Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

AVERTISSEMENT:




Nous vous proposons différentes photographies qui n'ont qu'un seul but: vous livrer de belles images du Pas-de-Calais, quelques images du monde et quelques clins d'oeil humoristiques. Ces photos ont été copiées sur le web et restent la propriété des gens de talent qui les ont faites.

ITINERAIRE...

1989

- Election au Conseil Municipal de Guines

1992

- Membre de la liste régionale

1994

- Elu Conseiller Général du Canton de Guînes

1995

- Elu Maire de Guînes

1997

- Elu Président de la Communauté de Communes des Trois-Pays (CCTP)

 - Suppléant du député Dominique Dupilet

1998

- Vice-Président du Conseil Général

- Président d'Eden 62

2000

- Nommé élu référent pour l'Opération Grands Sites des Caps

2001 Réélu

- Maire de Guînes

- Conseiller Général

- Président CCTP

2002

- Suppléant du député Jack Lang

2004

- Membre de la liste régionale

- Elu président du Comité de Bassin de l'Agence de l'eau Artois-Picardie (--> 2014)

2004

- Elu président du Pays de Calais (-->2006)

2005

- Elu président de la Conférence Sanitaire du Littoral (-->2009)

2007

- Suppléant du député Jack Lang

- Démission du poste de maire

2008 Réélu

- Conseiller Général

- Adjoint à Guînes

- Président de CCTP

- Président Agence Eau

2011 Réélu

- VP du Conseil Général

- Président du Comité de Bassin de l’Agence de l’eau

- Membre de la liste sénatoriale

2012 :

- Candidat aux législatives

- Elu Président du Parc Naturel

2013

- Sénateur du Pas-de-Calais 

- Démission de la CCTP

- Démission du CM de Guînes

2014 Réélu

- VP du Conseil général

- Président du Parc

2015

- Arrêt du Conseil Général

- Arrêt  Eden

-Arrêt Parc Naturel

 

PHOTOS

 

Poher (19)      

Poher (7)

Poher (18)     

Andre-et-Gilbert     

Contrat-avenir.jpg   

En-assembl-e.jpg

GB     

Inauguration-Petit-Prince.jpg      

Langelin-maire-honoraire.jpg

election 2007    

Ardres     

Conservatoire 2

Poher herve (6)     

2004 fete de la randonnee    

Bouquehault     

Kluisbergen     

Poher (14)     

tour     

99 Inauguration ADSL

MDR             

repas vieux      

jardin

 

 

 

 

 

 

 

 

18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 08:43
Le 17, puis le 18 août, deux attentats endeuillent l'Espagne

Le 17, puis le 18 août, deux attentats endeuillent l'Espagne

BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
BARCELONE... 17 et 18 août...
Repost 0
Published by popo - dans Hommages
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 15:08
"Le fanatique cherche toujours à illustrer le mot "horreur"; l'homme de bien cherche toujours à illustrer le mot "Honneur". Hervé Poher

"Le fanatique cherche toujours à illustrer le mot "horreur"; l'homme de bien cherche toujours à illustrer le mot "Honneur". Hervé Poher

19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
19/12/2016: Marché de Noël... à Berlin
Repost 0
Published by popo - dans Hommages
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 18:36
14 juillet 2016... A Nice... Aprés le feu d'artifice... L'eau de la Baie des Anges est, brusquement, devenue rouge...Hervé Poher

14 juillet 2016... A Nice... Aprés le feu d'artifice... L'eau de la Baie des Anges est, brusquement, devenue rouge...Hervé Poher

Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Nice ... 14 juillet 2016
Repost 0
Published by popo - dans Hommages
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 20:05
22 mars 2016... Bruxelles

Ne pleurez pas les mecs !!

On va revenir chez vous pour manger des frites, boire de la bière, faire la fête et rigoler avec vous. Parce que vous êtes des gens biens... Simplement pour vous voir.

Les autres...  Ils sont trop cons… Ils ne peuvent pas gagner.

Hervé et tous les amis....

22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
22 mars 2016... Bruxelles
Repost 0
Published by popo - dans Hommages
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 21:59
Vendredi 13 novembre 2015...

Après les attentats... J'ai mal à la France... J'ai mal à l'homme...

Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Vendredi 13 novembre 2015...
Repost 0
Published by popo - dans Hommages
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 21:54
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...

Plein de dessins pour dénoncer.... les CONS !!!

07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
07/01/2015: Salut les mecs ...
Repost 0
Published by popo - dans hommages
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 09:49

 

ps.jpg  

  Lettre à Gérard Molmy

 Par une bel après-midi de 1989,  2 messieurs sont venus sonner chez moi. 2 personnes que je ne connaissais pas, même si j’étais installé à Guînes depuis plus de 8 ans.

   L’un s’appelait Gilbert Denez ; l’autre, c’était toi, Gérard. Vous vouliez me parler… et, au cours de l’après-midi, un troisième larron nous a rejoint : J’ai appris après qu’on le surnommait Zorro.

   Vous étiez venus, tous les 3, pour une démarche bien spéciale : vous vouliez que je fasse un bout de chemin avec vous, avec votre parti politique, avec votre section… Et cette section politique, ce n’était pas n’importe laquelle : c’était la section de Guînes, avec ses râleurs, avec ses vikings, avec ses coupeurs de têtes, bagarreurs, têtus et toujours en ébullition. Cette section de militants, avec ses idéaux, avec son passé et avec ses heures de gloire… Qui ne sont pas forcément des victoires… Mais qui resteront des heures de gloire !

   Mais ces vikings-là, j’ai appris à les connaitre. Et ils étaient toujours prêts à sortir la hache pour ce qu’ils pensaient être une belle idée, prêts à partir au combat pour un mot déplacé et prêts à user leur temps pour servir un chef…

   Et dans cette équipe-là, celle qui a résisté aux pressions en 88, celle qui disait que l’honneur était plus important que les compromis et les petits arrangements entre amis, celle qui a construit l’espoir et la victoire… Dans cette équipe-là, il y avait 3 ou 4 références ; 3 ou 4 totems ; 3 ou 4 gardiens du temple…

   Et Gérard, tu faisais partie de ceux-là.

   Avec ta carrure de bûcheron, ta moustache de gaulois, avec ton mutisme inquisiteur et ton regard perçant, tu étais pour nous tous comme une institution obligatoire… Obligatoire parce tu étais pour beaucoup d’entre nous un baromètre nous avertissant de la pression interne, comme un feu tricolore qui nous prévenait : « Vert : ça va, vous pouvez y aller ; Orange: attention, vous faites des bêtises ; Rouge : C’est inacceptable… »… Et pour un responsable politique, pour un décideur, un baromètre, c’est toujours utile.

·         Oh, bien sûr Gérard, il avait l’air bourru : mais c’était son air naturel.

·         Bien sûr Gérard, il n’avait pas le sourire facile… Mais il souriait… Mais pas avec n’importe qui et pas pour n’importe quoi.

·         Bien sûr Gérard, il râlait, pestait et ronchonnait par derrière… Mais lui, au moins, avait le courage de pester et de ronchonner aussi par devant.

   Bref, Gérard, tu étais un fidèle compagnon de combat, de défaite et de victoire. Et les fidèles, vous n’avez pas besoin de les voir tous les jours. Vous savez qu’ils sont là et qu’ils seront là quand il faut.

   C’est vrai, que comme tous mes grognards, certaines choses ne te plaisaient pas trop… Voire pas du tout. Mais tu es toujours resté dans ta ligne !

   Ta haute stature va manquer sur le coin du café de la poste. Elle va manquer à beaucoup de monde… Mais d’abord à ta femme, à tes enfants, à ta famille.

   Tu vas manquer aussi à tout petit monde guînois, parce que tu faisais génétiquement partie de ce petit monde guînois, sachant qu’à partir d’aujourd’hui, nous allons être nombreux à rechercher la tête à Gérard sur les anciennes photos ou sur les coupures de presse.  

   Et je crois, que bien souvent, on va te trouver à coté de Zorro, de Gilbert ou de Francis.

   Tu es parti presque discrètement, car ce n’était pas prévu… Mais, c’est une caractéristique des militants de Guînes : ils aiment bien faire ce qui n’est pas prévu…

   Allez ! Salut Gérard. Si là-haut, il y a un bar, demande à t’en occuper… Tout le monde sait que toi, au moins, tu sais changer les fûts de bière. Et on va en avoir besoin… Car on va entrer en campagne… Et celle-là, elle te tenait à cœur !

Hervé POHER

 

Repost 0
Published by popo - dans Hommages
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 20:43

denis Lannoy 

 

réunion de CCTP à Bainghen

  Cela devient une triste et mauvaise habitude mais je me dois de rendre hommage à quelqu’un qui nous a quittés.

  Simple, discret, des yeux rieurs sous une tignasse en bouclettes, je peux dire, sans me tromper que tout le monde l’aimait bien, au sein de la Communauté de Communes des Trois-Pays.

   Monsieur Denis Lannoy a siégé parmi nous en tant que délégué de la commune de Boursin. Lorsqu’on voyait arriver la casquette de Louis Beutin, maire de la commune, on savait que Denis n’était pas bien loin.  Denis était pour Louis Beutin, une aide, un conseiller… Presque son alter égo.

   Denis respirait la sérénité, transpirait de gentillesse et rayonnait d’humanisme. Sa vie, son engagement personnel et sa générosité en faisaient, il faut bien l’avouer un être remarquable, c'est-à-dire qui peut être remarqué. Remarquable sans doute mais, lui, n’était pas demandeur.

   Tout le monde sait que nous comptions beaucoup sur lui dans le fonctionnement de notre collectivité. Parce qu’il était compétent, parce qu’il était intelligent, parce qu’il avait une vivacité d’esprit peu courante.   Mais un jour, il nous a dit qu’il devait faire un véritable choix : choix entre son engagement dans la vie publique  et son investissement professionnel et familial.

   Il a opté pour Habitat 62/59, où il occupait des fonctions importantes et surtout, il a choisi sa famille. Personne n’oserait lui reprocher et, à postériori, on peut même dire que là aussi, il a eu une fois de plus raison.

   Dans la vie, il y a ceux qu’on connait, ceux qu’on fréquente et ceux qu’on croise… Et pour chacun, on peut et on a le droit d’avoir une opinion.

   Au sujet de Monsieur Denis Lannoy, permettez que je vous livre mon sentiment : c’était un mec bien, comme on aimerait en connaitre plus.

   Je vous demande d’observer une minute de silence.

HERVE POHER

 

Repost 0
Published by popo - dans Hommages
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 09:28

 

  Gilbert-Denez

Eglise de Guines/ obsèques de Gilbert Denez 

   Alors, Gilbert.  Dis-moi sincèrement : tu ne trouves pas que ça fait un peu beaucoup ?

   Je sais bien que tu as été tellement longtemps avec André au Conseil Municipal qu’à la longue, il y avait une certaine complicité entre vous deux, entre vous les 2 vieux, entre nos 2 monuments… Mais là, reconnais-le, vous avez fait très fort… et à notre goût, c’est un peu trop fort.

   Oh je sais, comme d’habitude, tu vas me répondre : « Ca va aller ! ». C’était ton expression favorite. Quel que soit le contexte, quel que soit le problème et quel que soit le stress, tu nous disais toujours « Ca va aller ».  Parfois, en plein milieu d’une réunion, tu te levais pour partir « on ne sait [pa]s’où » et tu disais : « Ca va aller » et tu disparaissais. D’autres fois, nous étions englués dans des dossiers complexes, difficiles ou politiquement dangereux et toi, imperturbable, tu disais : « Ca va aller »

  Mais aujourd’hui, franchement, même si tu affirmes que « ca va aller », moi le chef, je te confirme que ça ne va pas ! Ca ne va pas du tout !

·       Ca ne va pas du tout parce que, depuis lundi, beaucoup de gens ont réalisé qu’ils ont perdu leur vieil instituteur, leur vieux directeur d’école… Et un vieil instituteur, ça compte dans la mémoire de son enfance.

·       Ca ne va pas du tout parce que tous les Guînois savent que le 9 octobre 2011, un morceau de leur vie, un morceau de leur ville et même un morceau du marais… Tout cela  est entré dans l’armoire aux souvenirs. Et cette armoire aux souvenirs semble bien petite pour toi, Gilbert.

·       Ca ne va pas du tout parce que je connais 13 enfants, et pas n’importe lesquels, 13 enfants à qui il manque déjà un papy, papy bien réservé mais papy dont les yeux s’illuminaient quand il parlait de ses petits-enfants.

·       Ca ne va pas du tout parce que pour beaucoup de militants, tu étais l’image de la fidélité, de l’abnégation et l’honnêteté. Et que pour beaucoup de militants, tu étais une référence, notre référence : Gilbert, c’était le Ps de Guînes, c’étaient des moments de résistance et de combats à la guînoise..

·        Et ça ne va pas du tout parce que j’avais quelque chose à te dire et que j’ai oublié de le faire. Mais c’est aussi de ta faute : tu ne tenais jamais en place. Ce que je devais te dire, c’est simplement « Merci », « Merci pour tout, Gilbert. »

ü Merci d’être venu avec Gérard, un jour de 1989, me chercher pour que je fasse un bout de chemin avec vous. Tu ne me connaissais pas mais de ce jour là, tu m’as fait confiance.

ü Merci encore, d’avoir cédé ta place. Ce n’était pas obligatoire mais tu l’as fait, avec sérénité, avec certitude. Tout le monde n’aurait pas fait cela. Mais toi, tu l’as fait et bien plus tard, j’ai compris pourquoi : Parce que Monsieur Gilbert Denez n’était pas intéressé par les titres ou par les honneurs. Ce qui était important pour lui, c’étaient les idées, les combats, les espoirs et les parfums de victoire. Bref, si tu y ajoutes la fidélité… tout ça, ca fait un vrai camarade.

ü Merci toujours d’avoir été celui qui sait, qui veut et qui peut  arranger les choses… Et je le savais… Nous le savions tous. Nous savions tous que ton rôle était essentiel : conciliateur, médiateur, modérateur avec calme, avec pédagogie et avec expérience. Tu arrangeais toujours discrètement les choses, derrière mon dos, après mes colères, après mes coups de gueule ou après mes maladresses. Tu m’as toujours dit qu’un politique doit avoir le cuir un peu dur. C’est à croire que j’ai gardé la peau encore un peu tendre car je suis un peu perdu, à force de perdre tous mes vieux grognards.

ü Merci aussi de nous avoir fait tant rire avec ta voiture qui était comme une boite à outils sur 4 roues, avec ton immuable salopette, avec ta passion viscérale pour le marais ou ta passion tardive pour les autobus… Le SITAC a perdu, aujourd’hui, son meilleur avocat.

ü Merci enfin pour ces combats dignes, ces combats justes, ces combats passionnants et enflammés que nous avons livrés tous ensemble. Nous n’étions pas forcément d’accord sur tout mais quand il fallait foncer, nous savions nous retrouver. Et ça, c’est une particularité du guînois : il n’est heureux que dans la bagarre.

  Car c’est vrai, Gilbert, que tu en as livré des combats, des beaux combats et que tu en as eu des victoires, de belles victoires. Mais le plus beau de tes combats, j’en suis sûr, c’est bien celui que tu as livré pour les enfants, avec les enfants, quand tu étais à l’école avec les petits, quand tu enseignais, quand tu étais ce qu’on appelle un hussard de la république  et que tu prodiguais le savoir.

   Et des victoires, tu en as eu aussi… Beaucoup ! Mais la plus belle de tes victoires, c’est bien la journée d’aujourd’hui, … Et cette victoire, tu peux la brandir, Gilbert. Parce qu’aujourd’hui, ils sont tous là : ta famille, tes amis, tes voisins, tes compagnons de route et même ceux qui n’étaient pas d’accord politiquement  avec toi. Ils sont tous venus dire, ici, dans cette église de Guînes que monsieur Gilbert Denez a bien mérité de dormir tranquillement… Et surtout que Monsieur Gilbert Denez était un chic type.

   Pourtant, malgré tous les liens qui me lient à toi, j’ai encore un reproche à te faire, Gilbert.

   Le 9 octobre, dimanche dernier, tu devais passer à l’école Bertin Duquenoy. Tu ne l’as pas fait… Et je crois bien que c’est la première fois, depuis 60 ans que tu n’as pas voté… Ce n’est pas bien Gilbert ; tu seras compté comme abstentionniste… Mais je pense qu’on a des raisons pour te pardonner.

   Et une dernière remarque, Gilbert. Ne t’étonne pas d’être aujourd’hui, avec nous, dans une église. Mais ton dernier tract, imprimé en noir et blanc, nous invitait tous à venir ici, avec toi. Et ce tract là, figure-toi que les gens ne l’ont pas déchiré. De toute façon, Gilbert, te connaissant comme je te connais, avec l’aide de ton copain Zorro, tu seras capable de refiler une carte du parti socialiste à Saint Pierre… Mais au fond et pour te faire sourire un dernière fois, tu as raison, car toutes les voix sont bonnes à prendre. Même celle du Seigneur.

   Salut Gilbert. Et n’oublie pas ta rose, ton abécédaire, ta casquette et ta clef à molette. Ca peut toujours servir là-haut. Salut mon ami.

 

Repost 0
Published by popo - dans Hommages
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 21:40

Andre-et-Gilbert  

   CCTP: Hommage à Claude Junique, Gilbert Denez et André Flahaut

 Il me revient la pénible tâche de vous parler de la disparition de 3 de nos amis ; 3 disparitions en 5 semaines.

   Claude Junique  a été notre premier technicien à la Communauté de Communes des Trois-Pays. Tout le monde s’accorde à reconnaitre son sérieux, sa disponibilité et sa technicité. Il a pris sa retraite en 2002, bien avant l’âge légal, en avance… Mais maintenant, on peut dire qu’il a eu raison. Il nous a quittés le 2 septembre, à l’âge de 60 ans.

   André Flahaut et Gilbert Denez étaient, tous les deux âgés de 79 ans. André a été membre titulaire de la Communauté de Communes ; Gilbert a été suppléant dans notre collectivité. Ils étaient dévoués, serviables et estimés. Estimés parce qu’ils étaient estimables. André est décédé le 2 octobre ; Gilbert nous a quittés le 9 octobre.

   Notre collectivité, nos collectivités ont perdu de bons serviteurs et nous sommes plusieurs, dans cette salle, à avoir perdu de bons amis.

   Leur présence silencieuse, leur fidélité à toute épreuve, leur tolérance forgée par l’expérience nous manquerons à tous et à toutes.

   C’est hélas, bien souvent quand les gens s’en vont qu’on s’aperçoit de la place qu’ils occupaient.

   Mesdames et Messieurs. Pour nos 3 camarades de route, je vous demande quelques instants de silence.

Repost 0
Published by popo - dans Hommages
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 11:13

Andre Flahaut

  André Flahaut avec Hervé Poher à Arras.

 Eglise de Guînes/ Obsèques d'André Flahaut 

 Alors André.

   Depuis le temps que je te connais, c’est bien la première fois que tu nous mets dans une telle situation. Oh, évidemment, on s’en doute : tu ne l’as pas fait exprès, mais, sincèrement, je peux bien t’avouer que tu nous as mis dans de beaux draps !

   Car c’est vrai que ce n’est pas facile de mettre brusquement de la lumière sur quelqu’un qui aimait plutôt être dans l’ombre… Dans l’ombre des autres, dans l’ombre de ta famille, dans l’ombre de tes copains et, je peux même avouer, dans l’ombre de moi-même

   C’est vrai que ce n’est pas facile d’utiliser des mots pour évoquer quelqu’un qui savait s’exprimer surtout avec les yeux. Pour ceux qui te connaissaient bien, les paroles étaient souvent superflues. D’un seul regard, tu nous disais si c’était bien ou si c’était mal.

   C’est vrai que ce n’est pas facile d’imaginer les rues de Guînes sans toi, dans ta petite voiture avec ton éternelle casquette. Ils ne sont pas nombreux les gens qui font partie, de façon indélébile et permanente, du paysage guînois. Et tu le sais bien, tu  fais partie de ceux-là. Je crois bien, André, que tu es incrusté dans notre patrimoine culturel, notre patrimoine sociétal, notre patrimoine humain et même dans notre patrimoine affectif.

   Et ce n’est pas facile, enfin, pour beaucoup d’entre nous, de réaliser qu’un pan important de notre histoire commune a disparu aujourd’hui. Car aujourd’hui, je crois savoir et j’ai compris que tous les footeux se sentent un peu orphelins ; car aujourd’hui, je suis persuadé que tous les élus, d’hier ou d’aujourd’hui, quelle que soient leurs opinions, ont la fâcheuse impression d’être un peu abandonnés  et permets-moi de te dire, même si ça va te faire rire, qu’aujourd’hui, le bon roi Henry VIII se sent un peu trop seul…

   Hier, alors que je parlais de ton départ, dans une réunion, j’ai dit que nous nous sentions meurtris. Je n’ai pas dit peiné, j’ai dit meurtri. J’ai été moi-même étonné d’avoir utilisé ce mot mais c’est vrai, depuis dimanche, nous sommes tous un peu meurtris, abimés ou blessés et quand on croise les gens dans les rues de Guînes, sans aucune parole, on sait qu’on a tous un peu mal.

   Alors, André, tu l’as compris ; nous sommes nombreux à avoir envie de pleurer… Même si ça ne se fait pas… Mais notre chagrin n’est rien à coté de celui de ton petit bout de femme, de ta fille et de tous tes proches… Je ne parle même pas des jumelles qui, pour toi, étaient la 8ème merveille du monde. Mais, je peux bien te l’avouer maintenant : quand tu parlais des 2 « tiotes », on sentait que tu n’étais pas totalement objectif. Alors, je te le dis aujourd’hui ; c’est vrai qu’elles sont les plus belles du monde.

  Bref, pour être clair avec toi, André : pour ton départ précipité, tu mérites un carton rouge ; mais comme on pense que c’était involontaire, tu n’auras qu’un carton jaune  et, en tout cas, sois rassuré car tu nous as appris plein de bonnes choses : A ce que les trains partent toujours à l’heure, à ne pas se mettre hors-jeu, à rester fair-play mais à toujours défendre nos 18 mètres…

  Alors, salut ! Et puisque je n’ai pas eu de grand-pére, salut le père André, salut le vieux et juste un dernier mot avant que l’arbitre ne siffle définitivement la fin du match, un mot tout simple : merci monsieur André Flahaut.

Repost 0
Published by popo - dans Hommages
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 23:02

andre-flahaut-

 

Notre ami, notre copain, notre grand-pére André Flahaut est parti brutalement, sans prévenir...

Il est sorti du terrain et tout le monde se dit déjà qu'on aura du mal à se priver d'un joueur comme cela, avec une telle expérience et avec un tel fair-play... Notre équipe municipale a perdu un arrière central sympa et connaisseur.

Bonne route André et merci pour tout... Moi, avec un peu plus de mercis que les autres 

Repost 0
Published by popo - dans Hommages
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 09:30

 claude Junique

 

Vendin-lès-Béthune/ obsèques de Claude Junique 

 

   Claude.

   J’avais quelque chose à te confier et comme j’étais loin, je n’ai pas pu le faire… Et aujourd’hui, Evelyne m’a demandé de dire un petit mot. Je le fais mais cela n’aura pas été préparé. Alors, ne m’en veux pas mais je ne parlerai pas avec mon cerveau ; je parlerai avec mon cœur.

   Il y a un an, quand tu as appris que tu étais malade, que la grande faucheuse allait passer plus tôt que prévu, tu as décidé de tout régler, de tout organiser, d’en parler à tout le monde et d’être digne. Bref, tu étais Claude Junique et dans Junique, il y a le mot unique… Nous en avons discuté et, un jour, je t’ai dit que tu avais le droit d’avoir peur et qu’il n’était pas honteux de le montrer. Tu m’as répondu que tu ne comprenais pas ma réflexion et que tu allais faire ce que tu avais décidé. C’est normal… Tu es Claude Junique. Mais c’était mon devoir, en tant que médecin et en tant qu’ami, de te dire cela. Cela te montrait simplement  qu’il y avait une autre porte, une autre attitude possible et que si tu avais peur, que si tu voulais le montrer, personne ne t’en voudrait.

   Et quand je t’ai eu au téléphone, il y a 10 jours, tu m’as dit : « Je veux partir dignement… »   et tu as ajouté « C’est comme toi, Hervé. Tu ferais ça aussi… comme je te connais… » Et je t’ai répondu que je n’étais pas si sûr de cela, que bien souvent les actes ne correspondent pas aux paroles.

   Alors, je ne vais pas évoquer ta vie, le parcours professionnel, le bout de chemin  que tu as fait avec moi, avec nous… Tout cela n’intéresse personne et ce qui nous intéressait, c’était toi, ta barbe et tes lunettes.

   Tu as voulu un enterrement civil… C’est normal, tu es Claude Junique. Mais je suis sûr que tu es comme moi : en vieillissant et quand on devient grand-père, on se pose des questions… « Il y a-t-il quelque chose après ? ». Eh bien, vois-tu, je suis à peu près sûr qu’il y a quelque chose et que le Bon Dieu, s’il est intelligent, va savoir utiliser tes compétences. A mon avis, tu vas t’occuper de ses moutons et peut-être de ses poissons… Car il y en a surement, là-haut.

   Alors Claude, un dernier conseil : laisse-toi pousser les cheveux et la barbe. Tu finiras par ressembler à Saint Pierre et ce serait pas mal.

   Et puis, de là-haut, rends nous un dernier service : surveille les inondations. Je crois que tu es bien placé…

   Alors Claude. Merci de tout ce que tu as fait ; merci de tout ce que tu as dit ; merci, simplement d’avoir été ce que tu as été, c'est-à-dire Claude Junique.

   Tchao Claude et bon voyage.

 

Hervé Poher

Repost 0
Published by popo - dans Hommages
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 10:27

ClaudeUnique

Claude Junique

 

Discrétement, dignement, comme il l'avait voulu, Claude est parti. Il a été un compagnon de combats locaux, un moteur dans la gestion municipale, un collaborateur précieux pour la Communauté de Communes, un citoyen impliqué totalement dans la vie de sa commune... Mais c'était, pour nous tous, surtout un ami... clair, critique, exigeant, mais fidéle. Sa barbe et son regard perçant nous manquent déjà.

Salut Claude et je suis sûr que le Bon Dieu a déjà su utiliser tes compétences: Tu t'occupes de son troupeau et tu surveilles les inondations... Pourquoi pas? 

Repost 0
Published by popo - dans Hommages
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 20:16

cctp.gif

Conseil Communautaire

Mesdames et Messieurs

  C’est avec surprise et une grande émotion que nous avons appris, il y a quelques jours, le décès de Monsieur Philippe Demilly, à l’âge de 58 ans.

  Monsieur Demilly a été maire de Campagne-les-Guînes et a représenté sa commune au sein de la Communauté de Communes des Trois-Pays.

   Tout le monde s’accorde pour dire que Monsieur Philippe Demilly était un homme affable, disponible et discret.

   Ceux qui ont travaillé avec lui se rappellent de sa disponibilité et de l’image de l’élu qu’il voulait donner… et qu’il a laissé : une image de sérieux.

   J’ai, au nom de la CCTP, présenté les condoléances de tous les élus et, ce soir, nous pouvons assurer toute sa famille et, en particulier, ses enfants, de notre soutien.

Repost 0
Published by popo - dans Hommages

THEMES ABORDES

Hervé Poher             

1003
Les textes édités correspondent à des lettres, des interventions, des discours écrits ou à des retranscriptions d'enregistrements. Bien entendu, les opinions et options, éditées dans ce blog, n'engagent que l'auteur.   

ATTENTION
 

Vous pouvez retrouver les articles ci-dessous:
- Par catégorie
- Par date
 

 

 Hervé Poher  

 

-  AGENDA 21


-  DEVELOPPEMENT DURABLE


-  PLAN CLIMAT REGIONAL


-  EDEN 62 ET LES ESPACES NATURELS SENSIBLES


-  LES  WATERINGUES


-  LE  CONSERVATOIRE DU LITTORAL


-  L'OPERATION GRAND SITE DES CAPS


-  LA POLITIQUE DE PREVENTION SANITAIRE


-  LES PROBLEMES MEDICAUX DU PDC 


-  LES PROBLEMES HOSPITALIERS


-  TERRITORIALISATION  dU CONSEIL GENERAL


-  CONTRACTUALISATION

 

-  LE CONSEIL GENERAL 62

 

-  L'INTERCOMMUNALITE


-  LA VILLE DE GUINES


-  LE PAYS DE CALAIS

 

-  LE PARC NATUREL

 

- LE SENAT

 

 

 

 poher mai 2010

 

  CG-copie-1.jpg

 

cctp.gif

 

guines.gif

 

petit prince

1er mai

Guines divers (3)