Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 11:12

 

 

wateringues

 

Séance plénière du Conseil Général/ Hervé Poher

 

Monsieur le Préfet.

   Permettez-moi de vous faire part d’une interrogation légèrement teintée d’inquiétude interrogation concernant la réorganisation de la gestion des wateringues.

   Contrairement à ce que prétendent certaines personnes mal informées ou souffrant de surdité sélective, l’IIW et les collectivités territoriales, le PDC en particulier, n’ont eu de cesse, depuis 2004, d’alerter l’Etat et ses services, sur les risques encourus par la zone de wateringues, zone qui va de Sangatte à la frontière belge, en descendant jusque Saint-Omer :

-         Risques découlant d’une sous-capacité d’évacuation

-         Risques dus au vieillissement des stations de pompage

-         Risques résultants du changement climatique et de la modification de notre type de pluviométrie

-         Risques, enfin, amenés par la montée du niveau de la mer.

   Tous ces risques ont été évoqués de nombreuses fois dans cette enceinte, en séance plénière et la dernière fois, quelques semaines avant la tempête Xynthia. J’ai personnellement, en tant que Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’Eau, alerté, officiellement, Monsieur Lepeltier, Madame Nelly Olin et Monsieur Jean-Louis Borloo, tous trois ministre de l’environnement.

   Après un audit effectué en 2007, trois démarches ont été proposées.

-         Définir précisément les aléas

-         Mettre en place une nouvelle gouvernance

-         Essayer d’instiller, voire d’imposer de nouvelles règles d’urbanisme.

   Trois démarches qui semblent logiques, qui sont compréhensibles et qui, je le crains, deviennent urgentes. Permettez-moi de saluer, en toute objectivité, en évoquant ce dossier, le professionnalisme et l’écoute des services de la DREAL ainsi que l’attention des représentants de l’Etat. Vous voyez, Monsieur le Préfet, il y a des domaines où on peut parler le même langage. 

   Ma question est simple, Monsieur le Préfet.   Qu’en est-il de la mise en place de la nouvelle gouvernance ?

  Et en rappelant avant tout, Monsieur le Préfet, qu’il y a 30 ans, les départements, sous l’impulsion de Roland Huguet se sont impliqués dans la gestion des wateringues, prenant comme argument ou comme justification que cela faisait partie de l’aménagement rural et du maintien de l’agriculture… Compétence du Conseil Général !

   Or le ministère affirme, aujourd’hui, que le problème des wateringues n’est plus un problème agricole mais bien un problème d’urbanisme, au sens large du terme et un problème d’utilisation des sols… Argument qui peut se défendre.

   Dont acte… Mais comme en plus, la sécurité des biens et des personnes est de la compétence de l’état, que l’eau ne fait pas partie de nos compétences, pouvez vous me confirmer qu’en toute logique les départements ne participeront plus à la gestion des wateringues ? Ou alors, par quel biais ?

 

Hervé Poher

 

Repost 0
Published by popo - dans Wateringues
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 00:00





Séance plénière du CG Arras
  Monsieur le Président, mes chers collègues.

   Dans la série « l’Etat se désengage », permettez-moi de résumer les épisodes précédents :

Episode 1 : Il y a 30 ans, sous la haute autorité de Roland Huguet, les 2 départements décident de créer l’Institution Interdépartementale des Wateringues. Un « gentleman Agreement » est passé entre les collectivités et l’Etat : La sécurité des biens et des personnes est bien de la compétence de l’Etat, mais par l’intermédiaire de l’Institution, nous acceptons de gérer les ouvrages d’évacuation à la mer à condition que l’Etat mette à disposition du personnel et qu’il s’occupe financièrement des investissements… C’était un minimum, car je la répète, c’était une compétence pleine et entière de l’Etat.

Episode 2 : Tout va bien jusqu’en 2002/2003, années où l’Etat nous fait comprendre qu’il ne voit pas pourquoi il continuerait à nous prêter des fonctionnaires, pour un problème qui est très locorégional. Nous acceptons de revoir nos financements et d’avoir notre propre personnel. Mais, je le répète,  c’était toujours une compétence de l’Etat….

Episode 3 : Dans le cadre du contrat de plan Etat-Région et de  l’avenant intempéries, nous avons programmé  et procédé à l’amélioration et la réparation de certaines pompes, voire même l’installation de pompes nouvelles. En l’été 2005, nous apprenons que l’Etat n’honorera pas ses engagements et le Ministère de l’Agriculture nous laisse une ardoise d’1 million d’Euros alors que les travaux ont été faits. Post-scriptum : C’est toujours une compétence de l’Etat.

Episode 4 :   Comme vous avez pu le voir, nous avons protesté, râlé, dénoncé et vociféré. A titre personnel, en tant que Président du Comité de Bassin, j’ai demandé à Monsieur Le Ministre LEPELTIER et à Madame le Ministre Nelly OHLIN de s’intéresser ne serait-ce qu’un minimum au problème des wateringues… Rien n’y a fait et je me permets de caricaturer la réponse de l’Etat  en disant: « Tenez ! Voila 3 francs et 6 sous…  Institution, sections de wateringues et collectivités ? Vous êtes assez nombreux pour trouver des solutions »  Et je me permets de rappeler : c’était toujours la compétence de l’Etat.

Episode 5 : Une évidence s’est imposée à nous et c’est le point de vue que je défends : Nous avons beau râler, dénoncer et protester… le jour où il se produira une catastrophe, c’est vers l’Institution et vers les départements que la population va se retourner. Ce n’est pas vers l’Etat !!!  Il faut donc, pour le bien et la sécurité de nos populations et parce que nous sommes conscients de nos responsabilités, il nous faut trouver une solution et sortir par le haut de cette source de conflit… Conflit qui n’aura plus de sens le jour où la catastrophe se produira.

   C’est pourquoi, nous vous avons proposé, dans le budget 2008, un engagement du CG. Nous vous avons proposé, comme le CG du Nord, une fiche spécifique, dans le contrat de projets, fiche que je résume ainsi : Sur 7 ans, 7 millions d’investissement, pour les réparations, les ouvrages d’art et de nouvelles pompes… Pour ces 7 millions, 40% de crédits européens ; nous essayerons aussi d’avoir 40% de l’Agence de l’Eau qui suppléerait ainsi à la défaillance de l’Etat ; et les départements mettraient chacun 10% sur 7 ans…. Et permettez-moi de rajouter,  comme le canard de Robert LAMOUREUX, canard qui est toujours vivant : C’était et c’est toujours la compétence de l’Etat.   

     Pour en terminer avec ma réponse, permettez-moi de rassurer mon collègue Bertrand PETIT : Il n’a jamais été question de transformer le marais audomarois en bassin de rétention… Pas plus que le marais de Guînes d’ailleurs… Mais les spécialistes se gargarisent avec une évidence : Dans les marais, il y a de l’eau et les marais sont les zones les mieux appropriées pour servir de zones tampons… Vous et moi, n’avons besoin d’avoir fait de hautes études pour confirmer cette évidence….

    Je me dois de terminer par l’épisode 6… que, très sincèrement, j’espère ne jamais voir. Comme vous l’avez signalé, mon cher collègue, les 8 et 9 novembre dernier, nous avons frôlé la catastrophe. Aussi, permettez-moi de rappeler ce que j’ai dit au Préfet de Région, le 15 novembre dernier : « Monsieur le Préfet, je vous soumets un problème très simple dont je vous fournis les éléments de la matrice :  

1)     Sachant que la pluviométrie annuelle a augmenté d’environ 30% sur les 10 dernières années et que le type de pluie a changé, puisque maintenant, nous qui sommes habitués au crachin breton, nous observons des épisodes de pluies tropicales, difficilement gérables.… Je vous rappelle, un exemple parmi d’autres, que les 12 et 13 août 2006, il est tombé sur certaines communes de la zone des wateringues 230 mm d’eau en 28 heures, ce qui représente le quart de la pluviométrie annuelle.

2)    Sachant qu’un épisode cataclysmique catalogué, il y a quelques temps encore, comme centennal, est devenu, de façon très naturelle, décennal et que ce qui est décennal a une fâcheuse tendance à devenir annuel, voire pluriannuel.

3)    Sachant que les 8 et 9 novembre 2007, il y a eu une tempête et que l’on a observé, à la station Tixier une surcote du niveau de la mer de 2,10 mètres…. C'est-à-dire que l’eau était à 2 mètres au dessus du niveau prévu. En 1953, la surcote n’avait été que de 2,40 mètres .Dunkerque avait été entièrement inondé et la dune a été éventrée à Sangatte. La seule différence, c’est qu’en 1953, la surcote a été observée lors d’une marée haute, alors qu’en novembre 2007, par chance, c’était au moment d’une marée basse. 
 

4)    Sachant que le niveau de la mer augmente inexorablement et que toute augmentation de ce niveau diminue nos possibilités d’évacuation gravitaire, qui est, jusqu’à preuve du contraire, la plus efficace.

 

5)    Sachant que grosso modo, il y a sur une année pleine, environ 25 marées importantes avec un coefficient supérieur à 105 dont une douzaine avec un coefficient supérieur à 110. En 1953, le coefficient n’était que de 83 ; en novembre dernier, par chance, il n’était que de 76…

 

6)    Sachant, enfin, que nos pompes ont un certain âge, qu’en période de pluviométrie forte, certaines travaillent 24 heures sur 24 et qu’il nous est déjà arrivé, et cela se reproduira, d’avoir une pompe en panne…

 

  En résumé, qu’elle est la probabilité qu’il y ait une conjonction de tous ces éléments à un même moment, c'est-à-dire , pendant une période de grandes marées, une tempête avec une pluviométrie importante et une pompe qui tombe en panne…

     Bref, qu’elle est la probabilité qu’il y ait une catastrophe, comme dans la Somme, dans les 10 ans qui viennent…

 

    Sans être professeur de mathématiques mais étant un élu de terrain, élu qui a des bottes en permanence dans le coffre de sa voiture, voyant comment les choses évoluent, et sachant que nous n’avons plus de marge de manœuvre, je me permets de vous dire que la probabilité est forte, très forte et qu’elle augmente chaque jour.  

 

   Mes chers collègues. Pour faire un bon diagnostic, il y a 3 éléments essentiels : L’enseignement, l’expérience et l’intuition … Permettez-moi de vous dire que sur l’avenir des zones de wateringues, et cela comprend l’arrière calaisis et  la Flandre jusque Saint-Omer, pour les 10 ans qui viennent, je suis, à titre personnel, très pessimiste… mais, une fois n’est pas coutume, j’espère de tout cœur me tromper.

 

 

Repost 0
Published by Hervé POHER - dans Wateringues
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 00:00



 

Intervention, le 15 novembre 2007, à Dunkerque, afin d'alerter les services de l'Etat sur les risques d'inondation en zone de wateringues.


Au nom du Président Schepman et au nom de l’institution Interdépartementale des Wateringues, permettez, Mr le Préfet , que j’accuse réception de ce travail demandé par votre prédécesseur et effectué par les services de l’Etat. Bien entendu, les conclusions et suggestions de ces rapports seront présentées et discutées au niveau de l’Institution et dans les 2 Conseils Généraux.

   Mais, même avant d’examiner ces rapports, je me dois, monsieur le Préfet, de vous faire part de  quelques soucis que nous avons :

-         Tout d’abord, un souci financier. L’institution Interdépartementale des

Wateringues a été créée, en 1977, à partir d’un « gentlemen agrément »

, entre l’Etat et les 2 Conseils Généraux. Les Conseils Généraux voulaient bien

 s’occuper, principalement, du fonctionnement de la structure, L’Etat , quant

à lui, mettait à disposition du personnel et intervenait surtout sur les

investissements. Et cette façon de faire a excellemment bien fonctionné ; cette

dynamique collective a été efficace, d’autant qu’à coté de ce binôme, les

sections de wateringues faisaient un travail indispensable au plus prés du

terrain… Efficace, jusque l’été 2005, moment où nous avons appris que l’Etat

ne pourrait pas respecter ses
engagements…
 

   Suite aux inondations de 2000/2001, nous avons, avec l’accord de tout le monde, lancé un vaste programme de réhabilitation et de modernisation des ouvrages de l’institution, en nous positionnant sur l’avenant intempérie du contrat de plan.  Et c’est à ce titre que l’Etat nous devait 900.000 Euros,  

tous les travaux ayant été faits … Je n’ai pas l’habitude d’avoir un discours de « grippe sous » et de me comporter comme un marchand de tapis, mais sachez, Monsieur le Préfet que 900.000 Euros, c’est 1 an de fonctionnement et nous devons désormais travailler sur ligne de trésorerie.  Vous nous avez annoncé une dotation de 300 000 Euros. Le compte n’y est peut-être pas, mais je me plais à croire que nous sommes sur la bonne voie.

 

-         Second souci, monsieur le Préfet. Qui est là, plus d’ordre juridique, les ouvrages orphelins : Nous avons la gestion de certains ouvrages, voire de certaines parties d’ouvrage… sans en être propriétaire… Et certains de ces ouvrages sont en très mauvais état. Nous avons, parfois accepté, par le passé, d’être maitre d’ouvrage de certains travaux sur d’autres installations qui ne nous appartiennent pas… à condition d’être financé intégralement. Là-dessus, pour simplifier tout cela, est arrivée la décentralisation…

   Alors, la question est très simple : Qui va reprendre ces ouvrages orphelins…. Quand tout va bien, la question n’est pas cruciale… Mais quand on commence à voir des dysfonctionnements, il devient urgent de trouver une solution.

 

-         Troisième souci, monsieur le Préfet. La succession des crues et des inondations, ces 5 dernières années, montre que notre système est en bout de course et que nous n’avons plus de marge de manœuvre. Et dans le cadre de la sécurité des biens et des personnes, c’est quand même très ennuyeux.

   Alors, nous sommes en train de réfléchir à d’autres réalisations, a envisager d’autres installations, tout en entretenant les ouvrages en place, et en  sachant qu’il nous manque, actuellement, au minimum, une capacité d’élimination  de 20 m3/seconde… Le problème se résume à savoir, si on envisage de nouveaux investissements, comment élabore-t-on les plans de financements ?…

   Permettez que j’arrête là la liste des soucis de l’institution… Vous pourriez croire que nous sommes en phase dépressive.

    Mais je voudrais, pour terminer Monsieur le Préfet, vous soumettre un problème : petit problème qui se résume à un calcul, très simple, calcul de probabilité et, si vous le voulez bien, je vais vous donner les quelques éléments de la matrice.

1)    Sachant que la pluviométrie annuelle a augmenté d’environ 30% sur les 10 dernières années et que le type de pluie a changé, puisque maintenant, nous qui sommes habitués au crachin breton, nous observons des épisodes de pluies tropicales, difficilement gérables.… Je vous rappelle, un exemple parmi d’autres, que les 12 et 13 août 2006, il est tombé sur certaines communes de la zone des wateringues 230 mm d’eau en 28 heures.

 

2)    Sachant qu’un épisode cataclysmique catalogué, il y a quelques temps encore, comme centennal, est devenu, de façon très naturelle, décennal et que ce qui est décennal a une fâcheuse tendance à devenir annuel, voire pluriannuel.

 

3)    Sachant que les 8 et 9 novembre 2007, c'est-à-dire la semaine dernière, il y a eu une tempête et que l’on a observé, à la station Tixier, c'est-à-dire pas loin d’ici, une surcote du niveau de la me de 2,10 mètres…. C'est-à-dire que l’eau était à 2 mètres au dessus du niveau prévu. En 1953, la surcote n’avait été que de 2,40 mètres et Dunkerque avait été entièrement inondé. La seule différence, c’est qu’en 1953, la surcote a été observée lors d’une marée haute, alors que la semaine dernière, par chance, c’était au moment d’une marée basse.

 

4)    Sachant que le niveau de la mer augmente inexorablement et que toute augmentation de ce niveau diminue nos possibilités d’évacuation gravitaire, qui est, jusqu’à preuve du contraire, la plus efficace.

 

5)    Sachant que grosso modo, il y a sur une année pleine, environ 25 marées importantes avec un coefficient supérieur à 105 dont une douzaine avec un coefficient supérieur à 110. En 1953, le coefficient n’était que de 83 ; la semaine dernière, il n’était que de 76…

 

6)    Sachant, enfin, que nos pompes ont un certain âge, qu’en période de pluviométrie forte, certaines travaillent 24 heures sur 24 et qu’il nous est déjà arrivé, et cela se reproduira, d’avoir une pompe en panne…

 

  En résumé, Monsieur le Préfet, qu’elle est la probabilité qu’il y ait une conjonction de tous ces éléments à un même moment, c'est-à-dire , pendant une période de grandes marées, une tempête avec une pluviométrie importante et une pompe qui tombe en panne… Bref, qu’elle est la probabilité qu’il y ait une catastrophe, comme dans la Somme, dans les 5 ans qui viennent…

5  

Sans être professeur de mathématiques mais étant un élu de terrain, voyant comment les choses évoluent, et sachant que nous n’avons plus de marge de manœuvre, je me permets de vous dire que la probabilité est forte, très forte et qu’elle augmente chaque jour.

 

  Monsieur le Préfet. Les élus ont beaucoup de défauts, et un, en particulier, c’est qu’ils ne savent pas admettre qu’ils se trompent. Dans le cadre de l’avenir de notre région des wateringues, nous sommes plusieurs a être très pessimistes… Mais si nous nous trompons, je serai le premier à l’admettre et à m’en réjouir. Mais hélas, monsieur le Préfet, j’ai bien peur d’avoir raison d’avoir peur.


Repost 0
Published by Hervé POHER - dans Wateringues

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)