Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

2017

- Arrêt du Sénat

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 22:45

 Lumbres 07.06 (14)    Lumbres/ 07.06.2012/ Eléctions législatives

  Bonjour à tous. En disant cela, je suis sûr de n’oublier personne.

   Alain a de grandes qualités mais celle qui dépasse les autres, c’est le fait que quand il a parlé, on n’a plus grand-chose à dire. Et c’est reposant ! C’est comme pendant la campagne, quand on fait du porte à porte : c’est lui qui parle et moi, j’attends derrière, dans le jardin. Les gens doivent se demander ce que j’attends !

   Mais permettez-moi d’abord de dire :

   « Bonjour à Lumbres ». Cité incontournable, cité inévitable et cité inséparable de l’histoire rurale, de l’histoire de ce département… De l’histoire du Pas-de-Calais.

   « Bonjour à Lumbres », véritable épicentre de cette nouvelle circonscription. J’eusse aimé que l’épicentre soit Guînes. Mais ce n’est pas Guînes, ni Marquise, ni même Desvres, contrairement à ce que disent certains. C’est Lumbres. Ce n’est pas Ardres, Fauquembergues ou Pernes… C’est Lumbres. Le point d’équilibre de cette circonscription, regardez sur une carte, c’est bien Lumbres.

   « Bonjour à Lumbres », où il y a eu quelques grands noms, dont un plus grand que les autres : Bernard Chochoy. Bernard Chochoy qui fut maire, vice-président de la Région, Président du Conseil Général, Sénateur, Député, Secrétaire d’état… Aujourd’hui, s’il se présentait à des élections, on dirait que c’est un affreux cumulard !!! On le dit bien de moi  en ce moment. Mais il en avait les capacités ; il en avait le talent ; il en avait donc le droit.

   « Bonjour à Lumbres », la ville de Jean-Claude. Jean-Claude Leroy qui est la première personne que j’ai connue au Conseil Général. Pendant plus de 15 ans, nous étions assis l’un à côté de l’autre. C’est lui qui m’a appris mon rôle de Conseiller Général car je n’y connaissais rien. Et comme le hasard fait que nous avons à peu près le même âge… 15 jours de différence…  Et je le dis ici, comme nous l’avons tous dit ailleurs : le candidat naturel, normal et logique de cette nouvelle 6ème circonscription, c’était Jean-Claude. Nous l’avons tous dit. Cette nouvelle circonscription est composée par 40% de l’ancienne 3ème, un peu de la 6ème, un peu de la 7ème et de la 8ème ; Jean-Claude pouvait et avait toute légitimité à être le candidat. Mais, vous le savez, il a décidé de prendre une autre route : il est devenu sénateur. On peut le comprendre ; je peux le comprendre. Pendant des années, j’ai vu Jean-Claude arriver au Conseil Général comme un vrai zombie. Pour le taquiner, je disais même qu’il s’adonnait à la fumette… Tellement il avait l’air fatigué. Et à chaque fois, il me racontait les 300 ou 400 kilomètres qu’il avait faits dans son week-end pour aller à telle ou telle kermesse, à telle ou telle fête de village…Et il était crevé… J’étais même prêt à lui faire une ordonnance. Alors au bout de 10 ans, il a pris un autre chemin. On peut le comprendre.

   « Bonjour enfin à Lumbres », aux élus, aux non-élus, aux citoyens et un bonjour particulier à Dominique Rembotte qui est ma complice au sein du Parc. Et quand je dis cela, n’y voyez pas malice. Et j’en profite pour la remercier de ce qu’elle a fait et de ce qu’elle fait pour le Parc.

   Hier encore, on m’a dit : « Un meeting, ça ne sert à rien ! Surtout à la fin ! Les gens ont déjà leur opinion. »  Sans doute, mais un meeting, ça permet de se voir, de s’entendre, d’expliquer, de comprendre, de se faire connaitre… C’est vrai, dans mon coin, on dit, en regardant les affiches : « C’est qui à côté de Poher ? » et ici, on dit : « C’est qui à côté de Méquignon ? ».

   Et puis, un meeting, ça permet aussi de parler de la campagne… Sur la forme et sur le fond.

   Sur la forme d’abord. Quelques anecdotes.  Certaines dont j’ai déjà parlées mais qui me font bien rire.

   Dès le début, on nous a affublés de sobriquets : Laurel et Hardy, Pic et Poc… Cela ne m’a pas vexé ; l’essentiel est qu’on parle de nous. « Dites du bien, dites du mal ; le principal, c’est d’en parler. » Quand j’étais maire et que je trouvais que les gens ne parlaient pas assez de moi, j’envoyais quelqu’un dans les cafés en lui disant de raconter n’importe quoi sur moi, histoire de faire causer les gens…

   Alain m’a affirmé que la campagne électorale le faisait maigrir ! Permettez-moi de dire  2 choses : tout d’abord, qu’il a de la marge et ensuite, que sa balance ne doit plus marcher pendant les périodes électorales.

   Pour faire la première photo de campagne, je me suis disputé avec tout le monde. Ils ne  voulaient pas celle que vous avez devant vous. Et moi, je voulais celle-là : c’est l’une des rares où je suis souriant… car tout le monde sait que le sourire n’est pas une nature très prononcée chez moi.

   J’avais le droit à 596 affiches car il y a 596 emplacements. J’en ai fait faire 1600… Et je ne suis pas sûr d’en avoir assez. Car figurez-vous que j’ai découvert quelque chose de curieux. Comme dans la science, on connait le réflexe de Pavlov… En période électorale, ma tête sur les murs provoque chez certains un réflexe d’arrachage systématique.

   Nous sommes 13 candidats ; 13 à table… Heureusement que je ne suis pas superstitieux… D’autant qu’en arrivant, j’ai vu un chat noir et qu’en plus, là-bas, il y a des travaux et je suis passé sous une échelle.

   Dernière anecdote. Alain est terrible en campagne. J’ai dit hier qu’il faisait une campagne électorale comme s’il faisait du syndicalisme : Il ne lâche rien et tire au bazooka sur tout ce qui bouge. Alors, un jour, je lui ai dit qu’il fallait prendre les formes, qu’il fallait être plus diplomate, plus policé… Il m’a répondu : « Ne t’en fais pas ; c’est comme les gendarmes : il y en a un qui fait le méchant et l’autre fait le gentil !! Moi, je fais le méchant ; toi, tu fais le gentil ! »

    Voilà pour ces quelques anecdotes, mais rassurez-vous, il m’en reste d’autres que je mettrai dans mon livre de mémoires.

   Sur le fond, maintenant. Ma candidature, notre candidature était inévitable.

   Inévitable parce je suis porteur d’une légitimité historique. Vous le savez : en 1997, suppléant de Dominique Dupilet alors que pas grand monde ne voulait l’être… pour diverses raisons. Puis suppléant de Jack Lang en 2002 et 2007.   15 ans, 15 ans d’apprentissage… Vous ne pensez pas que j’ai aussi le droit, après 15 ans d’apprentissage de faire le boulot ?

   Candidature  inévitable parce qu’il y a une légitimité de territoire. Alain vous l’a dit : nous habitons ce territoire, nous vivons dans ce territoire, nous respirons dans ce territoire. Il a sa maison à Fauquembergues ; moi, j’habite à Guînes et j’ai même laissé ma plaque de médecin. Savez-vous que sur les 13 candidats, seulement 5 habitent dans la 6ème circonscription. Et sur les 5, il y a 3 guînois… J’aurais préféré être le seul guînois…

   Candidature inévitable parce qu’il y a une légitimité de l’honneur… Pour montrer à certains que tout n’est pas permis et que nous sommes des élus, des hommes et des citoyens… que nous ne sommes pas que des numéros ou de la pâte à modeler. Nous avons une certaine dignité et nous avons le droit au respect.

   Candidature inévitable parce que cette circonscription est énorme… C’est un découpage de fou ! 95 kilomètres de Wissant au bout du canton d’Heuchin ; 165 communes ; 45 minutes pour aller de Guînes à Fauquembergues… C’est-à-dire, 1 heure et demi pour aller de la mer au Ternois… Et encore, je roule vite ! Et pour représenter cette circonscription gigantesque, il faut se partager les tâches ; un au nord, un au sud et il faut la connaitre, cette circonscription : il faut la sillonner, la labourer, la pratiquer, la sentir… Bref, ce que nous faisons depuis des années, parce que nous vivons et nous connaissons nos territoires.

   Candidature inévitable parce qu’il reste tant à faire et tant à défendre ; cela ne veut pas dire que nos prédécesseurs n’ont rien fait ; cela veut dire que la société évolue, les esprits évoluent et les problèmes naissent et s’imposent. Il y a 10 ans, on ne vous aurait pas parlé d’internet et du téléphone en milieu rural… Ce n’était pas une priorité.

   Mais pour bien faire, pour résoudre ces problèmes, il faut avoir de l’expérience… Du moins, c’est préférable ! Et de l’expérience, nous en avons.

   J’ai été maire de Guînes pendant 12 ans. Je connais les problèmes des maires, les angoisses des maires quand il faut élaborer un budget, se battre pour des subventions, ne pas savoir comment on monte un dossier et se poser des questions sur l’avenir. Je connais la difficulté du métier de maire.

   Je suis encore président de la communauté de communes des Trois-Pays. Et dans cette communauté, j’ai fait plein de grandes et belles choses : les premières haltes-garderies en milieu rural ; le premier CIAS du nord de la France, pour plus de solidarité… Et le mot solidarité n’est pas un gros mot ! le transport à la demande et les premiers programmes  de travaux pour lutter contre les inondations. Et bien d’autres choses encore…

   Et depuis 1994, je suis au Conseil Général. Je suis dans toutes les commissions qui s’occupent de la ruralité, FARDA, 5ème  et 6ème commissions. Je connais, comme Alain, tous les dossiers qui vous concernent, qui vous préoccupent. Depuis 1997, je suis vice-président chargé de la santé, de l’environnement et depuis quelques mois, des transports.

   Et en tant que vice-président chargé de la santé, j’ai créé les PRS, programme Régionaux de Santé pour faire plus de prévention dans notre département. Je suis aussi le papa d’Opaline 62, cette belle structure qui permet de faire du dépistage gratuit, pour les femmes après 52 ans, à la recherche du cancer du sein.

   En tant que responsable de l’environnement, je dirige Eden 62, qui gère 5000 hectares dans ce département… Propriétés du Conseil Général ou du Conservatoire du Littoral. Je suis en plus responsable de tout ce qui concerne le développement durable et l’Agenda 21.

   Et enfin, pour les transports, j’ai participé, avec Alain, à l’élaboration du nouveau schéma de la mobilité… Plus de 100 heures de réunion… avec de nouvelles lignes de transport départemental… avec un tarif unique à 1 euro quel que soit la destination ou la distance… avec 2 aller-retour par jour et avec la gratuité pour les jeunes jusque 18 ans inclus… Pourquoi 18 ans inclus ? Pour qu’ils aient le temps de passer leur permis.

   Et dernièrement, j’ai pris la présidence du Parc ! Ce n’est pas un cadeau, cette présidence ! Mais j’ai un rôle, un devoir : récupérer le label et faire signer la charte à toutes les communes. Ce ne sera pas facile parce que les problèmes existent dans chaque commune : urbanisme, vie sociale, aménagement du territoire… Mais j’ai un devoir : je dois réussir. Je suis là pour quelques mois, en CDD. Pourquoi moi ? Simplement parce que je suis responsable, depuis 1999, de l’opération Grand Site des Caps. Et que, l’année passée, nous avons obtenu le label Grand site de France… Le site des Caps fait désormais partie des 10 plus beaux sites de France. Ce n’était pas évident, mais nous avons réussi. Alors, le président Percheron m’a dit : « Tu as été chercher le label pour le Grand Site, avec tes dents. Pour le Parc, tu feras la même chose avec les dents. » Voilà pourquoi, je suis président du Parc.

   Alors, si vous additionnez toutes ces responsabilités, on finit par me traiter de cumulard. Je suis peut-être cumulard, mais moi, au moins, j’ai de l’expérience et je connais les dossiers. De toute façon, je ne resterai pas cumulard puisque j’ai pris l’engagement que si j’étais parlementaire, j’abandonnerais tous mes postes dans un exécutif. Vous me direz que j’ai pris un engagement avec une famille qui m’a rejeté !!! Alors cet engagement pourrait ne pas valoir grand-chose. Mais je suis assez bête pour le respecter car, contrairement à d’autres, je respecte toujours mes engagements.

   Et en plus de l’expérience, dans ce territoire, pour bien faire, il faut aussi connaitre les dossiers.

   Et qui pensez-vous le mieux placé pour défendre l’école en milieu rural… Pas une personne qui vient de la ville, qui habite en ville et qui ne connait même pas nos classes uniques et nos RPI. Il ne suffit pas de venir dans nos villages, au moment des élections, pour défendre nos écoles !

  Qui est le mieux à même de défendre nos services publics… Et je mets la médecine dans le service public. Même avec un fonctionnement libéral, la médecine est un service public. Et tout le monde sait qu’un village ne peut vivre que s’il y a un médecin dans un rayon raisonnable, une pharmacie et des paramédicaux pas trop loin… Qui peut parler de tout cela, si ce n’est que des gens qui habitent et qui vivent dans ce territoire.

  Qui peut parler de l’aménagement du territoire, du désenclavement de nos villages, de la lutte contre les inondations… Si ce n’est des élus qui ont eu des responsabilités dans ce territoire ?

   Qui peut parler et défendre l’agriculture si ce n’est des élus du territoire agricole. Je le dis d’autant plus facilement que j’avais une formation d’urbain et que j’ai appris, au fil du temps, ce qu’était l’agriculture. Et je l’avoue, je me suis beaucoup disputé avec les agriculteurs… Tellement disputé qu’on a fini par se comprendre. J’ai évolué dans ma façon de voir leur profession ; ils ont évolué dans leur façon de voir mes pôles d’intérêt. Et maintenant, nous nous entendons bien et les choses sont claires. Dominique Rembotte peut en témoigner au niveau du Parc.

   Et les traditions ! Qui peut aider à garder les traditions ?  Si ce n’est des gens du territoire, des gens qui ont été confrontés au fonctionnement, aux usages et aux pratiques du territoire. Et permettez-moi de parler de la chasse. Parce qu’en ce moment, tout le monde courre après la voix des chasseurs et parce que le Président Schraen et le vice-président Taccoen sont présents dans cette salle. Et je les en remercie sincèrement. Tout le monde sait que depuis des années, je me suis beaucoup disputé avec les chasseurs, que je me suis violemment disputé avec les chasseurs… Mais qu’à force de se disputer, les chasseurs ont appris à m’entendre et moi, j’ai appris à les écouter. Et c’est cela le principal. Le principal, c’est de se rencontrer, c’est de dialoguer et c’est de s’écouter. La dernière fois que nous avons mangé ensemble, Président Schraen… je ne suis pas sûr de me rappeler du menu, mais au moins, on a parlé et il en est sorti quelque chose. Et ce soir, je le dis honnêtement, je suis content : d’un côté, j’ai les gens d’Eden 62, de l’autre, la fédération des chasseurs… Et ils sont dans la même salle… Dans cette histoire, je n’ai qu’un seul mérite : j’ai montré qu’on pouvait avoir un dialogue.

   Voilà, Mesdames et Messieurs, pourquoi ma candidature était inévitable. Inévitable et elle s’est fortifiée au fil des semaines, au fil de la campagne.

   Fortifiée par nos arguments : l’expérience, l’efficacité et le terrain. Personne ne peut nous nier l’expérience, l’efficacité et la pratique du terrain.

   Fortifiée par notre comité de soutien. Quand Eric a voulu créer un comité de soutien, ma fille, qui s’est occupée de politique dans le Nord, m’a dit : « Un comité de soutien, ça ne sert à rien ! » Mais quand vous êtes à plus de 1500… Que les grands élus sont 27 membres du Conseil Général qui soutiennent un exclu… qu’on appelle un dissident… Qu’il y a 42 maires, plus de 180 élus municipaux et près de 1200 citoyens… Ca fait chaud au cœur… Et vous ne pouvez pas savoir tous les messages de soutien que l’on reçoit.

   Fortifiée, enfin, par les arguments de nos concurrents ou de nos adversaires… Quand ils disent que ma candidature, c’est de la vanité masculine. Malgré mes longues études, je ne savais pas que la vanité était une spécificité masculine… Je connais aussi des femmes vaniteuses !

   Ensuite, on a dit que j’étais un horrible cumulard… Celui qui a dit cela est un jaloux ! Car pour être cumulard, il faut d’abord être élu et comme il n’arrive pas à se faire élire, il en devient jaloux… Autant le renvoyer dans son box. ..

   Un jour j’ai parlé de parachutisme et on a dit, dans les journaux, que je devrais me taire parce que j’avais soutenu Jack Lang pendant dix ans. Mais c’est justement, parce que, pendant 10 ans, j’ai fréquenté un parachutiste que je sais de quoi je parle !

   Et enfin, on m’a traité de misogyne. Un misogyne, c’est quelqu’un qui a de la haine ou du mépris pour les femmes… C’est faux, archifaux… J’ai de la haine et du mépris pour certaines pratiques et certains comportements ; Cela n’a rien à voir avec une spécificité génétique, XX ou XY… J’aurais maintenu ma candidature même si la concurrence s’appelait Alfred !

   Voilà, mes chers amis, pourquoi nous sommes candidats ; voilà pourquoi notre candidature est fortifiée ; voilà pourquoi nous sommes sûrs de gagner.

   Et nous allons gagner pour 4 raisons :

-          Pour montrer qu’il existe une justice, même en politique

-          Pour montrer qu’il existe une vérité, même en politique

-          Parce que nous avons fait une campagne dans la bonne humeur et que j’ai dit des bétises pour vous faire rire... et que vous avez ri

-          Et parce que, surtout, le 17 juin, c’est la fête des pères et c’est la Saint… Hervé

   Merci à vous tous… Et nous allons  gagner !

Hervé Poher

Partager cet article

Repost0
Published by popo - dans Parti Socialiste
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 10:24
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3
Album - Herve-Poher-3

Partager cet article

Repost0
Published by popo - dans Parti Socialiste
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 06:58

Poher 2011.2   Pour consulter le blog de soutien à Hervé Poher ou voir la liste des soutiens:  http://soutenirhervepoher.over-blog.com/

 

Pour adhérer au comité de soutien:  hervepoher2012@orange.fr

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by popo - dans Parti Socialiste
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 09:39
27/04/2012: Histoire d'une exclusion/ PS/ Hervé Poher

Histoire d’une exclusion….

 

 ACTE I : 29/11/2010 : Déclaration de Liévin ( Conseil fédéral du PS)

 Après l’annonce de la liste sénatoriale pour 2011….

 

Mes chers camarades

   Catherine. Tu as dit que l’élaboration de cette liste avait été un vrai casse-tête. Je suis désolé de te donner des migraines mais, maintenant, il y a de bons traitements contre cela.

   Je voulais simplement vous expliquer, à vous tous, mes chers camarades, pourquoi j’ai déposé ma candidature, pourquoi ai-je fais cela ? Qu’allais-je faire dans cette galère ?... Et je me suis même posé la question.

   Si j’ai déposé ma candidature, ce n’est pas contre quelqu’un, mais pour quelque chose. Et ce n’est pas contre Daniel Percheron et Michel Sergent. J’ai trop de fidélité, d’amitié et de respect pour vous. Et toi, Michel, un peu plus encore car je n’oublierai jamais ce jour de 1996, où je me suis trouvé presque seul pour défendre un dossier d’intercommunalité. J’en ai pris plein la tête et mes camarades socialistes étaient fort peu nombreux. Il y avait toi, Jean-Claude et encore un autre… J’avoue que j’ai une dette envers toi.

   Mais si j’ai posé ma candidature, c’est que je ne pouvais pas faire autrement. Et cela pour plusieurs raisons.

 

   Tout d’abord : J’aimerais bien faire mentir l’histoire.

   Suppléant de Dominique DUPILET en 1997, redésigné par les militants en 2001, j’aurais dû normalement lui succéder. C’était la logique. Mais la logique s’est arrêtée le mardi 16 avril 2002, à 11h20, rue de Solferino, quand j’ai dit à François Hollande « OK pour aider Jack Lang, à s’implanter dans le Pas-de-Calais ». Mais, vous le savez, le calcul était bon : au mois d’avril, tout le monde était persuadé que Lionel Jospin allait être président de la République. Lionel président ; Jack ministre ; Hervé député.

   Patatra ! Vous savez ce qui est arrivé. Je me suis dit : « Le parti ne m’oubliera pas et, à l’extrême, j’attendrai cinq ans. ». En 2007, on m’a fait comprendre que Jack devait rester. « C’est pas grave, le parti pensera à moi et j’attendrai  encore 5 ans. C’est bon pour 2012.»

   Patatra ! Redécoupage électoral ! La 3ème disparait ; la 6ème est redécoupée. Jean-Claude Leroy n’a plus de circonscription… Inutile  de vous dire que nous avons eu des états d’âme, que les questions se sont posées mais moralement, affectivement et intellectuellement, je n’avais pas le choix : Jean-Claude peut se présenter dans la 6ème ;  et si Jean-Claude se présente, moi, je dois me retirer. Je n’ai pas le choix, c’est une question d’honneur.

   Voilà pourquoi je dis que je voulais faire mentir l’histoire. Je ne vais pas rester toujours à coté du train. J’ai aussi le droit à un destin. Et puisque je ne peux pas être député, autant être sénateur.

 

   Autre raison. J’ai été 12 ans maire et je pense ne pas avoir été un mauvais maire. Pourquoi 12 ans ? Parce qu’en 95, j’avais promis de ne faire que 2 mandats. J’ai tenu parole et j’ai installé mon successeur.

   J’ai créé et je suis président d’une communauté de communes qui est un peu spéciale car c’est surtout un beau laboratoire d’idées et d’expériences. Nous y avons créé plein de choses. Mes collègues du Conseil Général ne me diront pas le contraire.

   Je suis VP du Conseil Général et j’ai la faiblesse de croire que je fais bien mon travail, même si ma façon de faire énerve certains.

   Et enfin, je suis président du comité de bassin de l’agence de l’eau et je vous rappelle que j’ai été le premier président de gauche d’un comité de bassin en France.

   Tout cela pour dire que j’ai une certaine expérience du fonctionnement des collectivités et des grands dossiers, expérience que je pourrais mettre au service du PS et valoriser au Sénat.

 

   Autre raison et permettez-moi de taquiner notre parti. Car je sais lire.  On parle de renouvellement, de laisser la place aux autres… En me présentant, je vous propose de renouveler les sénateurs… et ainsi  je libérerais  un poste d’adjoint au maire, puisque le poste de maire je l’ai déjà donné, un poste de président de CC, un poste au CG et même de VP, un poste de suppléant député, voire de candidat titulaire et même  un poste de président du comité de bassin de l’agence de l’eau. Je ne peux pas faire plus !

 

    Dernière raison, pour détendre l’atmosphère. Cela fait 20 ans que je fais de la politique et cela fait 20 ans qu’on m’appelle Alain Poher… Quitte à avoir le prénom, j’aimerais bien en avoir le titre.

    Voilà pourquoi j’ai déposé ma candidature… Car je ne pouvais pas faire autrement !

   Avec un handicap  que je veux bien avouer: Intellectuellement, je suis souple comme une barre de fer…

   C'est-à-dire que vous ne me ferez pas dire que c’est rose si c’est bleu, que j’ai tort si je suis sûr d’avoir raison  et comme en plus, je suis provocateur et foncièrement indiscipliné, sachez que, systématiquement, si on m’ordonne de voter Durand, je voterai Dupont !

   Ce qui veut dire que je me suis fait, dans cette fédération et dans ce département, un certain nombre d’inimitiés que j’assume entièrement.

   Voilà ce que je voulais vous dire.  Et je terminerais par 2 derniers points.

 

   J’ai appris, il y a une heure, que je serai 5ème sur la liste. Mais ce n’est pas        5ème  que je voulais être, c’est premier… Je dis cela pour rire, bien entendu ! Plus sérieusement. Je prends cela comme une marque de confiance et un honneur. Mais je serai franc et clair avec vous. Je mets cette place à disposition du parti… Catherine, si cela peut arranger les choses, effacer certaines rancœurs ou si Michel change d’avis… Je ne serai pas vexé.

 

  Par contre, je tiens à te prévenir Catherine et vous tous, membres du conseil fédéral.    Nous allons valider la liste le 2 décembre : le 2 décembre, c’est l’anniversaire du couronnement de Napoléon 1er, l’anniversaire d’Austerlitz et l’anniversaire du coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte… Alors le 2 décembre 2010, ce sera aussi le  coup d’état d’Hervé Poher: car ce soir là, quand je serai sûr que Jean-Claude Leroy va être sénateur, j’annoncerai que le candidat dans la 6ème, c’est moi… Parité ou non, parti ou non ! Je serai candidat en 2012. Je ne sais pas si je serai élu mais au moins, j’aurais été jusqu’au bout de mon chemin. HP

 

 

ACTE II : 11/ 2011 /Lettre de Hervé Poher à François Hollande

 

Monsieur François Hollande, Cher camarade, Cher ami.

Elu de la 6ème circonscription du Pas-de-Calais, j’ai accepté, en 2002, d’aider Monsieur Jack Lang à s’implanter dans notre département : je retirais ma candidature et j’acceptais d’être son suppléant.

Dix ans après, c’est-à-dire dernièrement, j’ai annoncé officiellement que je serai candidat pour les prochaines législatives. Je pense, en effet, avoir certaines légitimités à revendiquer ce droit, d’autant que le 10 avril 2002, vous m’aviez vous-même, lors d’un entretien rue de Solferino, affirmé que « le Parti Socialiste saurait me renvoyer l’ascenseur.

Je suis persuadé que vous pouvez comprendre ma démarche, basée sur un travail de terrain, permanent depuis plus de 20 ans au nom du Parti Socialiste.

Recevez, mon cher camarade et ami, l’expression de mes sentiments les plus respectueux. HP   

 

 

ACTE III : 01/12/2011 : Vote des militants pour le choix du candidat

Poher : 337 voix

Bourguignon : 193 voix

Rembotte : 153 voix

Jack Lang a retiré sa candidature la veille au soir.

 

 

ACTE IV : 12/12/2011 : Lettre de Hervé Poher  à Madame Catherine Génisson

 

Madame la Première Secrétaire Fédérale.

Par honnêteté, respect et amitié, je me devais de vous faire parvenir cette lettre.

Vous le savez, nous avons décidé, Alain Méquignon et moi-même, de maintenir notre candidature pour les législatives 2012 ; maintenir car il nous est insupportable d’admettre que l’investiture de notre candidate officielle soit basée sur un tour de passe-passe, sur une manipulation et sur un mensonge.

 

Tour de passe-passe quand le secrétariat fédéral a validé le changement des règles de vote : un vote séparé pour les hommes, un vote séparé pour les femmes, Jack contre Hervé, Brigitte contre Dominique. Vous avez refusé un vote général car le résultat était acquis et peu « transformable »… Mais Alain et moi, sûrs de notre légitimité, nous avons accepté d’aller au bout de ce processus… D’ailleurs, on ne nous a pas demandé notre avis et comme nous n’avions rien à craindre… cette circonscription n’étant pas et n’ayant jamais été réservée à la parité ! C’est normal, Jack était sortant et candidat…

Le secrétariat a décidé d’orienter le processus électoral et personne n’a eu le courage et l’amitié de nous prévenir… Quelle marque de dédain envers nous !

 

Manipulation car, pour ce vote, les dés étaient pipés et cela avait été fait volontairement. La démarche définie en Secrétariat Fédéral peut être résumée en « Tout sauf Poher ». Et je reconnais là la formation et la marque de certains « camarades ».

En effet :

· Si Jack gagnait l’élection interne, personne ne pouvait contester sa légitimité… « Vous avez voulu un vote, vous l’avez eu ! »… Donc pas de Poher !

· Si Jack perdait, vous sortiez la parité de votre poche et vous proposiez une femme… « C’est le national qui exige ! »… Donc pas de Poher !

· Jack vous a facilité les choses en ayant peur et en ne se présentant pas… « En plus, un plébiscite pour un seul candidat homme n’a plus de valeur…»

Et, dans cette logique, que vous avez osé dire, en Convention Fédérale, après le vote et malgré le vote, que pour la 6ème la fédération allait proposer une femme. Ce qui n’avait jamais été dit, ni même jamais évoqué en Conseil Fédéral, encore moins devant les sections ! Les circonscriptions réservées aux femmes avaient toujours été la 1ère, la 2ème, la 9ème. Des centaines de militants en sont témoins.

Il semble évident qu’il a été décidé, bien avant le vote, de manipuler le résultat et personne n’a eu l’honnêteté et l’amitié de nous prévenir et, au final, quel mépris pour les militants !

 

Mensonge enfin, car depuis samedi, nous avons compris que la copie rendue au National, par la Fédération, était fausse ou tellement orientée qu’elle en devenait fausse. Madame Bourguignon y est présentée comme « grande gagnante de la consultation militante !!! » Dois-je vous rappeler le résultat de ce vote ?

ü POHER : 337 voix

ü BOURGUIGNON : 193 voix

ü REMBOTTE : 153 voix

Et elle a gagné ??!! C’est ce que j’appelle de la « démocratie orientée, voire dirigée pour ne pas dire falsifiée » !

Passe-passe, manipulation et mensonge… Trois pratiques qui nous obligent, Alain et moi, à montrer qu’il existe d’autres méthodes, d’autres valeurs et, peut-être, d’autres légitimités. Et de poser la question : « Pourquoi la 6ème circonscription est-elle la seule circonscription où le vote militant n’a pas été respecté ? »

 

Soyez assurée, Madame la Première Secrétaire, que nous sommes désolés de devoir en arriver là, mais il y a des dires et des attitudes qui sont blessantes, inexplicables et injustes donc inacceptables. Et vous le savez, les blessures d’honneur sont toujours les plus dures à guérir.

 

L’honneur est peut-être la seule chose qui, à terme, nous restera, mais au moins, de façon démodée, nous serons fiers d’avoir su le garder.

Je sais que nous avons certainement tort de mettre de l’honneur, de l’honnêteté et de l’amitié là où ces mots ne représentent plus rien, mais on ne se refait pas !

A coté, en marge ou exclus du Parti, nous vous laissons le choix de notre nouveau statut. Nous nous y plierons, respectueux car honnêtes, malheureux mais obligés.

Recevez, Madame la Première Secrétaire, l’expression de nos salutations. HP

 

 

ACTE V : 14/02/2012 Lettre du PS à Hervé Poher

 

Cher camarade.

Le bureau national du Parti, réuni ce mardi 14 février 2012, a pris acte de ton intention exprimée publiquement à plusieurs reprises, d’être candidat dans la 6ème circonscription du Pas-de-Calais.

Comme tu le sais, la Convention Nationale de ratification des candidatures socialistes aux élections législatives de juin 2012 a investi notre camarade Brigitte Bourguignon comme candidate dans cette circonscription. Cette décision est conforme à l’objectif de parité fixé par le Parti dans ce département.

Ta démarche est contraire aux objectifs politiques du Parti Socialiste. Elle est de nature à entrainer la confusion dans l’esprit des électeurs, en pleine campagne présidentielle. Le bureau national a donc souhaité, à l’unanimité, que tu prennes publiquement l’engagement de renoncer à toute candidature, de manière à dissiper tout malentendu, d’ici lundi 27 février 2012.

Si tel n’était pas le cas, nous nous verrions dans l’obligation de soumettre au Bureau National du mardi 28 février 2012 ta demande d’exclusion, conformément aux termes de l’article 11.19 de nos statuts

Ne souhaitant évidemment pas en  arriver à cette extrémité et comptant sur ta compréhension, nous te prions de croire, Cher camarade, à l’assurance de nos sentiments socialistes les meilleurs. FL

 

 

ACTE VI : 21/02/2012 : Réponse de Hervé Poher au PS

 

Monsieur le Secrétaire National.

   J’accuse réception de votre courrier, daté du 14 février, courrier se rapportant au problème des élections législatives dans la 6ème circonscription du Pas-de-Calais.

    Permettez-moi de vous faire part de mon incompréhension. En effet, faisant suite à la directive fédérale (datée du 1er février) ainsi qu’à la réunion de concertation (le 10 février) avec Catherine Génisson, Première Fédérale de notre département, tout le monde était tombé d’accord sur le fait que la seule et vraie priorité était la campagne pour et avec notre candidat François Hollande.  Et c’est dans cet esprit, cette optique et cette perspective que nous, responsables, élus et secrétaires de section, nous nous sommes positionnés… Et c’est pour porter cette ambition que nos militants sont déjà prêts à être mobilisés dès qu’on fera appel à eux. Et pour nous tous, un seul but : la victoire de François !

    Dans une circonscription redécoupée, avec sept cantons ruraux, avec plus de 150  communes, nous avons un challenge à relever mais l’ensemble des socialistes sait que ce challenge est à portée de main… Nous en sommes tous parfaitement conscients et moi, connaissant bien ce territoire, j’en suis conscient peut-être  plus encore que les autres. Et, croyez-moi, Monsieur le Secrétaire National, ma formation personnelle fait que je sais ne pas me tromper d’urgence.

   Et c’est à la lumière des résultats de François dans cette circonscription que nous serons capables de déterminer quelles sont nos atouts pour les législatives. Mais d’ici là, nous ne devons pas nous tromper d’adversaire.

   Bien entendu, je me tiens à votre disposition pour vous préciser, s’il en était besoin, l’état d’esprit qui est le nôtre.

   Recevez, Monsieur Le Secrétaire National, l’expression de mes salutations distinguées. HP

 

 

ACTE VII : 23/04/2012 SMS de François Lamy, secrétaire national

« … Tu renonces avant demain soir ou tu es exclu… »

 

Acte VIII : 24/04/2012 Réponse de Hervé Poher à François Lamy

« Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul

Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul. »

 Désolé HP

 

ACTE IX : 27/04/2012 Martine Aubry annonce, à Lumbres…

«  Qu’Hervé Poher et Alain Méquignon sont exclus du Parti depuis mardi soir. »

 

FIN

Partager cet article

Repost0
Published by popo - dans Parti Socialiste
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 12:21

 ps.jpg

 

De Monsieur Hervé Poher

                                                                                                                                                     à

 Madame Catherine Génisson

 

 

Guînes, le 12 décembre 2011

 

Objet : 6ème circonscription du Pas-de-Calais

 

Madame la Première Secrétaire Fédérale.

   Par honnêteté, respect et amitié, je me devais de vous faire parvenir cette lettre.

   Vous le savez, nous avons décidé, Alain Méquignon et moi-même, de maintenir notre candidature pour les législatives 2012 ; maintenir car il nous est insupportable d’admettre que l’investiture de notre candidate officielle  soit basée sur un tour de passe-passe, sur une manipulation et sur un mensonge.

   Tour de passe-passe quand le secrétariat fédéral a validé le changement  des règles de vote : un vote séparé  pour les hommes, un vote séparé  pour les femmes, Jack contre Hervé, Brigitte contre Dominique. Vous avez refusé un vote général car le résultat était acquis et peu « transformable »… Mais Alain et moi, sûrs de notre légitimité, nous avons accepté d’aller au bout de ce processus… D’ailleurs, on ne nous a pas demandé notre avis et comme nous n’avions rien à craindre… cette circonscription n’étant pas et n’ayant jamais été réservée à la parité ! C’est normal, Jack était sortant et candidat…

   Le secrétariat a décidé d’orienter le processus électoral et personne n’a eu le courage et l’amitié de nous prévenir… Quelle marque de dédain envers nous !

   Manipulation car, pour ce vote, les dés étaient pipés et cela avait été fait  volontairement. La démarche définie en Secrétariat Fédéral peut être résumée en  « Tout sauf Poher ». Et je reconnais là la formation et la marque de certains « camarades ».

En effet :

             ·            Si Jack gagnait l’élection interne, personne ne pouvait contester sa légitimité…        «  Vous avez voulu un vote, vous l’avez eu ! »… Donc pas de Poher !

             ·            Si  Jack perdait, vous sortiez la parité de votre poche et vous proposiez une femme… « C’est le national qui exige ! »… Donc pas de Poher !

             ·            Jack vous a facilité les choses en ayant peur et en ne se présentant pas… « En plus, un plébiscite pour un seul candidat homme n’a plus de valeur…»

   Et, dans cette logique, que vous avez osé dire, en Convention Fédérale, après le vote et malgré le vote, que pour la 6ème la fédération allait proposer une femme. Ce qui n’avait jamais été dit, ni même jamais évoqué en Conseil Fédéral, encore moins devant les sections ! Les circonscriptions réservées aux femmes avaient toujours été la 1ère, la 2ème, la 9ème. Des centaines de militants en sont témoins.

    Il semble évident qu’il a été décidé, bien avant le vote, de manipuler le résultat et personne n’a eu l’honnêteté et l’amitié de nous prévenir et, au final, quel mépris pour les militants !

   Mensonge enfin, car depuis samedi, nous avons compris que la copie rendue au National, par la Fédération, était fausse ou tellement orientée qu’elle en devenait fausse. Madame Bourguignon y est présentée comme « grande gagnante de la consultation militante !!! » Dois-je vous rappeler le résultat de ce vote ?

ü  POHER : 337 voix

ü  BOURGUIGNON : 193 voix

ü  REMBOTTE : 153 voix

   Et elle a gagné ??!! C’est ce que j’appelle de la « démocratie orientée, voire dirigée pour ne pas dire falsifiée » !

   Passe-passe, manipulation et mensonge… Trois pratiques qui nous obligent, Alain et moi, à montrer qu’il existe d’autres méthodes, d’autres valeurs et, peut-être, d’autres légitimités. Et de poser la question : « Pourquoi la 6ème circonscription est-elle la seule circonscription où le vote militant n’a pas été respecté ? »

   Soyez assurée, Madame la Première Secrétaire, que nous sommes désolés de devoir en arriver là, mais il y a des dires et des attitudes qui sont blessantes, inexplicables et injustes donc inacceptables. Et vous le savez, les blessures d’honneur sont toujours les plus dures à guérir.

    L’honneur est peut-être la seule chose qui, à terme, nous restera, mais au moins, de façon démodée, nous serons fiers d’avoir su le garder.

   Je sais que nous avons certainement tort de mettre de l’honneur, de l’honnêteté et de l’amitié là où ces mots ne représentent plus rien, mais on ne se refait pas !

  A coté, en marge ou exclus du Parti, nous vous laissons le choix de notre nouveau statut. Nous nous y plierons, respectueux car honnêtes, malheureux mais obligés.

   Recevez, Madame la Première Secrétaire, l’expression de nos salutations.

 

HERVE POHER

 

Partager cet article

Repost0
Published by popo - dans Parti Socialiste
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 09:55
01/12/2011: Vote des militants pour les législatives / Hervé Poher

LEGISLATIVES   2012

 

CommunesInscVotExpPOHER
ARDRES21202020
BOULOGNE/MER13433
DELETTES32181616
DESVRES633244
EPERLECQUES    
ESQUERDES16131313
FAUQUEMBERGUES90484747
GUINES88686868
HALLINES    
LUMBRES130656565
LUMBRES RURAL151299
MARQUISE61313131
PERNES502199
RETY251888
RINXENT78443737
WISMES    
WISSANT8777
TOTAL690401337337

 

 

CommunesInscVotEXPBOURGUIGNONREMBOTTE
ARDRES2120220
BOULOGNE/MER134422
DELETTES321817116
DESVRES635252520
EPERLECQUES     
ESQUERDES161313310
FAUQUEMBERGUES904640733
GUINES8863301218
HALLINES     
LUMBRES13065612437
LUMBRES RURAL151212111
MARQUISE613131310
PERNES502121129
RETY251818180
RINXENT7844382117
WISMES     
WISSANT87770
TOTAL690414346193153

Partager cet article

Repost0
Published by popo - dans Parti Socialiste
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 12:24

  senatoriales ps

Hervé Poher

 

   Dérèglement climatique, Grenelle I et II, développement durable, impact sur la santé… Nouveau concept, nouvelle problématique, nouveau défi que doivent appréhender, voire affronter les élus locaux ou les décideurs que vous êtes. Et, nous le savons, ce n’est pas chose facile : comment intégrer la dimension environnementale dans tous les projets des collectivités ? Comment répondre au désir légitime d’espace de vie sans abîmer ou modifier définitivement la nature ? Comment faire de l’aménagement du territoire en intégrant toutes ces nouvelles urgences, toutes ces nouvelles façons de faire, toutes ces nouvelles obligations : respect de l’eau, maintien de la biodiversité, notion de paysage ? Bref, comment intégrer la dimension écologique dans la création d’un espace citoyen légitime ? Et dans notre région, le problème n’est pas le plus simple ! Et chez nous, en plus, quel est l’impact réel de notre environnement sur l’état de santé de nos concitoyens ?

   Et dans tous ces domaines là, c’est bien le rôle des parlementaires de vous aider, aussi, dans cette adaptation de vos pratiques d’élus ou de responsables. Cette  nouvelle façon d’imaginer la ville ne peut se concevoir que dans une dynamique collective où chacun a sa place et où chacun a son rôle. Les décideurs locaux ne peuvent pas tout savoir et l’accumulation des lois et des règlements environnementalistes transforme souvent la bonne intention en casse-tête administratif. Députés, sénateurs, élus départementaux et régionaux doivent et devront être à vos cotés pour cette évolution des usages et des mentalités. L’environnement n’est pas un handicap, c’est une obligation mais il faut la comprendre ; la nature n’est pas un handicap, c’est une réalité mais il faut la préserver…

   Cette ambition est noble… Comprenons la ensemble, assumons la ensemble… Bref, portons la ensemble ! 

    Hervé Poher

  senatoriales 62

Partager cet article

Repost0
Published by popo - dans Parti Socialiste
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 20:17

 

 

 

ps.jpg

 

LIEVIN:  Conseil Fédéral du PS

 

Mes chers camarades

   Catherine. Tu as dis que l’élaboration de cette liste avait été un vrai casse-tête. Je suis désolé de te donner des migraines mais, maintenant, il y a de bons traitements contre cela.

   Je voulais simplement vous expliquer, à vous tous, mes chers camarades, pourquoi j’ai déposé ma candidature, pourquoi ai-je fais cela ? Qu’allais-je faire dans cette galère ?... Et je me suis même posé la question.

   Si j’ai déposé ma candidature, ce n’est pas contre quelqu’un, mais pour quelque chose. Et ce n’est pas contre Daniel Percheron et Michel Sergent. J’ai trop de fidélité, d’amitié et de respect pour vous. Et toi, Michel, un peu plus encore car je n’oublierai jamais ce jour de 1996, où je me suis trouvé presque seul pour défendre un dossier d’intercommunalité. J’en ai pris plein la tête et mes camarades socialistes étaient fort peu nombreux pour m'aider. Il y avait toi, Jean-Claude et encore un autre… J’avoue que j’ai une dette envers toi.

   Mais si j’ai posé ma candidature, c’est que je ne pouvais pas faire autrement. Et cela pour plusieurs raisons.

   Tout d’abord : J’aimerais bien faire mentir l’histoire.

   Suppléant de Dominique DUPILET en 1997, redésigné par les militants en 2001, j’aurais dû normalement lui succéder. C’était la logique. Mais la logique s’est arrêtée le mardi 16 avril 2002, à 11h20, rue de Solferino, quand j’ai dit à François Hollande « OK pour aider Jack Lang, à s’implanter dans le Pas-de-Calais ». Mais, vous le savez, le calcul était bon : au mois d’avril, tout le monde était persuadé que Lionel Jospin allait être président de la République. Lionel président ; Jack ministre ; Hervé député.

   Patatra ! Vous savez ce qui est arrivé. Je me suis dit : « Le parti ne m’oubliera pas et, à l’extrême, j’attendrai cinq ans. ». En 2007, on m’a fait comprendre que Jack devait rester. « C’est pas grave, le parti pensera à moi et j’attendrai  encore 5 ans. C’est bon pour 2012.»

   Patatra ! Redécoupage électoral ! La 3ème disparait ; la 6ème est redécoupée. Jean-Claude Leroy n’a plus de circonscription… Inutile  de vous dire que nous avons eu des états d’âme, que les questions se sont posées mais moralement, affectivement et intellectuellement, je n’avais pas le choix : Jean-Claude peut se présenter dans la 6ème ;  et si Jean-Claude se présente, moi, je dois me retirer. Je n’ai pas le choix, c’est une question d’honneur.

   Voilà pourquoi je dis que je voulais faire mentir l’histoire. Je ne vais pas rester toujours à coté du train. J’ai aussi le droit à un destin. Et puisque je ne peux pas être député, autant être sénateur.

   Autre raison. J’ai été 12 ans maire et je pense ne pas avoir été un mauvais maire. Pourquoi 12 ans ? Parce qu’en 95, j’avais promis de ne faire que 2 mandats. J’ai tenu parole et j’ai installé mon successeur.

   J’ai créé et je suis président d’une communauté de communes qui est un peu spéciale car c’est surtout un beau laboratoire d’idées et d’expériences. Nous y avons créé plein de choses. Mes collègues du Conseil Général ne me diront pas le contraire.

   Je suis VP du Conseil Général et j’ai la faiblesse de croire que je fais bien mon travail, même si ma façon de faire énerve certains.

   Et enfin, je suis président du comité de bassin de l’agence de l’eau et je vous rappelle que j’ai été le premier président de gauche d’un comité de bassin en France.

   Tout cela pour dire que j’ai une certaine expérience du fonctionnement des collectivités et des grands dossiers, expérience que je pourrais mettre au service du PS et valoriser au Sénat.

   Autre raison et permettez-moi de taquiner notre parti. Car je sais lire.  On parle de renouvellement, de laisser la place aux autres… En me présentant, je vous propose de renouveler les sénateurs… et ainsi  je libérerais  un poste d’adjoint au maire, puisque le poste de maire je l’ai déjà donné, un poste de président de CC, un poste au CG et même de VP, un poste de suppléant député, voire de candidat titulaire et même  un poste de président du comité de bassin de l’agence de l’eau. Je ne peux pas faire plus !

    Dernière raison, pour détendre l’atmosphère. Cela fait 20 ans que je fais de la politique et cela fait 20 ans qu’on m’appelle Alain Poher… Quitte à avoir le prénom, j’aimerais bien en avoir le titre.

    Voilà pourquoi j’ai déposé ma candidature… Car je ne pouvais pas faire autrement !

   Avec un handicap  que je veux bien avouer: Intellectuellement, je suis souple comme une barre de fer…

   C'est-à-dire que vous ne me ferez pas dire que c’est rose si c’est bleu, que j’ai tort si je suis sûr d’avoir raison  et comme en plus, je suis provocateur et foncièrement indiscipliné, sachez que, systématiquement, si on m’ordonne de voter Durand, je voterai Dupont !

   Ce qui veut dire que je me suis fait, dans cette fédération et dans ce département, un certain nombre d’inimitiés que j’assume entièrement.

   Voilà ce que je voulais vous dire.  Et je terminerais par 2 derniers points.

   J’ai appris, il y a une heure, que je serai 5ème sur la liste. Mais ce n’est pas        5ème  que je voulais être, c’est premier… Je dis cela pour rire, bien entendu ! Plus sérieusement. Je prends cela comme une marque de confiance et un honneur. Mais je serai franc et clair avec vous. Je mets cette place à disposition du parti… Catherine, si cela peut arranger les choses, effacer certaines rancœurs ou si Michel change d’avis… Je ne serai pas vexé.

  Par contre, je tiens à te prévenir Catherine et vous tous, membres du conseil fédéral.    Nous allons valider la liste le 2 décembre : le 2 décembre, c’est l’anniversaire du couronnement de Napoléon 1er, l’anniversaire d’Austerlitz et l’anniversaire du coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte… Alors le 2 décembre 2010, ce sera aussi le  coup d’état d’Hervé Poher: car ce soir là, quand je serai sûr que Jean-Claude Leroy va être sénateur, j’annoncerai que le candidat dans la 6ème, c’est moi… Parité ou non, parti ou non ! Je serai candidat en 2012. Je ne sais pas si je serai élu mais au moins, j’aurais été jusqu’au bout de mon chemin.

    Hervé Poher

Partager cet article

Repost0
Published by popo - dans Parti Socialiste
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 00:00


Mairie de Guines, 18h45

M,M,M

  Voilà, le score est sans appel : Jack Lang a gagné à nouveau sur Guînes et sur le canton. D’après mes renseignements, il a gagné aussi sur la circonscription. Permettez-moi, quand même, de faire une mise au point.

   L’opposition est légitime ; la critique est normale et les désaccords sont et seront toujours les fruits des combats démocratiques… Mais tout n’est pas bon pour réussir ! Quand nous sommes touchés par des catastrophes naturelles, quand notre commune est sous les inondations, quand toute notre ville, tous nos ouvriers, tous les élus sont mobilisés pour aider ceux qui sont dans la détresse et l’angoisse ; quand chaque guinois se préoccupe d’aider son voisin… Quand tout notre microcosme se mobilise contre les éléments et que l’on voit certaines personnes de l’opposition municipale qui vont de maison en maison en disant : « Vous voyez, Poher est un incapable… Les inondations, c’est de sa faute. » Franchement, j’ai honte pour ces gens là ! Ils ne vivent que sur le malheur des autres… Ce sont des charognards ! Regardez dans le dictionnaire ce que cela veut dire ! Les choses sont dites... Et les urnes ont parlé. 

Hervé Poher
 

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Parti Socialiste
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 00:00

 

Jack-Lang-3.jpg

 

 

 

Chers amis, chers camarades.

   Jack vous a parlé, tout à l’heure d’humour… Et c’est vrai qu’il faut savoir s’amuser et ce soir, pour être franc, je vais me faire plaisir.

   Et une de plus… Je parle bien sûr des campagnes et des victoires. Je ne sais si vous êtes comme moi, mais pour me souvenir de ces campagnes, j’ai besoin d’un événement, d’une phrase ou d’un moment d’exception… Je vais prendre quelques exemples.

 

   En 1994, j’étais candidat pour les élections cantonales du canton de Guînes ; et dominique Dupilet m’accompagnait. Un jour, dans ma voiture, il allume un petit cigare et dit : « Tu sais… Ma femme, elle croit que je ne fume plus ! ». Alors, je lui dis : « Mais le soir, tu dois sentir le tabac ? ». « C’est pas grave, me répond-t-il… Je lui dis que comme je passe mes journées avec Poher et qu’il fume comme un pompier, c’est pour cela que je sens le tabac… »

 

   En 1997, Dominique était candidat pour les législatives et j’étais le suppléant. Un jour, il vient me chercher en me disant : « Viens ! On va faire le tour des élus du canton. » On commence à 14h30 par du champagne, à 15h par un demi, à 15h30 par un cognac, à 16h un autre demi…. Et comme cela, tout l’après-midi. En fin de journée, quand il me redépose, je lui avoue que je ne suis pas très bien. Et à ce moment là, il me dit : « Un élu qui ne sait pas boire, ne peut pas devenir député ! »

 

   En 2002, année mémorable avec l’arrivée de Jack. L’année où il a cassé mon frigidaire et est devenu accro au genièvre de Houlle. Un jour, nous nous sommes promenés au Fort Nieulay, à Calais. Il y avait, Dominique, Jack, moi-même et Roger Hanin. A un moment, les gens sortaient de partout pour venir nous voir. Et une brave dame, en passant à coté de moi, regarde Jack et dit : « Je le connais cet homme là ? » Je lui dis : « C’est Monsieur Jack Lang, candidat aux législatives. » ET elle me répond : « Moi, je m’en fous… Ce que je veux, c’est voir Navarro ! »

 

   Et enfin, cette année… J’ai cherché quel était le moment inoubliable… Et j’ai eu du mal à le fixer. Mais j’ai trouvé la conjonction de 2 remarques. L’une de Dominique Dupilet qui nous a dit, l’autre jour, dans cette même commune, qu’une campagne électorale devait être un moment de joie, un moment de rencontre entre le candidat et les militants ou les électeurs. Et un autre jour, j’ai eu une discussion avec Daniel Percheron… Il remarquait que les campagnes électorales manquaient de grandeur et de panache. Je lui ai dit que ce serait bien si un élu faisait sa profession de foi ou ses tracts en alexandrin…. Il m’a répondu que ce serait original, mais que personne n’oserait. Mesdames et messieurs, j’ai osé. Je vais terminer la campagne avec des alexandrins que j’ai concoctés ce matin.

 

« Oyez, chers camarades….La campagne est finie ;

Le résultat est bon… On pouvait l’espérer.

Certains ont abusé d’atroces vilénies,

Mais je crois maintenant, qu’ils ont mal au fessier.

 

Il fallait que Jacquou arrive bien devant ;

Etant donné l’ambiance, c’était un peu risqué…

Mais il supporte bien son surnom d’éléphant

Et comme tout pachyderme, il arrive à tromper.

 

Je me dois d’être honnête avec les militants :

C’est vrai qu’en 2002, on a fait un implant.

Mais la joie d’aujourd’hui, il nous l’a concoctée

En usant son sourire, sa langue et ses souliers.

 

Alors, soyons heureux car nous pouvons fêter

Cette belle victoire, un jour de Saint Hervé.

Cette victoire est votre car vous l’avez forgée

Et c’est sur votre ardeur que la vague s’est brisée.

 

Bernard a préparé quelques petits biscuits,

Pour limiter le taux de votre alcoolémie.

N’ayez aucune crainte car la gendarmerie

Sait bien que le succès est un bon alibi.

 

Faire  des alexandrins… Ca ne fait pas sérieux,

Mais l’élu trop sérieux, est-il vraiment heureux ?

Ce soir, nous sommes tous réunis entre amis

Et le seul mot qui compte, c’est bien le mot « merci. »

 

Hervé Poher

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Parti Socialiste
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 00:00

Jack-Lang-4.jpg

 

   Je dois vous avouer que j’hésite à vous féliciter pour votre courage ou à vous plaindre pour votre masochisme. Car c’est bien du masochisme que de venir à une réunion de gauche, aujourd’hui, en risquant de louper le début de France/Géorgie… Ou c’est bien du courage que de venir à une réunion publique du PS alors qu’on annonce une vague bleue, un raz de marée bleu foncé, voire un tsunami à la limite du violet.

 

C’est vrai que ce n’est pas facile d’être de gauche en ce moment et quelques uns, (surtout dans les hautes sphères parisiennes), auraient tendance à crier « Courage fuyons… », ce qui devient, étrangement, dans la bouche de certains, un slogan de droite : « Courage Fillon ! »

 

   C’EST VRAI QUE CE N’EST PAS FACILE D’ETRE DE GAUCHE, EN CE MOMENT !

 

D’abord parce que la gauche a perdu les présidentielles…

 

   En 1995, Chirac nous avait fait le coup de la fracture… En 2007, Sarkozy nous a fait le coup de la rupture… Ce qui lui a permis d’avoir une victoire d’envergure. Et comme il voyait une fissure, il a fait l’ouverture pour nous livrer en pâture, en nous prédisant une déconfiture !

    C’est sûr… La conjoncture est un plutôt dure.

Vous verrez, en 2012, comme il fait du jogging, il nous fera le coup de la foulure.

 

   C’EST VRAI QUE CE N’EST PAS FACILE D’ETRE DE GAUCHE, EN CE MOMENT !

 

   Surtout quand on apprend, du jour au lendemain que, grâce à Sarkozy, Johnny va revenir en France !!

   Quand j’ai appris que notre idole franco-belgo-suisso-monégasque allait revenir en France, je me suis exclamé, comme Djamel Debouse:

« DIS-MOI PAS QUE C’EST PAS VRAI ! »…. Johnny revient ! Il suffisait de lui promettre un peu plus pour son argent de poche !

    Mais comment se fait-il qu’ils n’y aient pas pensé avant… ceux qui étaient en place. Si je me souviens bien, ils s’appelaient CHIRAC, GALOUSEAU DE VILLEPIN et SARKOZY !!!

 

C’EST VRAI QUE CE N’EST PAS FACILE D’ETRE DE GAUCHE, EN CE MOMENT !

 

   Surtout quand on apprend qu’on va enfin lutter contre les abus

 

     On va enfin lutter contre les abus de tous ces gens qui sont malades et qui ne sont pas responsabilisés….. Car tout le monde sait que les malades sont des irresponsables et qui, en plus, bien souvent, ont un poil dans la main.

     On va donc créer une franchise pour inciter les gens à ne plus être malade. On appelle cela de la prévention. Pour la santé, le préventif doit primer sur le curatif. C’est le mot d’ordre de madame Bachelot.

 

   On va enfin lutter contre les abus de ces voyous qui provoque l’insécurité…. Et on va durcir la législation avec des peines plancher, tout en réaffirmant que la police de proximité, ça ne sert à rien. On appelle cela de la guérison. La justice, c’est le contraire de la santé : le curatif doit primer sur le préventif. C’est le mot d’ordre de Madame Rachida DATI.

 

   Quand j’ai appris qu’ils allaient enfin s’attaquer aux abus, je me suis exclamé : « DIS-MOI PAS QUE C’EST PAS VRAI ! »….Mais comment se fait-il qu’ils n’y aient pas pensé avant… ceux qui étaient en place. Si je me souviens bien, ils s’appelaient CHIRAC, GALOUSEAU DE VILLEPIN et SARKOZY !!!

 

C’EST VRAI QUE CE N’EST PAS FACILE D’ETRE DE GAUCHE, EN CE MOMENT !

 

   Surtout quand on apprend qu’ils vont, enfin, lutter contre la dette colossale de la France…. Enfin des gens courageux !!!

   Et pour lutter contre la dette…. ils vont supprimer les droits de succession et installer un bouclier fiscal pour que les riches payent moins d’impôts…

   Il suffisait d’y penser…. Mais, je dois vous avouer que j’ai quand même des doutes !... En médecine humaine, si vous mangez moins, vous maigrissez… En médecine fiscale, si vous encaissez moins d’impôts, la dette a tendance à grossir…. Mais, ils sont sans doute plus intelligents que moi …. Et de toutes façons, le principal, c’est de le dire avant les élections…. La seule chose qu’ils n’ont pas promise, c’est de raser gratis !

 

  Alors, quand j’ai appris qu’ils allaient enfin prendre des mesures fiscales pour réduire la dette en encourageant le capitalisme, je me suis exclamé : « DIS-MOI PAS QUE C’EST PAS VRAI ! »…. Mais comment se fait-il qu’ils n’y aient pas pensé avant… ceux qui étaient en place. Si je me souviens bien, ils s’appelaient CHIRAC, GALOUSEAU DE VILLEPIN et SARKOZY !!!

 

   On pourrait continuer comme cela pendant des heures…

-         Sur les services publics qui, soit disant, sont sacrés…

-         Sur l’éducation et la recherche qu’il faut réformer et dynamiser…

-         Sur l’aide aux personnes âgées qui devient une urgence…

-         Sur le maintien des services en milieu rural…

   Et notre président va faire tout cela… Il l’a promis… Mais surtout en réduisant le nombre de fonctionnaires… C’est tellement facile de s’en prendre aux fonctionnaires !! C’est tellement français et tellement populiste….

 

 Et dans tous ces dossiers, on se pose toujours la même question :

 

«  Puisque Le Président SARKOZY a tous les remèdes pour soigner les maux de notre société, pourquoi ne les a-t-il pas appliqués avant ?

Il était ministre d’Etat et chef de l’UMP… et l’UMP avait, d’après mes sources :

-         la Présidence de la République

-         Le gouvernement

-         L’assemblée nationale

-         Le Sénat

-         Des boulevards médiatiques

-         Et des amis capitalistes bien conciliants, au MEDEF ou ailleurs…. ».

Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? Ils avaient déjà tous les pouvoirs !

Avoir des solutions et ne pas les appliquer…. C’est de l’égoïsme, du sadisme ou pire, de l’indifférence !!... Je vous laisse le choix.

 

   Alors, M et M, c’est vrai que ce n’est pas facile d’être de gauche en ce moment ; Mais figurez-vous que certains utopistes se battent encore :

 

-         Ces utopistes qui ont la naïveté de croire que la santé est un droit pour tout le monde et qu’elle se doit d’être égalitaire, sans discrimination financière.

 

-         Ces utopistes qui ont la naïveté de dire que ce n’est pas plaisant de payer des impôts, mais que, jusqu’à preuve du contraire, dans notre pays, si tu payes beaucoup d’impôts, c’est que tu gagnes beaucoup d’argent.

 

-         Ces utopistes qui ont la naïveté de penser que dans les quartiers difficiles, tout ne se règle pas qu’avec du mépris, des contrôles et avec des coups de matraques.

 

-         Ces utopistes enfin qui osent affirmer

·        que le mot Partage n’est pas un gros mot,

·        que le mot Solidarité n’est pas une souillure,

·        que le mot Humanisme n’est pas une injure.

 

  Je sais que certains me diront que c’est complètement démodé et que dans notre société, il y a des mots qu’on ne doit plus utiliser… Peu importe…

·        Nous serons encore nombreux à être démodés.

·        Nous serons encore nombreux à réaffirmer que l’argent ne peut pas et ne doit pas faire la loi.

·        Nous serons encore nombreux à dire que le tout libéral n’est pas la bonne solution pour la France… Le tout libéral, c’est une injure à notre identité nationale et le modèle français, dont on a tant parlé,  ce n’est pas une doctrine politique, c’est le résultat de 20 siècles d’histoire et nous pouvons en être fiers.

 

   Alors, Mesdames et messieurs, face au rouleau compresseur médiatique de l’UMP, il faut se battre et avoir le courage de réaffirmer certaines valeurs, parce que ces valeurs là, nous français, quelles que soient nos options politiques, nous les avons dans les gênes, n’en déplaise au Président Professeur Sarkozy.

 

   N’oublions jamais que nous sommes tous détenteurs d’un héritage de 3 mots : Liberté, Egalité, Fraternité. Et chacun de ces mots est aussi important que les 2 autres.

 

     Alors, nous tiendrons bon… Ici plus qu’ailleurs, car nous, les habitants de la côte d’Opale, nous sommes habitués au grand vent et aux vagues, même si elles sont fortes…  et il y a bien une chose dont je suis sûr, c’est que le 10 juin, et surtout le 17 juin, jour de la Saint Hervé, vous m’entendrez dire, en apprenant la victoire de Jack Lang :

 

« DIS-MOI PAS QUE C’EST PAS VRAI ! »….

 

Hervé Poher

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Parti Socialiste
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 00:00

 

  Meeting à Rinxent


Chers amis, chers camarades.

 

J’ai une nouvelle importante à vous annoncer… Nicolas Sarkozy a été élu président de la république. Je dis cela pour ceux qui n’ont pas la télé, n’écoutent pas la radio et ne lisent pas les journaux… Comme on ne voit que lui.

 

    Mais si Nicolas Sarkozy a été élu, cela veut dire que nous avons été battus… Alors certains disent : « Y fallait que… Y’avait qu’à… » Non, mes chers camarades, il fallait pas que… Si nous avons été battus, c’est que Nicolas Sarkozy est fort, très fort, diaboliquement fort. Et le pire, c’est qu’il continue. Il faut être diabolique pour prendre Kouchner ; c’est très intelligent d’aller à Toulouse ou de venir à Dunkerque, comme aujourd’hui, ou à Zuydcoote. Il est en campagne électorale et est en train de ramasser toutes les voix, même chez nous.

 

   Alors que devons-nous faire ? Que devez-vous faire ? Et bien il faut ratisser les voix, il faut persuader les gens…. Ceux du centre qui ont voté Bayrou et même ceux de gauche qui se sont laissés tenter par Sarkozy… Et ceux de gauche qui ne veulent plus voter… J’ai même entendu une personne, qui vote toujours à gauche me dire qu’elle ne voterait pas en disant : « Autant que le parti Socialiste attrape une bonne claque… Cela permettra de vider la cage aux éléphants. »

 

   Alors dites bien à ces gens qu’il ne faut pas tomber dans le syndrome de la gueule de bois…  Vous savez ce que c’est qu’une gueule de bois… C’est ce mal en casque, avec bourdonnements et parfois des nausées. Ca survient souvent après des excès de produits toxiques et en particulier l’alcool. Sur le traitement, les gens ne sont pas d’accord. Certains disent qu’il faut boire le même produit que ce que vous avez absorbé la veille. C'est-à-dire que si vous avez bu trop de whisky, il faut reboire du whisky ; si vous avez bu trop de champagne, il faut boire du champagne ; si vous avez bu du pinard, il faut boire du pinard….

 

    Mais c’est entièrement faux ! Quand on a la gueule de bois, il faut boire de l’eau. La gueule de bois, c’est une déshydratation… L’alcool fait marcher les reins et nous manquons de liquide dans les cellules. Il faut donc boire beaucoup d’eau.

 

   Si je vous parle de cela, c’est que depuis le 6 mai, on a tous un peu la gueule de bois… Il faut dire qu’on a fait fort : Le Sarkozy, c’est un alcool à 53° et c’est un alcool hongrois ! Alors, dites bien aux gens, que pour guérir une gueule de bois à l’UMP, il faut boire quelque chose de plus doux, de plus sain et de moins dangereux… Il faut voter Ps et en particulier Jack Lang !  Dites bien aux gens que si ils votent UMP, ils risquent d’avoir un gros foie, avec plein de trous et un gros ventre. Bref, ils vont avoir une cirrhose. D’ailleurs, j’imagine des bandeaux : «  Pour éviter la cirrhose, voter Jack Lang ! »

 

   Voilà, mes chers camarades, votre travail. Parlez aux gens, persuadez-les de voter pour Jack… Usez vos langues pour Jack et c’est comme cela que nous allons gagner.

 

Hervé Poher

 

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Parti Socialiste
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 00:00





Réunion de soutien à Ségolène, le 14/11/06, Saint Martin les Boulogne

 

Chers amis, chers camarades.

 

   Si vous ne l’avez pas encore compris, nous sommes là pour soutenir la candidature de Ségolène Royal à la présidence de la république. Mais contrairement à ce que vous pouvez penser, ce n’est pas toujours une évidence de soutenir Ségolène….. Que n’avons-nous entendu ! Que n’ai-je entendu !!

 

   « Comment peux-tu soutenir Ségolène, toi qui est un affreux macho ? »

Moi, Macho ? Thérèse ? … Hypocrite, va !  On me dit macho, mais je ne le suis pas…. Ou presque pas… Et même si c’était vrai, en politique il faut savoir être pragmatique et le pragmatisme fait évoluer….Personne n’est génétiquement  ou sociologiquement parfait.

 

  « Elle ne tiendra pas le coup… C’est un petit gabarit ! »

Je ne savais pas que pour être président, il fallait mesurer 1,87 mètre et chausser du 44 ?... Quoi que… ce n’est pas une mauvaise idée !

Le gabarit ne veut rien dire…D’ailleurs, je vais vous raconter. J’avais un petit chien, tout petit. C’était un chien de race, mais une race spéciale : c’était un mélange de fox terrier et de plein de choses. Bref, comme on dit chez moi, et je m’en excuse, c’était un Royal bâtard ! Eh bien, figurez vous que ce petit chien faisait la loi dans tout Guînes… Personne ne pouvait entrer dans le quartier. Vous ne pouvez pas savoir le nombre de pantalons que j’ai dû rembourser aux préposés des postes ou aux employés de l’EDF… Il était petit mais il faisait la loi parce qu’il avait un sacré caractère…

 

   D’ailleurs, à ce sujet, on dit : « Ségolène a un caractère de cochon ! ».

Mais, mes chers camarades, en politique, dans la vie publique, je connais tout plein des gens qui ont un caractère de cochon… On ne dit rien car ce sont des hommes !A croire que les hommes ont le droit d’avoir mauvais caractère mais que les femmes doivent toujours être douces et obéissantes…De plus, vous le savez, la politique, c’est un peu comme Dallas et son univers impitoyable. On a intérêt à être blindé et avoir une sacrée cuirasse.

 

   On dit aussi : « Elle n’a pas de programme ! » Mais si ! Elle a un programme, c’est celui du PS. Je peux d’autant plus en parler que je n’ai pas voté pour… Il y avait certaines choses qui me déplaisaient. Elle a ce programme mais avec sa touche personnelle et en disant qu’au sein du Ps, il n’y a pas de dogme :

 

   Ce n’est pas un crime de lèse-majesté d’oser dire que la carte scolaire est un système qui est obsolète et qu’il faut revoir le problème

   Ce n’est pas un crime de lèse-majesté de dire que les 35 heures ont été une idée formidable, mais que dans certaines branches d’activité bien précises, ça n’a pas été un succès et qu’il faudrait revoir le problème. Regardez le monde hospitalier !

   Ce n’est pas un crime de lèse majesté que de dire, qu’en tant que socialiste, on préférerait voir les enseignants donner des cours de rattrapage dans les collèges plutôt que dans des boites privées et que pour cela, il faut donner plus de moyens à l’éducation nationale.

 

«La grandeur d’un politique, c’est de poser des questions qui gênent, c’est d’essayer de trouver des solutions, mais aussi de savoir reconnaître quand ce qu’il a fait n’est pas parfait. Et qu’il faut rectifier »

 

 Alors, on m’a dit : « Donne-nous la véritable raison de ton soutien à Ségolène ! »

Mais la seule et véritable raison de mon soutient, c’est que: « Je veux gagner ! »

 

   Ségolène, c’est mon Tagamet… Tagamet, c’est un traitement radical pour les ulcères à l’estomac .Et figurez-vous que depuis un certain soir d’avril 2002, j’ai un ulcère à l’estomac, j’ai une boule là !

 

   Et Ségolène, c’est bien elle qui a le plus d’atouts :

 

- Parce qu’elle est socialiste et que j’ai la faiblesses de croire que la majorité des français en a marre du surplace social de Chirac et de l’agitation maladive de Zarkozi, avec un z comme Zorro.

 

- Parce qu’elle a un programme, des idées et pas de tabous.

 

- Parce qu’elle a osé aller dans le Raffarinland, en Poitou/Charente et qu’elle sait ce que c’est que de gérer une collectivité locale

  
  Parce que c’est une femme… et que les français qui ne sont plus en phase avec leur monde politique veulent du changement… De la modernité…Une révolution culturelle.

 

Quel beau symbole de changement que de mettre une femme aux qualités incontestables  pour nous montrer le chemin.

 

Voilà pourquoi, nous sommes nombreux à soutenir Ségolène : PARCE QUE NOUS VOULONS GAGNER !

 

Mesdames et Messieurs ;  tant que nous n’avons pas voté, on n’est sûr de rien… Mais la seule chose dont on est sûr, c’est que quel que soit le résultât, nous serons derrière le  gagnant ou la gagnante.

 

Alors soyons clair :

-         Laurent Fabius est un homme d’état… Personne ne peut dire le contraire.

-         Dominique S K est un économiste remarquable… Personne ne peut dire le contraire.

-         Mais Ségolène, c’est un parfum et un espoir de victoire et de revanche… Personne ne peut dire le contraire.

 

Les convictions, il faut savoir les défendre,

Les idées, il faut savoir les promouvoir,

Mais la victoire,  il faut savoir la gagner !

 

 Hervé Poher

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Parti Socialiste
4 novembre 2005 5 04 /11 /novembre /2005 00:00

                            
                                










Mes chers Camarades.

 

   Permettez que je vous raconte une petite anecdote.

 

   Il y a quelques semaines, j’ai eu un coup de fil de Jean Paul Pelinski. Il m’a demandé : 

«  Hervé, la Fédération voudrait bien savoir pour quelle motion tu vas signer ». J’ai éclaté de rire….Vraiment ! Et je lui ai répondu : «  Tu sais, je suis peut-être indiscipliné, mais je suis légitimiste. Je signe la motion de François Hollande, c’est une évidence ».

 

   Une fois raccroché, je me suis demandé pourquoi la Fédé avait-elle un doute ?

-         Parce que je suis au Conseil Général et qu’on peut se poser la question ?

-         Ou parce que j’ai la réputation d’être râleur, contestataire et, comme on dit, un peu « grande gueule »….

-          

  Mais pour moi, c’était une évidence, surtout quand j’ai pensé à mon parcours initiatique, pour entrer au PS. Celui qui m’a aidé, c’est Dominique Dupilet. Et il m’a appris les 4 règles d’or du Parti Socialiste :

 

1er Règle d’or : « Tu dois parler le langage socialiste ; tu dois dire Camarade ».

   « Ah bon ! Même si le gars en face de moi est un abruti ? » «  Tu dis Camarade ! » ...... « Même si le maire de Rinxent me casse les pieds ? » «  Tu dis Camarade ! »...... «  Même quand Daniel Percheron m’appelle « Le bon Docteur Poher » et que ça m’énerve ? ».... « Tu dis Camarade ! ».... « Bon, je dirai Camarade ! »

 

2ème règle d’or : «  Le Parti a toujours raison ! » … « Ah bon ! Il ne peut pas avoir un petit peu tort ? » …….. « Non, il a toujours raison ! »…… « Bon, il a raison ! »

 

3ème règle d’or : Qui découle des 2 premières « Tu ne diras jamais de mal des camarades et tu seras solidaire du parti. » …. «  Jamais de mal ?......Même un petit peu ? » « Non, jamais ! »

«  Même un tout petit peu ?.... C’est tellement bon de dire du mal » « Non ! »….. Bon !

 

4ème règle d’or : «  Tu auras un seul ennemi commun et unique : c’est la droite ! » « Ah bon !... Et pas un petit peu à gauche ? » « Non, à gauche, il y a le talisman de l’union, comme dit Perch » « Bon….. Remarquez, ce n’est pas difficile de les avoir comme ennemis ; quand on voit ce qu’ils ont fait, ce qu’ils font et ce qu’ils feront, on est obligé d’être contre eux.

 

   Tiens, j’ai découvert un truc… Si vous avez des doutes ou des états d’âme, il y a un truc radical : vous faites une réunion avec Zarkozy…Je dis Zarkozy  avec un Z comme Zorro. C’est vraiment radical ! D’ailleurs, vous allez peut-être pouvoir me renseigner : Est-ce que je dois déclarer ça comme avantage en nature ? Une réunion avec Sarkozy, en Sous-préfecture…. C’est la première fois que je vais au cinéma et que je ne paye pas ma place….

 

     Bref, en respectant ces 4 règles d’or, j’ai signé la motion de François Hollande. Bien sûr, certains disent qu’elle n’est pas assez à gauche…. Qu’on n’y voit pas le SMIG à 1500 Euros…Mais, mes chers camarades, dans la vie, comme en politique, l’homme n’est pas ce qu’il dit, l’homme est ce qu’il fait. Et il est inutile de dire ou d’écrire des choses qu’on ne fera pas !

 

Bien sûr, je réclame souvent de l’utopie, parce que l’utopie, c’est mon essence… C’est votre carburant, à vous, les militants…Mais je n’ai jamais obligé un dirigeant à mettre de l’utopie dans un programme de gouvernement.

 

   De même, mes chers camarades, jamais, je dis bien jamais, je ne dirai de mal d’un autre camarade et je ne serai jamais le porte flingue de quelqu’un pour en flinger un autre….. On se bat pour quelque chose et non pas contre quelqu’un.

 

En signant la motion 1, c’est un acte de fidélité envers François, Serge, Jack, Daniel sans pour autant toucher à l’amitié, le respect et la fidélité que j’ai pour Dominique Dupilet.

 

Voilà, mes chers camarades. Je ne suis qu’un militant, comme vous, parce que venant de vous…. Râleur, contestataire… Mais vous pouvez dire que les militants de la côte, du calaisis et du boulonnais, que les militants du Pas de Calais, ont un défaut, c’est qu’ils ont une grande gueule, mais une qualité, c’est que leur fidélité est immense.

 Hervé Poher

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Parti Socialiste
18 mars 2004 4 18 /03 /mars /2004 00:00


Boulogne-sur-Mer

Chers camarades. 

            On m'a donné 10 minutes pour dire tout le mal que je pense de certains. Ce sera dur… non pas de dire du mal, mais de le faire en 10 minutes.

 

            Lorsque les gens me demandent ce que je pense des prochaines élections, je réponds toujours : "on va gagner". Ils sont étonnés et me disent : "pourquoi, pensez-vous cela ?" et je réponds :"on va gagner, parce que nous sommes dans la vérité".

 

    Car nous sommes dans la vérité :

    quand nous défendons nos services publics :

    Ø  service public de la santé, le même pour tous
 Ø  service public de l'éduction, le même pour tous
 Ø  service public des transports, partout sur le territoire 
 Ø  service public de l'énergie et des télécommunications
et nous sommes dans la vérité, quand nous défendons nos acquis sociaux, résultats des luttes menées par nos anciens.

  Mais nous sommes aussi dans la vérité, quand nous dénonçons :

 le narcissisme caricatural de Jacques Chirac, c'est devenu le premier omphalopsique de France… Un omphalopsique, c'est un adorateur du nombril.

 
Nous sommes dans la vérité que nous dénonçons la bonhomie hypocrite de Jean-Pierre Raffarin. Il me fait penser au bossu, dans le film de Jean Marais :"touchez ma bosse, Monseigneur"… et ensuite, il vous trucide.

 
Nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons le cinéma ostentatoire ou ostensible de Sarkozy. Certains disent, "c'est un professionnel". Oui, c'est un professionnel, mais de la mise en scène.

 
Nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons l'incompétence pathologique de Jean-François Mattéi. Après 2 ans au Ministère, il n'a toujours pas compris ce que c'est qu'une urgence.

 
Nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons le culot provocateur de Jean-Paul Delevoye. Il ose dire que ses priorités, c'est la santé et l'emploi. Dans cette région, il n'y a pas une semaine sans qu'on annonce des licenciements et son gouvernement nous a supprimé la péréquation pour les hôpitaux.

 
Nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons la fausse simplicité de Luc Ferry, qui avec son air de soixanthuitard attardé est en train de procéder au démantèlement du système éducatif.


Nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons le sadisme discipliné de Francis Mer et François Fillon qui, sous prétexte de rigueur budgétaire, sont en train de gommer tous nos acquis sociaux.

 
Nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons la staracadémie médiatique d'Alain Juppé. Il y a un nouveau proverbe :"j'ai fauté, je suis condamné, je suis donc adulé et je suis célébré".

 
Nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons le grand guignol de Bayrou. Avec Jacques Chirac, il nous joue à "je t'aime, moi non plus". Mais nous savons pertinemment qu'ils feront dodo ensemble.


Nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons le mépris grand bourgeois de l'horrible Baron E. A. Sellière. Il restera dans l'histoire comme l'équarisseur du système social.

 
Et nous sommes dans la vérité quand nous dénonçons l'indécente démagogie du Front National qui parle de préférence nationale et pense préférence raciale.

 
Alors, mes chers amis, c'est pour cela que nous allons gagner. Et savez-vous, que le 21 mars, c'est la Sainte Clémence… et bien le 21 mars, il n'y aura pas de clémence pour tous ceux que je viens de dénoncer !


Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Parti Socialiste

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)