Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

2017

- Arrêt du Sénat

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16 janvier 2002 3 16 /01 /janvier /2002 00:00

  Voeux mairie de Guines

 

Permettez-moi tout d'abord, que je vous fasse part de mon trouble. En effet, j'ai rédigé, les grandes lignes de ce discours, pendant les dernières vacances.

 

Vendredi dernier et hier soir, j'ai assisté à des cérémonies de vœux, dans des communes voisines et chez des maires qui sont des amis.

 

Or qu'elle n'a pas été ma surprise, d'entendre des gens me dire :

 

"Alors, Mr POHER, jeudi soir, vous allez en asticoter certains ?". Il y en a même un qui m'a dit : "on aime bien vos discours, parce que de temps en temps, vous tirez au fusil !!".

 

-      Sincèrement, je n'ai pas l'impression de tirer au fusil quand je dénonce certaines inepties de notre société : c'est le rôle d'un maire.

 

-      Sincèrement, je n'ai pas l'impression de tirer au fusil, quand je mets en évidence parfois des incohérences, de notre système administratifs : c'est le rôle du maire.

 

-      Sincèrement, je n'ai pas l'impression de tirer au fusil, quand je démontre que la gestion locale est une chose difficile, sujet à toutes les critiques et sans jamais de merci : c'est le rôle du maire.

 

Et si je taquine quelquefois la technostructure, les méandres administratifs et la complexité de l'arbre décisionnel, c'est simplement parce que, je l'ai dit souvent depuis 7 ans, j'ai un amour indéfectible pour le service public et que je crois, profondément, au rôle d'un état fort, irréprochable et exemplaire.

 

Alors, cette année, n'en déplaise à personne, je n'asticoterai personne :

 

-      parce qu'il n'y a pas de raisons majeures,

 

-      ou tout simplement, parce que ce qui, éventuellement, aurait pu, un tant soit peu, nous contrarier est tellement insignifiant, insipide ou inconsistant que ça ne vaut même pas la peine d'en parler.

 

Alors cette année, pas de ball-trap…. ou très peu !

Mr Marc MEDINE, 1er adjoint de la commune, vous a retracé, clairement et brièvement les faits marquants de l’année écoulée.

 

C’est un exercice difficile, mais c’est un exercice obligatoire :

 

Ø Difficile parce que le rappel de l’action municipale peut ressembler à un catalogue avec, parfois, une petite note d’autosatisfaction.

 

Ø Difficile aussi, car cela peut sembler ridicule, petit, voire déplacé à côté des évènements dramatiques qui ont secoué le monde durant l’année 2001.

 

Mais c’est un exercice obligatoire :

 

Ø Parce qu’il est bon de rappeler que nous avons une communauté de vie, avec des objectifs, avec des règles et avec un fonctionnement social qui se doit d’être le plus harmonieux possible.

 

Ø Obligatoire, surtout, parce qu’il est sain de montrer que, tous ensemble, nous avons des ambitions communes, une volonté commune et, même, je le dis, des certitudes communes, tant il est vrai que le désoeuvrement, la haine et le doute sont souvent le creuset du fanatisme et de l’extrémisme.

 

Alors, je vous demande, aujourd’hui de considérer cette cérémonie des vœux, non pas comme une hymne à la commune, mais, simplement, comme un tout petit symbole de notre appartenance à une collectivité solidaire, à une société démocratique qui fonctionne, qu’on le veuille ou non, sur une base incontournable qui s’appelle les « Droits de l’Homme et du Citoyen ».

 

 

Et puisque cet exercice est obligatoire, je vais le continuer. Marc, vous a parlé du passé. Moi, à partir de ce passé, je vais essayer de vous expliquer l’avenir.

 

L’année 2001 a été caractérisée, au niveau local par deux points essentiels :

 

Ø D’abord, une vie locale et associative qui depuis longtemps, mais encore plus cette année, a montré la force et la vitalité de notre commune

 

Ø Ensuite, le fait marquant, au niveau de la gestion municipale a été, sans nul doute, l’effort d’investissement, sans précédent que nous avons fait depuis 1 an.

 

Vous vous doutez bien que construire, la même année, une mairie, un boulodrome, une maison de l’enfant, une épicerie sociale, de nouvelles classes et commencer les travaux de la Tour….. Tout cela a représenté un effort financier considérable et les arbitrages ont été parfois difficiles, même si, tout le monde le sait, ces dossiers ont tous reçu un taux de subventions exceptionnel.

 

Bien sûr, il aurait été préférable, voire plus facile que toutes ces réalisations soient étalées dans le temps. Mais le hasard, les évènements et parfois la complexité administrative nous ont amenés à tout finaliser sur une période de 18 mois.

 

C’est ainsi, ce n’était pas évident, mais nous l’avons fait.

 

 

La triple inauguration de décembre a été, pour l’équipe municipale, un symbole majeur :

 

Ø Symbole d’une forte volonté de rattraper notre retard en équipements publics

Ø Symbole aussi, pour nous, de la fin d’une démarche, de la fin d’une période et de l’accomplissement d’un objectif que nous nous étions fixé en 1995.

 

Permettez que je m’explique, en étant franc, direct et réaliste.

La Commune de Guînes, 5 200 hbts, possède :

 

Ø 2 salles des fêtes remises aux normes

Ø Une nouvelle mairie

Ø des ateliers municipaux remis à neuf

Ø Une Maison de l’Enfant, unique en son genre

Ø Une épicerie sociale

Ø Une maison des associations

Ø Un musée en grande partie restauré

Ø Un Office de Tourisme

Ø 5 terrains de football

Ø Une piste d’athlétisme

Ø 2 salles omnisports conformes

Ø Une salle de tennis

Ø Une salle de gymnastique

Ø Un boulodrome

Ø Et je ne vous parle pas de nos écoles

 

Et si vous réalisez que le patrimoine communal a été multiplié par 3, en 6 ans de temps, vous pouvez facilement imaginer la nouvelle orientation de la politique communale.

 

Et cette nouvelle orientation peut se résumer ainsi : «On termine ce qui a été entamé, mais on fait une pause dans la construction d’éléments structurants, sauf, bien entendu, cas de force majeure ».

 

Ø Ce qui a été entamé : c’est le programme pluriannuel d’assainissement et 2002 verra, c’est une certitude, outre les travaux à l’intérieur du Bourg, le début de notre intervention au Marais.

 

Ø Ce qui a été entamé : c’est encore quelques petits investissements, afin de compléter nos installations sportives.

 

Ø Ce qui a été entamé : c’est la démarche d’aménagement de notre zone d’activité. Cette fameuse zone dont je vous parle régulièrement. Je n’en referai pas l’historique, mais, sincèrement je pense que cette zone est née sous une « mauvaise étoile ».

 

Après 10 ans de déboires juridico administratifs, nous pouvions, naïvement, penser être arrivés au bout de nos vicissitudes. Que nenni !!!

 

Le projet de lotissement est parti dans les services de l’état. Ceux-ci, comme à leur habitude, nous ont demandé de faire « quelques petits sondages archéologiques ». Ces « petits sondages » sont d’ailleurs visibles, puisque notre zone a été presque entièrement labourée !!!!... et figurez vous, Mesdames et Messieurs, qu’ont y a trouvé des morceaux de poteries gallo-romaines ; ce qui veut dire, concrètement, qu’on va continuer à creuser !!!

 

Je ne conteste, surtout pas, l’intérêt de ces trouvailles, mais, franchement, j’ai de plus en plus de mal à expliquer l’accumulation de retards, aux différentes entreprises qui attendent depuis 2 ou 3 ans.

 

De plus, je tiens à signaler que le coût de ces fouilles est entièrement à la charge de la commune…. Et croyez moi, ça fait cher du tesson de bouteilles !!!

 

Au sujet de cette zone, j’en arrive à me demander, s’il ne faut pas demander, à l’état, une DGF exceptionnelle pour faire venir un exorciste agrée et spécialiste du «mauvais œil » sur les zones !!!

 

Comme dit le dicton : « C’est tellement énorme, qu’il vaut mieux en rire, plutôt que d’en pleurer ».

 

Et comme je le fais depuis 6 ans, en parlant de la zone, je terminerai en disant : « C’est pas grave, nous y arriverons ».

 

Voilà pour ces trois dossiers essentiels, qu’il nous faut terminer.

Pour ce qui est des nouvelles orientations de la commune, on peut les résumer en un seul et grand dossier : Le plan d’aménagement de la ville ; c’est-à-dire que nous allons reprendre ce qui a été testé rue Clemenceau, rue Sydney Bown, et dans la rue du Château.

 

Nous allons intervenir, rue après rue, ruelle après ruelle, place après place en refaisant l’éclairage, les trottoirs et la chaussée.

 

Combiné avec l’Opération Programmée l’Amélioration  de l’Habitat, combiné avec l’opération « Trois-Pays en couleurs », combiné avec l’opération « vieilles enseignes », cette démarche a pour but de redonner à notre commune l’aspect d’un bourg rural agréable à vivre, agréable à visiter, où ou a envie, tout simplement, de garer sa voiture et de déambuler.

 

La ville de Guînes a gardé sa structure de cité historique et, vous le savez, ce n’est pas une ville faite pour la voiture. Certes, c’est embêtant, mais c’est comme cela !

 

La seule solution raisonnable, c’est :

 

Ø D’abord de créer une multitude de parkings, disséminés dans la cité

Ø Ensuite de donner, aux gens, l’envie de faire de la marche à pieds ; mais pour cela, il faut que les trottoirs soient bien faits, que les façades soient jolies à regarder et que l’on ait un environnement convivial, chaleureux et sécurisé.

 

Ce sera l’objectif du plan d’aménagement de la ville. Cette démarche sera la même au Marais, mais avec une finalité différente : redonner au Marais son aspect campagne, son aspect verdure, son aspect nature.

 

Le hasard des réformes administratives fait que cette façon de raisonner s’intègre parfaitement dans l’élaboration du PLU. Le Plan Local de l’Urbanisme, ou PLU, pour ceux qui ne connaissent pas ce nouveau sigle, c’est ce qui remplace les POS, Plan d’Occupation des Sols.

 

Le POS permettait de définir les terrains constructibles et ceux qui ne l’étaient pas. Le PLU aura la même fonction, mais en intégrant, obligatoirement, les orientations fondamentales de développement, un schéma de déplacement urbain, et les grands axes de structuration ou de restructuration de la cité, tels qu’ils sont voulus par l’équipe municipale.

 

Pour nous tous, c’est un nouvel exercice, parfois plus complexe, mais qui a un intérêt fondamental, c’est que l’on met, noir sur blanc, ce que nous voulons faire, comment nous voulons le faire et pourquoi nous devons le faire…. C’est-à-dire que nous devons transcrire ce que nous faisons, parfois de façon intuitive, mais qui participe à une logique d’aménagement du territoire.

 

Bref, cette nouvelle démarche, accompagnée des différents travaux , permettra à la ville de Guînes de faire « sa grande toilette de début du siècle ».

 

 

A côté de cette volonté propre à la municipalité, je me dois de rappeler, que dans certains domaines, nous avons besoin de partenaires.

 

Je citerai les organismes HLM qui font depuis 3 ans, de gros efforts dans notre cité. Je citerai la Vie Active, qui est en train de faire construire le premier centre de la Côte d’Opale, pour l’hébergement des autistes adultes.

Je citerai, enfin, tous ces partenaires de la commune, qui font que « ça ne se passe pas trop mal », même si, comme l’a dit Marc, il m’arrive parfois de « piquer des coups de gueule » afin de remuer certaines personnes ! Mais, tout le monde le sait, j'ai un très mauvais caractère.

 

 

L’année 2001 a été, comme le sera 2002, une année électorale. Si je devais, suite aux élections de mars dernier, retenir deux enseignements, ce serait :

 

Ø Tout d’abord, l’arrivée de la parité : Cette loi a été critiquée, vilipendée, contestée. D’abord parce que cela obligeait, les équipes en place, à utiliser le couperet de la guillotine.

Et c’est vrai que ce n’est pas évident de dire à un ami : « Tu as bien travaillé, tu as fait ton devoir, tu t’es bien dévoué ; mais comme, jusqu’à preuve du contraire, tu es un homme, tu vas devoir rester à ta maison ! » Et objectivement, dans notre entourage, personne n’a voulu se faire opérer…… !

 

Ø 2ème raison qui nous a fait râler, c’est , soyons honnêtes, une légère tendance naturelle, mais pas génétique, a être un « peu macho » Et c’est vrai, que bien souvent, nous comprenons les fondements de la libération de la femme et nous acceptons les principes de l’égalité des sexes, à condition, bien entendu, que tout cela se passe…. chez le voisin.

 

Mais la parité nous a été imposée et je pense que le plus dur a été fait. Maintenant, il nous faut apprendre à travailler parfois autrement, à raisonner parfois différemment et il faut, surtout, que chacun trouve sa juste place.

 

Deuxième enseignement que l’on peut tirer de ces élections, c’est l’association de deux votes différents, le même jour, le vote cantonal et le vote municipal. Le gouvernement a voulu simplifier le calendrier électoral en cumulant deux scrutins. Et permettez moi d’affirmer, que cette initiative n’était ni très judicieuse, ni très heureuse, surtout quand le candidat aux cantonales est le même que le tête de liste aux municipales.

 

Dans toute l’histoire électorale de la ville de Guînes, nous n’avons jamais eu autant de bulletins annulés. Nous avons retrouvé de nombreux bulletins cantonaux dans les urnes municipales et de nombreux bulletins municipaux dans les urnes cantonales.

 

Malgré tous les efforts d’information que nous avons fait, de nombreux électeurs se sont trompés, d’autant que beaucoup de gens préparent leur bulletin à la maison. Nous avons eu, pour chacun des scrutins, près de 10 % de bulletins annulés.

 

Bien sûr, je n’ai, doublement, pas à me plaindre des résultats, mais avouons quand même que ce n’est pas une image fidèle de la mobilisation démocratique de la population.

 

 

Je voudrais, avant d'en terminer, vous parler d'un problème de société qui touche, obligatoirement, chacun d'entre vous. Je me dois de le faire car c'est mon métier de base et que je suis Vice-Président du Conseil Général, chargé de la santé. Je veux, bien entendu, parler du malaise du monde médical.

 

Les médias, les commentateurs et certains décideurs ne parlent, bien souvent, que de la revalorisation des actes, c'est-à-dire l'augmentation de la visite et de la consultation. Ceci n'est pas le vrai problème et cette revendication légitime des médecins n'est que l'expression d'un malaise beaucoup plus profond.

 

On demande aux médecins d'être des soignants, des confidents ou d'autre chose encore. Et dernièrement certaines décisions de justice nient au médecin, le droit à l'erreur.

 

N'étant plus directement concerné, permettez-moi que je rappelle certaines notions fondamentales :

 

  • la médecine n'a jamais été et ne sera jamais une science exacte. L'art médical est fait de savoir, de dévouement, d'expérience et parfois d'intuition.

 

Le médecin, au chevet du malade n'a que ses mains, son stéthoscope et sa tête et avec ces instruments là, il fait du mieux qu'il sait, du mieux qu'il peut.

 

L'erreur médicale, bien sur, doit être évitée à tout prix, mais elle fait partie, qu'on le veuille ou non, du fonctionnement médical.

 

On demande aux médecins d'être à la fois, scientifique et curé, assistante sociale et parfois magicien. D'accord, les médecins l'acceptent, mais il faut :

 

  • d'abord avoir été formé à cela

 

  • et surtout en avoir le temps. Or vous savez tous, que les médecins, surtout dans le Nord / Pas-de-Calais, sont souvent débordés. Pourquoi ? Simplement parce qu'il y a un manque évident de toubibs.

 

Dans les années 60 et 70, tout en reconnaissant que nous avions probablement la meilleure médecine du monde, nos gouvernants ont décidé d'appliquer une gestion comptable du système médical avec un principe, toujours en vigueur, qui est de dire :

 

"plus il y a de médecins, plus, ça coûte à la société".

 

Il a donc été décidé de limiter, voire de réduire le nombre de médecins. L'Etat a donc institué le numerus clausus, c'est-à-dire qu'on bloquait le nombre d'entrées en faculté de médecine.

 

Et cette façon de faire, instituée entre 60 et 80, commence à montrer ses conséquences. En effet, les médecins formés dans ces années-là prennent actuellement leur retraite.

 

Nous manquons d'ophtalmo, de gynéco, de psychiatres, de pédiatres, d'anesthésistes et il est prouvé qu'à partir de 2005, nous manquerons de généralistes. Voilà le résultat d'une gestion uniquement comptable.

 

Bien sur, le problème n'est pas facile, car c'est de l'argent public, l'argent de vos cotisations. Mais il faut simplement savoir si l'on veut garder notre système de soins ou si l'on veut s'orienter vers une médecine à la britannique, parfaitement inefficace, ou une médecine à l'américaine, entièrement basée sur l'argent.

 

Ce malaise et ce risque d'explosion, je l'ai souvent dénoncé, en tant que responsable départemental, lors des réunions au Conseil Général, au Conseil Régional ou la DRASS.

 

Et lorsque le Département du Pas-de-Calais a réclamé, parfois de façon acharnée, un rattrapage sanitaire pour nos hôpitaux, plus de moyens pour nos médecins, voire la création d'un CHR du Département, demande difficile certes, mais tout à fait légitime, on nous répondait immanquablement :

 

"ça coûte cher et de toute façon, vous n'aurez pas les médecins et les enseignants !" Ce à quoi nous rétorquions : "faites sauter le numerus clausus ; formez des médecins."

 

Voilà pourquoi les médecins font grève :

 

  • parce qu'on leur en demande toujours plus

 

  • parce qu'ils ont besoin d'être pleinement reconnus dans leur rôle social

 

  • parce qu'ils sentent et vivent la dégradation de notre système de soins.

 

Vous, vous demandez, sans doute, pourquoi le Maire de Guînes a éprouvé le besoin de vous parler de ce problème. Tout simplement parce que lorsqu'on fait un sondage au niveau de la population, la médecine est considérée, surtout en milieu rural, comme le premier des services publics. Et paradoxe, c'est le 1er des services publics et la médecine ambulatoire est entièrement exercée par des privés.

 

Le Maire du bourg rural, le Conseiller Général d'un canton rural, le Vice-Président chargé de la santé, ne pouvait pas, ne pas rappeler que la médecine est un des piliers de notre société, et qu'en tant qu'élu responsable, en dehors de tout esprit corporatiste, je comprends leur malaise et que je préviens, depuis des années, nos responsables, du risque d'explosion.

 

Alors, je vous en prie, Mesdames et Messieurs, ne prenez pas la mauvaise humeur du corps médical comme une banale histoire d'argent, c'est vraiment un cri d'alarme qui dit : "sauvons notre système de soins".

 

SSSS

 

Voilà, nous avons évoqué le passé et nous avons parlé d’avenir. Ce qui est commun entre ces deux périodes, c’est l’image extérieure que l’on veut donner. Cette image qui se doit de refléter l’esprit des habitants, le dynamisme de la collectivité et l’ambition de toute une commune.

 

Et si nous voulons donner une image positive, ce n’est pas uniquement par esprit de clocher, ce n’est pas uniquement par une fierté de terroir, tout à fait naturelle, c’est tout simplement parce que lorsque l’image et dynamique et ambitieuse, c’est beaucoup plus facile de discuter avec nos partenaires institutionnels et, soyons pragmatiques, c’est toujours plus facile de trouver des financements.

 

Et cette image d’une commune qui bouge, d’une commune qui construit, d’une commune qui se modernise, c’est simplement le résultat d’une volonté communale, d’une mobilisation associative et d’un état d’esprit populaire.


Si bien que lorsque l’image est un atout et que le bilan est positif, ce n’est pas aux élus qu’il faut dire merci, c’est à l’ensemble de la population.


Et le meilleur moyen de vous dire merci, en ce début d’année, c’est simplement de vous souhaiter, très sincèrement, une chose : « Que la tendresse, la joie et l’espoir parsèment votre chemin de vie comme autant de fleurs dans les jardins du paradis ».

 

C’est un vieux proverbe chinois ou persan, que j’ai inventé, il y a trois semaines et qui veut simplement vous rappeler que malgré les ennuis quotidiens, malgré les menaces qui pèsent parfois sur le monde, il y bien souvent dans un geste, dans un moment ou chez un être tout près de vous, un petit coin de paradis et que le vrai bonheur pour chacun d’entre nous, c’est de pouvoir en profiter sereinement, avidement mais toujours pleinement.

 

Merci et bonne année.
Hervé Poher

Partager cet article

Repost0
Published by Hervé POHER - dans Guines (voeux)

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)