser les poubelles.

 

Action 40 : Elaborer un plan de communication et de sensibilisation en coordination avec le CG et la CCTP

 

N’utiliser que du papier recyclé pour tous les supports de communication. Exigence vis-à-vis des imprimeurs.

Informer la population, par un journal spécial, des nouvelles politiques environnementales décidées par la commune.

Sensibiliser, dans les locaux municipaux et les écoles, par des programmes en boucle, sur écran, à la notion de développement durable (utilisation des anciens PC)

Instituer, systématiquement, une rubrique développement durable dans la revue municipale.

Proposer un site spécifique sur le portail web de la commune.

Imaginer et mettre en place un tableau de bord pour le suivi de cet Agenda 21, tableau de bord consultable par internet et sur tous les écrans dépendants de la mairie.

 

 

Le nombre d’actions est de 40 mais peut évoluer, en plus ou en moins, selon le travail de la commission ad hoc.

Plusieurs de ces actions ne sont qu’une formalisation officielle d’engagements déjà tenus par la commune.

Bien entendu, la mise en place de ce type de politiques doit être programmée sur plusieurs années, pour des raisons de sensibilisation, pour des raisons de réorganisation et pour des contingences budgétaires.

Il semble pratique, opportun et judicieux de faire « se compléter » les Agendas 21 de la commune, de la CCTP et du Conseil Général.

 

Crocus.jpg 

LE  TABLEAU  DE  BORD

 

   Afin de pouvoir suivre la réactivité des services et les effets des décisions politiques prises par le Conseil Municipal de la commune, il semble indispensable de mettre en place un tableau de bord reprenant quelques chiffres indiscutables et connus. Arbitrairement, ces chiffres seront ceux déterminés pour l’année N : Si la mise en route de l’Agenda 21 est décidée pour 2010, les chiffres retenus seront ceux au 1er janvier 2010, c'est-à-dire la consommation de 2009 et l’état des lieux en début de 2010.

 

   Quelques chiffres pourraient servir de base à ce tableau de bord (calcul au temps T ou bilan des commandes)

 

Quantité d’essence et de gasoil utilisée (litres/an)

Quantité de produits phytosanitaire ou désherbants (litres/an)

Quantité de papier commandé et utilisé(en tonnes/an)

Consommation électrique de tous les bâtiments communaux (kw/an)

Consommation d’eau de tous les bâtiments communaux (m3/an)

Quantité de panneaux solaires communaux (installés/an)

Quantité d’arbres plantés (pieds/an)

Quantités de ruches sur le territoire communal

Tonnage de déchets dans les poubelles extérieures

Quantité de piles et ampoules ramassées (kg/an ou nombre/an)

Tonnage de compost produit (tonnes/an)

Heures de formation du personnel (/an)

Investissement financier dans l’assainissement

………

 

En  conclusion

  

   La ville de Guînes a la possibilité d’affirmer des choix : choix de gestion, choix d’évolution et choix de cadre de vie… Tout en affirmant certains messages et en imposant certains symboles. Cette révolution culturelle (car s’en est une !) est indispensable pour garder une crédibilité et une  cohérence politiques et pour participer à une évolution inexorable des buts, des moyens et des méthodes.

 

   Un Agenda 21, ce n’est pas uniquement une liste d’actions et d’engagements :

 

                                                        C’est, avant tout, un état d’esprit. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé POHER - dans Guines (divers)

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)